Changer d'édition

Le gouvernement a les pollueurs dans le viseur
Luxembourg 2 min. 19.02.2022 Cet article est archivé
Environnement

Le gouvernement a les pollueurs dans le viseur

Le mégot jeté par terre pourrait bientôt coûter 145 euros d'amende à son propriétaire.
Environnement

Le gouvernement a les pollueurs dans le viseur

Le mégot jeté par terre pourrait bientôt coûter 145 euros d'amende à son propriétaire.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 2 min. 19.02.2022 Cet article est archivé
Environnement

Le gouvernement a les pollueurs dans le viseur

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Les personnes qui laissent trainer leurs déchets sur la voie publique pourraient bientôt être plus sévèrement punies. C'est en tout cas l'objectif d'un projet de loi actuellement en préparation.

Un mégot par terre pourra bientôt coûter très cher. Pour en finir avec les déchets sauvages, le gouvernement luxembourgeois envisage de hausser le ton. Si des amendes existent déjà pour passer aux pollueurs l'envie de recommencer, elles ne sont pas jugées assez sévères. Actuellement, les responsables d'une pollution doivent s'acquitter d'une amende forfaitaire allant de 45 euros pour un volume inférieur à deux litres, à 250 euros en cas d'un risque de pollution d'une nappe phréatique.


Pourquoi le Luxembourg vit-il déjà à crédit?
En seulement 45 jours, le Grand-Duché a consommé plus de ressources qu'il ne peut en produire en une année. Un triste record lié aux émissions de CO2 du pays, en raison de l'exportation de produits pétroliers.

Des montants visiblement peu dissuasifs, si on en croit le ministère de l'Environnement, qui travaille actuellement à la rédaction d'un nouveau projet de loi, plus sévère contre les pollueurs. Si jusqu'ici, le montant ne pouvait que rarement dépasser les 250 euros d'amende, dans les cas où l'affaire était portée devant les tribunaux, le ''littering'' entraînera bientôt des avertissements taxés d'un montant situé entre 145 et 1.000 euros. Une information révélée par  Simone Dengler, de l'administration de l'Environnement, à nos confrères de RTL.

Le volume du détritus jeté, déjà pris en compte dans la fixation du montant de l'amende, pèsera encore plus de poids. Ainsi un mégot de cigarette ou un simple sac jetés par terre coûteront respectivement 145 et 250 euros au pollueur. Si le déchet est considéré comme dangereux, une catégorie qui englobe la peinture, l'huile ou encore les médicaments, l'affaire sera systématiquement portée en justice, comme c'est déjà le cas actuellement, sans même passer par l'étape de l'amende.

Un arsenal de mesure

Si ces montants devraient à eux seuls dissuader les jeteurs de détritus, Nadine Bertrand, de l'administration de l'Environnement, rappelle à RTL que la lutte contre le ''littering'' doit passer par un arsenal de mesures, afin de limiter le phénomène. La réduction des déchets est ainsi le premier facteur susceptible de faire changer les mentalités. La suppression de certains produits, comme les pailles ou les sacs plastiques à usage unique, pour les remplacer par des alternatives plus écologiques, permet notamment de réduire l'impact de l'homme sur l'environnement.

Sans compter que le Luxembourg a encore du chemin à parcourir dans le domaine de la réduction des déchets. Si ces derniers ne sont pas tous jetés dans la nature, le volume collecté par les services communaux fait valoir au pays une place sur le podium des plus gros pollueurs européens. Se plaçant juste derrière le Danemark, le Grand-Duché a produit en 2020 une impressionnante quantité moyenne de deux kilos de déchets par jour et par habitant. 

Une mention est cependant faite au recyclage. Sur les 790 kg de déchets produits en 2020 par habitant, 418 ont été recyclés, soit 53%. Une performance qui place le Luxembourg juste derrière la Belgique (54%), et au-dessus de la France (42%). L'Allemagne, elle, est loin devant, en ayant valorisé pas moins de 67% de ses déchets municipaux en 2020.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Pour stimuler le réemploi d'objets, Romain Poulles (président du Conseil supérieur pour un développement durable) plaide pour un cadre fiscal et légal, alors que débute ce dimanche la COP26 à Glasgow.
Remontées d'hydrocarbures, débris ménagers emportés, rejets divers dans les rivières : les cours d'eau du Luxembourg portent encore les stigmates des crues historiques des 14-15 juillet.
Hochwasser nach Starkregen , Larochette , Fiels , Aufräumarbeiten Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Une nouvelle campagne de sensibilisation contre les déchets sauvages a été lancée samedi par le ministère de l’Environnement. Souvent jetés non loin des poubelles, ces déchets peuvent avoir des conséquences graves, parfois mortelles.
Le nettoyage des déchets laissés dans la nature coûterait 2,4 millions d'euros par an, selon le gouvernement.