Changer d'édition

Le Grand-Duché, un exemple dans la lutte contre le sexisme
Luxembourg 4 min. 24.11.2022
Égalité

Le Grand-Duché, un exemple dans la lutte contre le sexisme

Cette campagne marque la première collaboration du ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes avec le Conseil de l'Europe.
Égalité

Le Grand-Duché, un exemple dans la lutte contre le sexisme

Cette campagne marque la première collaboration du ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes avec le Conseil de l'Europe.
Photo: Laura Bannier
Luxembourg 4 min. 24.11.2022
Égalité

Le Grand-Duché, un exemple dans la lutte contre le sexisme

Laura BANNIER
Laura BANNIER
En lançant une nouvelle campagne, le Luxembourg devient le premier pays membre du Conseil de l'Europe à transposer largement les recommandations de l'institution en matière de prévention et de lutte contre le sexisme.

«Vois-le, dis-le, stoppons-le!», trois actions qui symbolisent la toute nouvelle campagne de lutte contre le sexisme, lancée ce mercredi 23 novembre par le ministère de l'Égalité entre les femmes et les hommes. Derrière ces mots, l'objectif est simple: apprendre aux résidents à reconnaître le sexisme au quotidien, afin d'inciter un changement de comportement.


WO fr , Taina Bofferding visite Festival "Rock den Rack " au Kinepolis Luxembourg , Ateliers Gender equality , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pour en finir avec le sexisme, tout commence par l'éducation
À travers des ateliers participatifs et ludiques, 350 lycéens luxembourgeois se sensibilisent au sexisme et aux stéréotypes de genre le temps de deux journées, dans le cadre du festival «Rock de Rack».

«Le sexisme est omniprésent et concerne l'ensemble de la société dans tous les domaines de la vie», a souligné Taina Bofferding (LSAP), ministre de l'Égalité, lors de la présentation de cette initiative chiffrée à 127.000 euros. Et c'est justement pour s'attaquer à cette omniprésence que la campagne a été adaptée sur de multiples supports. 

Au-delà du traditionnel dépliant informatif qui sera distribué dans les institutions, les services sociaux, les communes ou encore les lycées, sept clips ont été réalisés. Leur diffusion sera ciblée et s'articulera à la fois à la radio, à la télévision, sur les réseaux sociaux et dans les cinémas du pays. Tous les supports renvoient vers un site internet qui, en plus de définir le sexisme et d'informer les lecteurs sur sa manifestation au quotidien, met en avant une série de services visant à aider les victimes.

Une première

Si elle s'adresse aux résidents luxembourgeois, cette campagne n'est en revanche pas née au Luxembourg. Elle est en réalité le fruit d'une collaboration avec le Conseil de l'Europe, qui a élaboré des recommandations de prévention et de lutte contre le sexisme en 2019. «Il s'agit d'un document novateur qui invite les 47 États membres à intensifier la lutte contre ce phénomène répandu et systématique en prenant des dispositions légales», a résumé Caterina Bolognese, cheffe de la division de l'égalité entre les femmes et les hommes au Conseil de l'Europe.


Male colleagues pointing fingers at upset female boss on meeting, tired sad woman leader experiencing gender discrimination at work, businessmen blaming bullying depressed businesswoman for mistake
Une femme sur deux est victime de sexisme au travail
C'est ce qui ressort d'un sondage réalisé par l'OGBL Equality, le département des femmes de l’OGBL. Deux victimes sur trois n'informent pas leur employeur de ce qu'elles subissent.

Avec le lancement de cette nouvelle campagne, le Grand-Duché devient ainsi le premier gouvernement d'un pays membre de l'institution à transposer ces recommandations de manière large et visible. «Nous saluons le Luxembourg qui donne ainsi l'exemple aux autres États membres, et nous suivrons avec attention les résultats de cette campagne», a ajouté la représentante du Conseil de l'Europe qui indique que «dans d'autres pays, seules des ONG s'étaient emparés du sujet».

Des sondages et des groupes de travail viseront notamment à évaluer les répercussions de cette initiative, afin d'envisager les suites à y donner. «Nous pourrons, par exemple, mettre en place des actions à destination de groupes spécifiques», illustre Caterina Bolognese. Mais avant d'en savoir plus, il conviendra de patienter jusqu'à la fin de l'année 2023.

Dans l'espace public, dans l'éducation, dans la sphère privée, mais également dans le domaine du sport, le sexisme est diffus. Un fait que cherche à démontrer cette campagne, avec, pour chaque domaine de notre vie quotidienne, des exemples de sexisme en général, et une mise en valeur des actions du ministère de l'Égalité mises en place pour lutter contre le phénomène. «Il s'agit d'expériences qui sont connues de tous et de toutes, et qu'il convient de dénoncer à travers cette campagne, comme le harcèlement de rue, le manque de représentation des femmes dans les médias, ou encore la réduction des femmes politiques à leur apparence physique», a souligné Taina Bofferding.

Si le sexisme peut prendre l'apparence de simples blagues anodines, il n'est pas sans conséquence sur notre société. Jugements, renforcement des stéréotypes, ou encore violence et agressivité peuvent découler de ce phénomène parfois considéré comme normal. «Le sexisme est fait par la société. Voilà pourquoi je vois aussi l'opportunité et la possibilité qu'elle s'en débarrasse», a conclu la ministre, soulignant qu'il était pour cela impératif que «chacun puisse passer à l'action».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Quand on est une femme sur internet, inutile de justifier de centaines de milliers d'abonnés pour être confrontée au sexisme. Streameuse depuis plus de deux ans, Krysthal déplore le manque d'outils disponibles pour faire face à ce phénomène.
Conférence du Jeune Barreau de Luxembourg
La conférence du Jeune Barreau de Luxembourg portant sur les «Acquis nationaux en matière de discrimination au travail et bonnes pratiques d’entreprises» a été l’occasion de dresser un état des lieux de la thématique au Grand-Duché.