Changer d'édition

Panorama, Weinlese, Koeppchen, Grand Duc Henri, mit Romain Schneider  Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Brèves Luxembourg 3 16.07.2021

Après le Premier ministre Xavier Bettel (DP), le Grand-Duc Henri rendra à son tour visite aux victimes des inondations ce vendredi. Le planning précis de la journée n'a pas encore été officialisé. 

Les communes du nord du pays comme Vianden ou Echternach, ou le quartier du Grund à Luxembourg-Ville ont particulièrement été touchés.


Aujourd'hui

Avec le pass sanitaire, les personnes vaccinées ont pu avoir plus d'interactions sociales en prenant moins de risque.
Brèves International 2 min. Aujourd'hui à 12:26

(AFP) - Le pass sanitaire a permis d'éviter 4.000 décès liés au Covid-19 en France et d'augmenter le produit intérieur brut (PIB) au second semestre 2021 de 6 milliards d'euros, selon une étude publiée mardi par le Conseil d'analyse économique (CAE), un organisme rattaché à Matignon.

Selon ce travail comparatif réalisé avec le concours de l'OCDE et de l'Institut Bruegel, les pass sanitaires aux caractéristiques semblables mis en place en Allemagne et en Italie ont respectivement permis d'éviter 1.100 et 1.300 morts dans ces pays.

Le surcroît d'activité mesuré sur la même période est de 1,4 milliard d'euros en Allemagne et 2,1 milliards en Italie.

Un PIB inférieur sans pass

En utilisant des données de l'OCDE, les chercheurs sous la direction des économistes Philippe Martin (CAE), Patrick Artus et Guntram Wolff (Institut Bruegel), ainsi que de l'épidémiologiste Arnaud Fontanet ont calculé que sans pass sanitaire, le produit intérieur brut (PIB) hebdomadaire aurait été 0,6 point de pourcentage inférieur à ce qu'il a été en France, de 0,3 point en Allemagne et de 0,5 point en Italie.

Ils ont également comparé la situation de ces trois pays à celle de la Belgique et de la République tchèque qui n'ont pas mis en place de pass sanitaire.

Le pass «a pu avoir un impact sur l'activité économique directement en permettant aux personnes vaccinées d'avoir, avec moins de risque, davantage d'interactions sociales et économiques et indirectement en réduisant la nécessité de restrictions mises en place par les autorités», d'après l'étude.

En France, le taux de vaccination contre le Covid-19, qui était de 78,2% à la fin 2021, n'aurait été que de 65,2% sans pass, soit 13 points inférieur, avancent les auteurs qui ont calculé un écart moins important, de 9,7 points, en Italie (80,1% contre 70,4%) et encore plus faible en Allemagne de seulement 6,2 points (73,5% contre 67,3%).

45% de patients en moins aux soins intensifs

«A peu près la moitié de l'augmentation» du nombre de vaccinés au deuxième semestre 2021 «est due au pass sanitaire», a déclaré sur BFM Business Philippe Martin, président délégué du CAE.

Selon les chercheurs, la moindre hausse de la vaccination en Allemagne pourrait venir de ce que «contrairement à la France, la communication autour du pass sanitaire a été moins claire, les restrictions d'activités sans pass moins fortes et la mise en place moins centralisée».

Les auteurs de l'étude estiment encore qu'en France, «le nombre de patients Covid en soins intensifs aurait été fin 2021 d'environ 45% supérieur à ce qui a été observé avec le pass sanitaire», entraînant «des niveaux de pression hospitalière au-dessus des seuils atteints lors des confinements précédents».

Les élus espèrent faire entendre leur voix.
Brèves International 2 min. Aujourd'hui à 08:05

(AFP) - Une soixantaine de députés de tous bords emmenés par le groupe France insoumise, ainsi que les sénateurs socialistes, ont saisi lundi le Conseil constitutionnel contre le projet de loi instituant le pass vaccinal adopté dimanche par le Parlement français.

Déjà annoncé dans l'hémicycle, ce recours visant la transformation du pass sanitaire en pass vaccinal a reçu le soutien des députés du groupe de la Gauche démocratique et républicaine, de 13 députés Libertés et Territoires, six députés UDI, deux députés du groupe socialiste (Régis Juanico et Jérôme Lambert) et un député LR (Xavier Breton), selon LFI.

LFI, fermement opposée au texte gouvernemental, a déposé plusieurs motions de rejet lors de l'examen du projet de loi à l'Assemblée nationale, et juge que le nouvel instrument de l'exécutif dans la lutte anti-covid porte atteinte «à la liberté personnelle, au droit au respect de la vie privée, à la liberté d'aller et venir, au droit d'expression collective des idées et des opinions, et au droit à mener une vie familiale».

Des effets non démontrés

Si la saisine rappelle «l'importance de la vaccination», elle estime que les effets de cette «obligation vaccinale déguisée» pour freiner la propagation de l'épidémie n'ont pas été démontrés.

Le recours vise également l'extension du pass vaccinal aux mineurs âgés de 16 à 18 ans, son utilisation pour subordonner l'accès aux transports interrégionaux.

Introduite par voie d'amendement, la possibilité pour un organisateur d'une réunion politique d'en autoriser l'accès par la présentation d'un pass sanitaire est aussi dans le viseur des auteurs de la saisine. Tout comme le fait pour des personnes privées de procéder à un contrôle de l'identité des détenteurs d'un pass sanitaire ou vaccinal.

La saisine vise en outre les modalités de collecte des données de santé et les conditions de contrôle d'isolement et de quarantaine.

Les sénateurs socialistes ont également annoncé dans la soirée un recours devant le Conseil constitutionnel.

Poser des garde-fous

Les sénateurs ne sont pas opposés au principe du pass vaccinal, mais estiment qu'un «certain nombre de garde-fous» doivent y être apportés pour «l'encadrer scrupuleusement».

Ils s'opposent en particulier à la possibilité donnée aux gérants d'établissements recevant du public de contrôler l'identité de leurs clients. «Une telle possibilité contrevient tant au droit au respect de la vie privée (...) qu'à l'interdiction de déléguer à des personnes privées des compétences de police administrative générale», fait valoir le communiqué.

Les sénateurs socialistes critiquent aussi les dispositions sur le «droit de repentir» à l'égard des personnes n'ayant pas présenté de pass vaccinal, ou ayant présenté un faux pass vaccinal, si elles s'engagent à se faire vacciner, estimant que le mécanisme prévu «va à l'encontre du principe d'égalité devant la loi».

Le député LREM Gael Le Bohec a critiqué le recours devant le Conseil constitutionnel en dénonçant un nouvel épisode d'«un jeu de politique politicienne» qui retarde la mise en oeuvre de ces mesures anti-covid.

Hier

Toute personne de plus de 18 ans devra se faire vacciner.
Brèves International 2 min. 17.01.2022

(AFP) - L'Autriche va rendre obligatoire début février pour les adultes la vaccination contre le coronavirus, sous peine d'une forte amende, a indiqué dimanche le chancelier autrichien, Karl Nehammer, conscient du caractère «sensible» de cette première en Europe qui divise la société.

«Comme prévu, nous allons rendre la vaccination obligatoire début février» pour les plus de 18 ans, a indiqué à Vienne en conférence de presse le chef conservateur du gouvernement, qui dirige ce pays avec les écologistes.

Toute la semaine, des débats houleux ont eu lieu au Parlement concernant ce projet, alors qu'environ 71,5% de la population dispose à ce stade d'un schéma vaccinal complet.

«C'est un projet sensible» mais «conforme à la Constitution», qui nécessite «une phase d'adaptation» permettant aux récalcitrants de se faire vacciner «jusqu'à la mi-mars», a-t-il détaillé.

27.000 personnes manifestaient encore samedi dans la capitale autrichienne contre cette mesure controversée, accusée de bafouer les libertés individuelles.

«Après, des contrôles seront effectués» et ne pas être vacciné constituera un «délit» passible de «sanctions» financières variant entre 600 et 3.600 euros, en cas de récidive.

Jusqu'à quatre amendes par personne

Tous les non-vaccinés vont recevoir une convocation en vue de l'administration d'une première injection et ceux qui ne se présenteront pas recevront une amende après des relances. La loi prévoit jusqu'à quatre amendes par individu.

La police va être habilitée à effectuer des vérifications sur la voie publique.

Un temps envisagée, la vaccination des mineurs âgés de plus de 14 ans a été abandonnée et seuls les adultes seront concernés, a précisé le dirigeant en présentant le projet de loi, qui doit être adopté jeudi par le Parlement.

Le pass vaccinal s'impose dans un nombre croissant de pays pour certaines professions, catégories de population ou la pratique d'activités. Mais la vaccination anti-Covid obligatoire pour tous demeure une exception.

Elle est entrée en vigueur en Equateur, au Tadjikistan, au Turkménistan, en Indonésie et en Micronésie.

En Allemagne, un projet similaire, défendu par le nouveau chancelier social-démocrate Olaf Scholz, pourrait être débattu au Bundestag à la fin janvier.

Les hôpitaux sont surchargés

Le gouvernement autrichien justifie cette mesure par l'engorgement des hôpitaux lié au variant Omicron et sa volonté d'arriver à un taux de vaccination de 90%, permettant selon les conseils de ses experts d'atteindre une immunité collective.

Il dispose d'une large majorité à la chambre: outre les conservateurs et les Verts, les cheffes des partis social-démocrate et libéral soutiennent le texte. Seule l'extrême droite y est opposée, au nom de la protection des libertés individuelles.

Des exceptions sont prévues pour les femmes enceintes, les personnes qui ne peuvent pas être vaccinées pour des raisons médicales et les personnes ayant contracté la maladie, considérées comme ayant les anticorps nécessaires durant 180 jours.

Dimanche, selon les chiffres du gouvernement, 5,8 millions des habitants de ce pays d'Europe centrale qui compte 7,4 millions de personnes éligibles à la vaccination disposaient d'un pass vaccinal à jour.

La loi est prévue pour être appliquée jusqu'au 31 janvier 2024 au plus tard.