Changer d'édition

Le Grand-Duc reste au-dessus des lois
Luxembourg 5 min. 04.03.2021

Le Grand-Duc reste au-dessus des lois

Le Grand-Duc reste au-dessus des lois

Luxembourg 5 min. 04.03.2021

Le Grand-Duc reste au-dessus des lois

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La récente condamnation du président Sarkozy relance la question du sort que peut réserver la justice aux dirigeants d'un pays. Au Luxembourg, si Xavier Bettel et ses ministres sont des justiciables ordinaires, le chef de l'Etat, lui, reste à l'abri de toute poursuite.

Selon que vous serez puissant ou misérable... La maxime est connue, mais la récente condamnation à l'encontre de Nicolas Sarkozy vient démontrer que la justice n'aurait que faire des (hautes) fonctions. Trois ans de prison, dont un an ferme, la sanction est inédite. Si en Russie, Vladimir Poutine bénéficie d'une immunité à vie sur ses actes, qu'en est-il au Grand-Duché? «La réponse est à rechercher dans un texte remontant à l'Ancien Régime : la Constitution», assure Luc Heuschling, docteur en droit public à l'Uni.


Yuriko Backes - Chef de la Représentation de la Commission européenne au Luxembourg - Photo : Pierre Matgé
«Personne ne veut mettre la Grande-Duchesse à l'écart»
Si l'épouse du chef de l'Etat a bel et bien un rôle à jouer aux yeux de Yuriko Backes, la gestion des affaires de la Cour n'en fait «pas partie».

Et à la lecture de l'article 4, une évidence saute aux yeux : le chef de l'Etat ne risque guère d'avoir un jour à répondre d'un potentiel délit. En cause, cette petite phrase qui affirme «La personne du Grand-Duc est inviolable». Autrement dit: inattaquable devant un tribunal. «La version révisée de 1998 a même retiré l'indication comme quoi le monarque était - je cite - ''sacré''.» 

Ainsi que ce soit dans ses choix politiques pour le pays, mais aussi en matière de responsabilité pénale ou civile, le Grand-Duc est blanchi de toute accusation par avance. La Constitution l'exonère de toute accusation, «même s'il advenait qu'il commette un crime devant témoins». Une tolérance absolue qui ne vaut en revanche pas pour les membres du cercle royal, époux ou épouse inclus. Mais en fin connaisseur, Luc Heuschling ne manque pas de souligner qu'un doute peut être soulevé dans l'interprétation du texte au cas où le monarque venait à abdiquer. Qu'en serait-il alors d'une possible comparution devant des magistrats? 


CGDL SAR le Grand-Duc Henri - Luxembourg - Ville - Palais Grand-Ducal - 19/12/2019 - photo: claude piscitelli
«Le Grand-Duc ne peut être contraint de démissionner»
Alors que Jeannot Waringo observe le fonctionnement de la Cour jusqu'à la fin janvier, la question d'une éventuelle abdication du chef de l'État a été récemment évoquée. Une option qui, selon le constitutionnaliste Luc Heuschling, «ne permettrait pas de répondre à la vraie question» sur le fonctionnement de la monarchie.

Pour le professeur de l'Uni, la loi fondamentale n'a pas clairement évoqué ce cas de figure. «La vision qui remonte au XVIIIe siècle n'a pas prévu ce cas de figure. A l'époque, il n'était pas question que le souverain ne prenne sa retraite avant sa disparition. Mais aujourd'hui, cela ferait débat.» De récents exemples, dans des monarchies proches, viennent soutenir cette hypothèse. 

Ainsi, en Belgique, Albert II a-t-il eu affaire à la justice pour une affaire de recherche en paternité après qu'il eut cédé son trône à son fils. «La justice se met sur sa route sitôt qu'il n'est plus officiellement roi en titre.» Idem en Espagne pour Juan Carlos qui, après avoir confié le pouvoir de souverain à son fils Felipe, a choisi l'exil pour ne pas avoir à se justifier dans diverses affaires financières et de corruption.

"Le monarque luxembourgeois bénéficie d'une règle dérogatoire au droit commun", analyse le juriste Luc Heuschling.
"Le monarque luxembourgeois bénéficie d'une règle dérogatoire au droit commun", analyse le juriste Luc Heuschling.
Photo : Guy Jallay

administrEt si Xavier Bettel commet un crime, un délit ou une infraction pendant son mandat? Sa fonction de Premier ministre l'exempterait-elle de répondre d'un quelconque méfait? Les articles 82 et 116 répondent par la négative. Le chef du gouvernement n'est rien d'autre qu'un citoyen ordinaire au regard de la loi. Et, s'il le faut, la Chambre a même le pouvoir de dresser un acte d'accusation face au dirigeant du pays. De mémoire de constitutionnaliste, jamais pareille situation ne s'est présentée dans l'Histoire.

En 2020, pour mémoire, Jean-Claude Juncker avait dû se présenter devant les juges. Dans le cadre des écoutes du SREL, l'ancien Premier ministre luxembourgeois a comparu comme témoin. Certains avocats demandant à l'époque que l'ex-président de la Commission européenne s'avance à la barre comme coïnculpé. 

A plusieurs reprises aussi dans le passé, des ministres ont dû se défendre devant des magistrats. Un des derniers cas en date, en 1999, impliquait Michel Wolter. Me Georges Pierret, qui assurait alors sa défense rappelle toutefois que dans cet exemple, le ministre en poste était le plaignant (et non le mis en cause). «Mais de mémoire, note l'avocat, je n'ai pas en tête d'exemple de ministres qui, durant leur mandat, ont été sous le coup d'une inculpation ou d'une accusation grave». Et de conclure : «Au pire, ils ont démissionné...» 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les vacances du Grand-Duc à Biarritz passent mal
Présent dans la station balnéaire française en cette fin d'année alors que le pays se trouve soumis à de nouvelles restrictions sanitaires, le chef de l'Etat se trouve au centre d'une polémique. En cause, une éventuelle absence d'exemplarité.
Télécran, Grand Duc Henri, 20 ans de reigne, Schloss Berg, Foto, Guy Wolff/Télécran
La Maison du Grand-Duc disposera de 17,5 millions d'euros
Le gouvernement accordera une rallonge pour 2021 à leurs altesses royales. Mais le budget se limitera à financer les seuls frais de fonction et de représentation du chef de l'Etat et ses proches, mais plus les dépenses personnelles.
x
La Maison du Grand-Duc attire les candidatures
Mise en ligne fin octobre, la quinzaine de postes à pourvoir au sein de la nouvelle administration au service du chef de l'Etat a attiré quelque 900 postulants, selon les informations livrées jeudi par Yuriko Backes, Maréchale de la Cour.
IPO , Palais Grand-Ducal , grossherzoglicher Palast , Monarchie , Grossherzog Henri , Grossherzogin Maria Teresa , Hof , foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pour Juncker, enregistrer ne signifie pas espionner
L'ancien Premier ministre a été entendu comme témoin dans le procès du SREL ce mercredi. Il a été interrogé sur des écoutes supposées illégales réalisées par le service de renseignement en 2012 alors qu'il occupait le poste de ministre d'État et donc responsable des agissements du service.