Changer d'édition

Le home office favoriserait le bien-être au travail
Luxembourg 2 min. 27.01.2021

Le home office favoriserait le bien-être au travail

Parmi les avantages perçus du télétravail figurent notamment la «meilleure participation» dans la prise de décision, «plus de feedback» sur le travail effectué ou bien encore une «meilleure autonomie» des salariés.

Le home office favoriserait le bien-être au travail

Parmi les avantages perçus du télétravail figurent notamment la «meilleure participation» dans la prise de décision, «plus de feedback» sur le travail effectué ou bien encore une «meilleure autonomie» des salariés.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 27.01.2021

Le home office favoriserait le bien-être au travail

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le recours au télétravail fournirait aux salariés qui le pratiquent un «avantage», selon le «Quality of work index 2020», publié mercredi par la Chambre des salariés. Notamment en termes de satisfaction au travail.

Une solution provisoire amenée à durer. Instauré dans beaucoup d'entreprises du jour au lendemain suite à l'instauration du confinement en mars 2020, le télétravail fait mieux qu'entrer dans les mœurs. Il apparaît clairement comme une alternative crédible au sacro-saint «bouchon-boulot-dodo» en vigueur avant la pandémie puisqu'il apporterait un «avantage» à ceux qui le pratiquent, à en croire l'édition 2020 du  «Quality of work index 2020».


WI,Vorstellung Pressekonferenz Quality of Work Index.Nora Back, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«La troisième vague de la pandémie sera mentale»
Traditionnel indicateur de la situation dans les entreprises, le «Quality of work index» de la Chambre des salariés, publié mercredi, fait état d'une «dégradation considérable» de la situation au Luxembourg en 2020. Conséquence directe de la pandémie et de ses effets collatéraux.

Réalisée entre juin et septembre 2020 auprès de 2.364 salariés représentatifs, l'étude met en avant plusieurs points forts de la pratique du télétravail par rapport au travail au sein de l'entreprise. Parmi eux, la «meilleure participation» dans la prise de décision, «plus de feedback» sur le travail effectué ou bien encore une «meilleure autonomie» des salariés. Ce qui pousse David Buechel, psychologue du travail à la Chambre des salariés, d'assurer que «les télétravailleurs affichent une plus grande satisfaction au travail, d'autant plus qu'il n'existe pas de différence au niveau du risque de burnout ou de motivation au travail».

Pourtant, la pratique du home office n'est pas sans impact, puisque les salariés sondés font état non seulement d'une «charge mentale», d'une «pression temporelle», d'«exigences émotionnelles» et de «conflits entre vie professionnelle et vie privée» plus élevés que leurs collègues travaillant au sein de l'entreprise. Sans compter des semaines de travail plus longues et des difficultés à réellement bénéficier du droit à la déconnexion. «Les répondants qui ont utilisé le télétravail s'attendent davantage à être joignables en dehors des heures de travail», détaille le psychologue qui note que cette tendance s'accentue depuis 2015.

Des inconvénients qui ne semblent pas être rédhibitoires pour une large partie de l'échantillon représentatif interrogé, puisque huit répondants sur dix ayant pratiqué le travail à domicile se disent favorables à l'idée de continuer «de temps en temps» ce mode de fonctionnement au-delà de la crise sanitaire. A l'inverse, un salarié sur cinq s'y oppose fermement, notamment chez les 16-24 ans (29%) et les plus de 55 ans (26%). 

Pour mémoire, le télétravail au Luxembourg est officiellement encadré par une convention signée entre le patronat et les syndicats pour les résidents et des accords bilatéraux pour les frontaliers. Il n'est donc pas obligatoire au Luxembourg «car ce dernier n'est pas possible dans certains secteurs d'activité», rappelle Nora Back, présidente de la Chambre des salariés, qui plaide pour «la mise en place de négociations sur ce sujet».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Huit salariés sur dix pour le maintien du télétravail
Imposé par le confinement et maintenu dans une partie des secteurs d'activité, le travail à domicile séduirait ceux qui le pratiquent. Les avantages seraient ainsi plus importants que ses inconvénients, révèle l'étude de la Chambre des salariés de Luxembourg publiée ce mardi.
Beaucoup de témoignages après confinement parlent du plaisir d'avoir échappé aux horaires mais mettent surtout en avant la difficulté de travailler chez soi.
«La troisième vague de la pandémie sera mentale»
Traditionnel indicateur de la situation dans les entreprises, le «Quality of work index» de la Chambre des salariés, publié mercredi, fait état d'une «dégradation considérable» de la situation au Luxembourg en 2020. Conséquence directe de la pandémie et de ses effets collatéraux.
WI,Vorstellung Pressekonferenz Quality of Work Index.Nora Back, Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail
Beaucoup d'employés le souhaitaient, beaucoup d'employeurs le craignaient, mais voilà la pratique devenue réalité avec la pandémie. Accélérant de fait les discussions et la mise en place d'un cadre légal, à plus long terme, dans plusieurs entreprises.
Le commerce en overdose de télétravail
Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.
Enquête: pourquoi si peu de télétravail au Luxembourg?
Il y a trois semaines, nous vous avions sollicités via Facebook pour connaître vos interrogations sur le thème du télétravail. Vous avez été nombreux à vouloir savoir pourquoi les employeurs luxembourgeois rechignent à mettre en place des mesures de flexibilité du temps de travail. Voici nos réponses.