Changer d'édition

Le français domine les offres d'emploi
Luxembourg 2 min. 12.04.2021

Le français domine les offres d'emploi

Dans le secteur de la santé, les employés parlent majoritairement français.

Le français domine les offres d'emploi

Dans le secteur de la santé, les employés parlent majoritairement français.
Photo: AFP
Luxembourg 2 min. 12.04.2021

Le français domine les offres d'emploi

Marie DEDEBAN
Marie DEDEBAN
En étudiant les annonces publiées dans le Luxemburger Wort, Fernand Fehler et Isabelle Pigeron-Piroth notent que la langue de Molière reste dominante sur le marché du travail. Cependant, la connaissance du luxembourgeois est de plus en plus prisée.

Pour trouver un travail au Luxembourg, mieux vaut parler... français. C'est le constat que dressent Fernand Fehler et Isabelle Pigeron -Piroth dans leur dernière étude, Les langues dans les offres d'emploi au Luxembourg. S'il ne porte que sur les annonces publiées dans le Luxemburger Wort, l'examen des deux chercheurs de l'Université du Luxembourg révèle toutefois qu'en 2019 la majorité des employeurs demandaient «explicitement» la connaissance du français.

D'ailleurs, la maîtrise de cette langue est indiquée dans 76,3% des annonces. «C'est en partie dû à la grande part de travailleurs frontaliers», note Fernand Fehlen. Le chercheur de l'Uni précise que le marché du travail au Luxembourg est «segmenté», à la fois géographiquement et économiquement. «La pratique du français est plus forte dans la capitale par rapport au Nord du pays», souligne-t-il. 

Une prédominance qui s'explique par la présence des institutions européennes ou d'entreprises internationales qui n'ont «aucune raison» que leurs employés s'expriment en luxembourgeois. S'adressant à des acteurs internationaux, celles-ci fonctionnent en «vase clos» où dominent l'anglais et le français comme «langues de communication».


Le monde du travail reste dominé par le français
Pour 78% des personnes actives au Grand-Duché, la maîtrise de la langue de Molière demeure nécessaire sur leur lieu de travail. Devant l'anglais et le luxembourgeois. En revanche, à la maison, les choses s'inversent, selon les données publiées lundi par le Statec.

Concernant la langue de Shakespeare, qui n'était exigée en 2019 que dans 16,9% des annonces étudiées, Fernand Fehlen appelle à la mesure. Le journal diffusant moins d'offres pour «les secteurs les plus demandeurs en anglais», il est possible que les recherches l'exigeant soient dans la réalité «plus nombreuses ou du moins équivalentes» par rapport au français. 

De leur analyse, les deux chercheurs notent aussi que la maîtrise du français émane également d'annonces pour des emplois «moins qualifiés». Dans le domaine de la santé par exemple, les besoins font que les recruteurs ne peuvent pas se permettre de «jouer les fines bouches». «La pénurie est telle qu'on demande surtout à maîtriser une des trois langues officielles», note Fernand Fehlen. 


Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.
Le luxembourgeois, langue nationale depuis 35 ans
La loi votée le 24 février 1984 a officiellement renforcé le multilinguisme du pays en ajoutant à l'allemand et au français une troisième langue de réponse pour les administrations. Trois décennies plus tard, la question linguistique reste d'actualité.

Seules les annonces publiées par l'Etat se démarquent. Ainsi 94% d'entre elles demandent uniquement la maîtrise du luxembourgeois. Et ce, alors même que les fonctionnaires «doivent normalement maîtriser les trois langues officielles», relève le professeur de l'Uni.  Pour «pallier le manque de candidats multilingues», l'Etat mise donc sur le luxembourgeois pour «faire le tri» parmi les candidatures quitte à mettre en place des dérogations. L'accès à la fonction publique reste en effet «très demandé».

Si en 2019 la maîtrise des trois langues est exigée dans près de la moitié des offres, cet aspect des fiches de postes pourrait évoluer dans les prochaines années. «L'Etat comme les entreprises doivent être pragmatiques face aux réalités du marché du travail au Luxembourg», indique Fernand Fehlen.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Publiée mi-avril, une étude de l'Uni sur les offres d'emploi au Luxembourg entre 1984 et 2019 montre que l'anglais prend de plus en plus d'importance, même si le français reste la langue dominante. Explications avec Fernand Fehlen, sociologue à l'Uni.
Op Lëtzebuergesch w.e.g., Sprooch, Letzebuerger Sprooch, Petitioun 698, Petition, Luxemburger Sprache, luxemburgisch sprechen, langue luxembourgeoise, parler luxembourgeois, mir schwätzen (Foto Shutterstoc
L'apprentissage de la langue officielle continue d'attirer les foules, pandémie ou non. Cette demande en hausse constante, conjuguée aux restrictions sanitaires liées au covid-19, pousse l'institut national des langues à se réinventer.
online.fr, INL, centre de langues,  Sprachenzentrum, Sprachen Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Si, d'ici 2050, le Luxembourg doit héberger 300.000 résidents supplémentaires, cela se fera en parallèle d'une politique de réduction des émissions de CO2, selon le ministre de l'Aménagement du territoire. Pour Claude Turmes, l'avenir se jouera à l'échelle régionale.
12.10. Stau / Autobahn A3 / Düdelinger Autobahn / Grenzgänger / Frontaliers / Foto: Guy Jallay
Après la fin de l'exemption de la double imposition, les travailleurs résidant de l'autre côté des frontières sont à nouveau menacés de pertes financières s'ils veulent travailler à domicile plus d'un jour par semaine.
Six jours avant la date butoir du 31 août, les frontaliers français peuvent à nouveau s'organiser. Ils savent désormais qu'ils pourront continuer à travailler chez eux, quatre mois supplémentaires.
Pour 78% des personnes actives au Grand-Duché, la maîtrise de la langue de Molière demeure nécessaire sur leur lieu de travail. Devant l'anglais et le luxembourgeois. En revanche, à la maison, les choses s'inversent, selon les données publiées lundi par le Statec.
La loi votée le 24 février 1984 a officiellement renforcé le multilinguisme du pays en ajoutant à l'allemand et au français une troisième langue de réponse pour les administrations. Trois décennies plus tard, la question linguistique reste d'actualité.
Une journée nationale de la langue et la culture luxembourgeoise sera instituée.