Changer d'édition

Le gouvernement a tout bon... mais va au casse-pipe
Luxembourg 2 min. 17.01.2017

Le gouvernement a tout bon... mais va au casse-pipe

Malgré tous les voyants au vert, Xavier Bettel et Etienne Schneider ont du souci à se faire

Le gouvernement a tout bon... mais va au casse-pipe

Malgré tous les voyants au vert, Xavier Bettel et Etienne Schneider ont du souci à se faire
Chris Karaba
Luxembourg 2 min. 17.01.2017

Le gouvernement a tout bon... mais va au casse-pipe

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
Ainsi pourrait-on résumer les tendances contradictoires qui ressortent du nouveau volet du sondage PolitMonitor dévoilé ce mardi soir: après trois ans au pouvoir, le gouvernement Bettel a tout bon, sauf que les Luxembourgeois ont malgré tout l'intention de remettre le CSV au centre de l'échiquier politique.

Le sondage PolitMonitor est commandé deux fois par an à l'institut TNS Ilres par le Luxemburger Wort et RTL. Ce volet de janvier 2017 illustre les opinions exprimées de 1.019 résidents luxembourgeois votants du 3 au 9 janvier 2017.

Après avoir examiné les intentions de vote du panel aux prochaines législatives qui auront lieu en octobre 2018 sur décision du Conseil de gouvernement, nous dévoilons ce mardi les réponses des sondés concernant leur situation financière, celle du pays, les partis politiques qui leur inspirent le plus confiance ou encore leur jugement par rapport à l'action du gouvernement.    

Ça va mieux depuis 2013... mais pas grâce au gouvernement. Ainsi pourrait-on résumer les tendances contradictoires qui ressortent du nouveau volet du sondage PolitMonitor dévoilé ce mardi soir: après trois ans au pouvoir, le gouvernement Bettel a tout bon, sauf que les Luxembourgeois ont malgré tout l'intention de remettre le CSV au centre de l'échiquier politique.  

Une meilleure situation pour 86% des sondés

Au niveau financier et matériel, 86% des Luxembourgeois estiment en effet que leur situation personnelle et celle de leur ménage est aujourd'hui plutôt bonne ou très bonne, alors qu'en décembre 2013, au moment où la coalition DP-LSAP-Déi Gréng s'installait à la tête du pays, ils n'étaient que 76% à avoir ce sentiment.

Quant à la situation économique actuelle du pays, leur sentiment fait écho à leur situation personnelle: ils étaient à peine plus de la moitié à la juger plutôt bonne ou très bonne en décembre 2013, mais ce chiffre n'a cessé de gonfler ensuite pour atteindre 85% d'opinions favorables aujourd'hui. 

Quant à savoir si le gouvernement actuel a le contrôle de la situation du pays, le niveau de confiance des Luxembourgeois est au plus haut depuis fin 2014. 

Face à l'opposition, le gouvernement reste légèrement en retrait mais rafle 2 points de confiance supplémentaires par rapport à mai 2016 quand l'opposition stagne.

De manière générale, c'est l'image de tous les partis politiques qui retrouve des couleurs avec 7 points d'opinions favorables en plus par rapport au dernier sondage.

Malgré cette série de bons résultats qu'on serait logiquement tenté de mettre au crédit du gouvernement Bettel, il n'en est rien: la coalition DP-LSAP-Déi Greng se prend une claque dans toutes les circonscriptions selon les intentions de vote révélées dans ce PolitMonitor 2017.   

En décembre 2013, 48% des personnes sondées pour le PolitMonitor estimaient que la manière de former le gouvernement n'avait pas été correcte. Les électeurs s'apprêtent-ils à faire payer aux partis de la coalition une trahison qui leur serait restée en travers de la gorge?  


Sur le même sujet

Politmonitor: 1ère partie : Une question de confiance
49% des électeurs luxembourgeois déclarent lors du dernier sondage d'opinion, le Politmonitor, faire confiance à l'actuel gouvernement. La coalition DP/LSAP/Verts continue de faire bonne figure même si le pays se dit tout aussi confiant dans les partis d'opposition et surtout dans le CSV.
Enquête d'opinion PolitMonitor: Des lendemains de référendum douloureux
Interrogés dans la foulée du référendum du 7 juin, les Luxembourgeois ne sont pas tendres vis-à-vis du gouvernement et des responsables politiques en général. Sur le plan personnel, tout le monde en prend pour son grade – le Premier ministre passe sous la barre des 50% d'opinions positives – , à l'exception notable de Gast Gybérien.