Changer d'édition

Le gaspillage alimentaire, tous concernés
Luxembourg 4 min. 13.08.2019

Le gaspillage alimentaire, tous concernés

Environ 68.000 tonnes de déchets alimentaires encore comestibles sont jetés tous les ans au Luxembourg.

Le gaspillage alimentaire, tous concernés

Environ 68.000 tonnes de déchets alimentaires encore comestibles sont jetés tous les ans au Luxembourg.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 13.08.2019

Le gaspillage alimentaire, tous concernés

124 kilos de nourriture sont jetés par an et par personne au Luxembourg alors que près de la moitié de ces déchets pourraient être évités. Pour limiter le phénomène, les consommateurs peuvent déjà compter sur les mesures mises en place.

Amélie Pérardot - D'ici 2022, le pays devra réduire ses déchets alimentaires de près de moitié (46%). Le gouvernement ambitionne de faire fondre les déchets des Luxembourgeois à 62 kilos par an et par personne, contre les 124 kilos produits actuellement. Ce qui représente d'ailleurs une perte moyenne de 105 euros par an et par personne selon les derniers chiffres disponibles.  

Pour parvenir à cet objectif, l’exécutif a présenté l'été dernier une série de mesures avec son plan national. Le gouvernement compte particulièrement sur ces initiatives puisque près de 72% des déchets alimentaires restent produits dans les foyers. 

Des alternatives dans le secteur privé

Parmi cette série de mesures, la plus populaire reste le lancement de l'Ecobox, un système de boîtes consignées à 5 euros, qui permettent de transporter les repas des restaurants associés. Mais le plan s'appuie aussi sur une sensibilisation des consommateurs ou encore un pacte de solidarité signé avec les communes luxembourgeoises.  

L'Ecobox, une petite boîte mais une grande ambition: celle de réduire la production de déchets alimentaires au Luxembourg.
L'Ecobox, une petite boîte mais une grande ambition: celle de réduire la production de déchets alimentaires au Luxembourg.
Photo: Pierre Matgé

 En parallèle, plusieurs alternatives se sont développées du côté du secteur privé qui n'a pas attendu pour réduire ses déchets alimentaires. Ces projets ont vu le jour en surfant sur la tendance réclamant un mode de vie plus écoresponsable, tourné vers le bio et le local. 

Exemple concret: l'épicerie OUNI, spécialisée dans la vente en vrac et qui existe depuis 2016 rencontre un large succès. Une deuxième boutique ouvrira même ses portes à Dudelange. Et cette tendance du sans-emballage n'a pas échappé aux grandes surfaces qui en proposent au moins un rayon avec du riz, noix et autres produits secs. 

Face à la demande des consommateurs, l'offre de produits vendus sans emballage se développe au Grand-Duché.
Face à la demande des consommateurs, l'offre de produits vendus sans emballage se développe au Grand-Duché.
Photo: Gerry Huberty

Autre initiative, digitale cette fois, l'application «Food For All (F4A)», qui propose des produits proches de leur date limite de consommation (DLC), à l'unité et moins chers. Des yaourts à la sauce tomate en passant par une pâte à tarte, «F4A permet de sauver 80% des produits qui auraient terminé à la poubelle», expliquent Xénia Ashby, l'une des fondatrices.

Revendiquant 900 utilisateurs quotidiens, le service n'a signé pour le moment un partenariat qu'avec Delhaize ou Pallcenter. Les fondatrices de cette appli, équivalent luxembourgeois d'autres applications à succès comme «Too Good To Go», «Checkfood» ou encore «zéro-gâchis», envisagent toutefois de proposer de nouveaux supermarchés d'ici quelques mois. 

Des paniers à un euro

De leur côté, les grandes surfaces multiplient les initiatives au modèle différent. Lidl a choisi par exemple, de proposer pour un euro des paniers de 3 kilos de fruits et légumes toujours comestibles mais ayant été retirés des rayons en raison d'un aspect non commercial. 

La majorité des autres enseignes proposent leurs produits dont la DLC s'approche des six jours ou sortant des normes, à des associations ou épiceries solidaires. Cactus s'est notamment tourné vers la Croix-Rouge, tandis qu'Auchan rétrocède ses produits à l'association Stëmm vun der Stross. A en croire les chiffres fournis par Auchan, des centaines de repas chauds et de pack alimentaires sont ainsi reconditionnés quotidiennement pour les plus démunis.

Des denrées pour les animaux


26.4.2016 Luxembourg, Bonnevoie, Stemm vun der Strooss, affaire pain , Auchan donne de la nourriture au Stemm vun der Strooss, alimentation deuxième choix  photo Anouk Antony
Feu vert pour «Caddy 2», l'atelier anti-gaspi alimentaire
L'atelier de transformation des denrées alimentaires de la Stëmm vun der Strooss à Luxembourg est dépassé. Le ministère de la Santé vient de donner son aval pour développer une nouvelle structure qui évitera le gaspillage de 500 tonnes d'aliments par an!

Preuve du besoin, la Stëmm Caddy revendique la distribution de plusieurs centaines de tonnes d'aliments chaque année. Ce pendant logistique de l'asbl  Stëmm vun der Stross  est même en plein essor. A tel point qu'une nouvelle structure logistique «Caddy 2» verra le jour, permettant de conditionner près de 500 tonnes de denrées alimentaires. Soit trois fois plus qu'aujourd'hui.

Pour qu'il y ait le moins de restes possible, une solution complémentaire a été mise en place par les enseignes Cactus et Auchan. Les fruits et légumes tachés ou les barquettes de viande proches de leur DLC sont récupérés chaque jour et  nourrissent, par exemple, certaines des 200 espèces du parc Merveilleux de Bettembourg. 

De la sorte, le parc récupère chaque année depuis le début des années 2010, environ 27 tonnes de denrées encore consommables dont huit à neuf tonnes de viande.

Pour réduire les stocks d'invendus, Cactus et Auchan mettent à disposition quelque 27 tonnes de denrées alimentaires pour nourrir les animaux du Parc Merveilleux de Bettembourg.
Pour réduire les stocks d'invendus, Cactus et Auchan mettent à disposition quelque 27 tonnes de denrées alimentaires pour nourrir les animaux du Parc Merveilleux de Bettembourg.
Photo: Chris Karaba




Sur le même sujet

Gaspillage alimentaire: manger mieux, jeter moins
124 kg par personne et par an: le gaspillage alimentaire est un déséquilibre environnemental et économique. Nous nous sommes penchés sur les actions menées dans la restauration collective, où des actions semblent porter leurs fruits.
Chaque habitant jette 124 kg de denrées périssables par an, en moyenne, au Luxembourg.