Changer d'édition

Le français dès le début du cycle 2: "C'est parti!"
Luxembourg 3 3 min. 19.06.2018 Cet article est archivé

Le français dès le début du cycle 2: "C'est parti!"

Le français dès le début du cycle 2: "C'est parti!"

Shutterstock
Luxembourg 3 3 min. 19.06.2018 Cet article est archivé

Le français dès le début du cycle 2: "C'est parti!"

Avec une première approche de la langue française en crèche depuis la rentrée 2017-2018, l'Education nationale étend son programme d'apprentissage.

Avec Félix, Lila, Tilou et d'autres personnages, les enfants vont apprendre le français d'une nouvelle façon. A partir de la rentrée 2018-2019, les élèves étudieront le français oral dès le début du cycle 2 à l'école fondamentale.

Alors qu'auparavant, l'enseignement de la langue française se faisait seulement à partir du 2e trimestre en deuxième année, désormais, il se fera sur les deux années scolaires entières du cycle 2. C'est le principal changement dans l'apprentissage de cette langue qui permettra à l'enfant de progresser de manière cohérente.

Nouvel ouvrage pour le cycle 2
Nouvel ouvrage pour le cycle 2
Noémie Koppe

Une nouveauté également présente dans les crèches. Depuis octobre 2017, l'Education nationale a mis en place un programme d'éducation plurilingue, donnant un «accès naturel et décontracté au français» selon le ministère.

Les enfants entrent donc en contact pour la première fois avec la langue française. Ils se familiarisent de manière ludique avec la langue lors d'activités langagières comme les histoires, des situations du quotidien telles que les repas ou encore les promenades. 

Le but est d'oublier l'approche scolaire caractérisée par les définitions et les évaluations afin de permettre à l'enfant de progresser à son rythme.

Concernant les autres cycles, aucun changement n'est prévu. Les élèves continueront leur initiation au français écrit dès le cycle 3. Mais le fait de débuter l'apprentissage oral plus tôt permettra à l'élève d'être plus à l'aise puisqu'il aura eu plus de temps pour développer ses compétences communicatives à l'oral avant d'entamer l'écrit. 

Le programme d'enseignement se fera en quatre étapes:

  1. Cycles 1 et 2: Explorer la langue
  2. Cycles 3 et 4: Approfondir les bases
  3. Classes inférieures: Consolider les notions
  4. Classes supérieures: Perfectionner

Un enseignement pluridisciplinaire

Avec l'ouvrage «Salut, c'est parti!», les professeurs pourront enseigner le français de manière plus ludique. Selon Christian Lermitte, directeur-adjoint du Service de coordination de la recherche et de l'innovation pédagogiques et technologiques, cela va «redonner de la motivation» aux élèves.

A travers 6 thèmes et de nombreuses illustrations, les enfants pourront apprendre le français tout en s'amusant et en s'identifiant à des personnages. L'idée est de créer de nombreuses interactions en classe pour que l'apprentissage soit moins académique. 

Pour cela, plusieurs activités sont proposées dans le cahier: créer un masque, le jeu du béret, le jeu des 4 familles, des comptines... Des productions variées pour ne pas les ennuyer. L'apprentissage se fait aussi par la musique. Au total, l'enseignement du français se fera sur 54 heures en deux ans, plus 18 heures en situations pluridisciplinaires.

Le ministère a mis en place un site internet où les pistes audio, nécessaires aux activités proposées dans le livre, sont disponibles en téléchargement, tout comme le complément de littérature. Avec l'ouvrage «Salut, c'est parti!», les élèves pourront donc apprendre le français à travers de nombreuses chansons, comptines, activités sportives ou littéraires. Mais aussi des projets à réaliser. 

Le tout sera évalué en contrôle continu. Les enseignants adaptent leur programme en fonction des compétences acquises par la classe. De quoi donner confiance aux enfants tout en leur donnant goût à l'apprentissage. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Tous les professeurs le reconnaissent : le français est la langue mal-aimée des élèves des lycées luxembourgeois. La raison semble simple : la langue de Molière est mal enseignée. La réalité est toutefois plus complexe, tout comme le sont les réflexions sur la réforme de l'enseignement.