Changer d'édition

Le financement du terrorisme en ligne de mire
Luxembourg 07.10.2019

Le financement du terrorisme en ligne de mire

La traque au blanchiment d'argent est une pierre angulaire de la lutte contre le terrorisme

Le financement du terrorisme en ligne de mire

La traque au blanchiment d'argent est une pierre angulaire de la lutte contre le terrorisme
Photo: Serge Waldbillig
Luxembourg 07.10.2019

Le financement du terrorisme en ligne de mire

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Un projet de loi examiné ce lundi en commission des Finances vise à optimiser au Luxembourg la lutte contre le blanchiment de capitaux. Surveillance intérieure et coopération internationale en sont les deux axes.

Quel est le point commun entre un bijoutier, un garagiste, un agent et promoteur immobilier, ou un négociant en œuvres d’art? Toutes ces professions sont mentionnées dans un projet de loi visant à mieux lutter contre le blanchiment de capitaux et le financement du terrorisme.

Examiné ce lundi en commission des Finances de la Chambre, le texte cite aussi «les prestataires de monnaies virtuelles ou d’actifs virtuels». 

Autre mesure adoptée par le projet de loi, «l'identification par voie électronique» est introduite en vue de mieux déceler les risques de certaines transactions et surtout d'en vérifier les bénéficiaires.

Renforcer le pouvoir des autorités de contrôle  

Se basant sur la 5e directive antiblanchiment, le texte évoque les listes de «personnes à risque» élaborées par l'Union européenne et par l'ONU, tandis que des listes de «pays à haut risque» sont en cours d'élaboration.

Dans la même optique, le parquet antiblanchiment, la Cellule de renseignement financier, la CSSF, le Commissariat aux assurances et l'administration de l'Enregistrement et des Domaines verront leur pouvoir et leurs moyens de sanction et de coopération renforcés.


L'antiblanchiment va être sujet de préoccupation dans beaucoup de structures ces deux prochaines années
Antiblanchiment: le dossier urgent de Gramegna
«Gramegna I» avait promis de décoller l’image de paradis fiscal du Luxembourg, «Gramegna II» va devoir s’en occuper encore et rapidement: le GAFI revient en juin 2020.

Enfin, les normes et recommandations internationales définies en février 2012 et mises à jour en octobre 2018 par le GAFI (Groupe d'action financière), l'organisme chapeauté par l'OCDE en charge de la lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme, seront intégralement introduites au Grand-Duché.


Sur le même sujet

Pas de restriction autour du paiement en cash
Sur la même ligne que la Commission européenne, le ministre des Finances Pierre Gramegna (DP) a indiqué que l'instauration de nouvelles limites aux transactions en argent liquide n'était pas à l'ordre du jour au Luxembourg.
«Je pense retourner au Luxembourg»
Steve Duarte, le djihadiste luxembourgeois de Meispelt, qui a rejoint la milice terroriste Etat Islamique en Syrie en 2014 et est actuellement en captivité dans un camp kurde, a donné une interview télévisée.
La liste noire anti-blanchiment incluant Ryad est enterrée
Les 28 membres de l'Union européenne ont enterré mercredi une liste noire contre le blanchiment de capitaux, qui incluait l'Arabie saoudite, après des pressions de Washington et de Ryad. Une décision fustigée par l'ONG Transparency International.
La Place un peu plus transparente au 1er septembre
Le registre des bénéficiaires effectifs, fruit de la transposition de la quatrième directive anti-blanchiment entrera en vigueur dans six mois. Transposé par la loi du 13 janvier 2019, le RBE sera accessible aussi bien aux autorités compétentes nationales qu'au public.
Illu - Finanzplatz - Place financiere - Luxembourg - Photo : Pierre Matge
Blanchiment d'argent: le Luxembourg prend position
Le gouvernement luxembourgeois vient de prendre position, dans un communiqué de presse, suite à la décision de la Commission européenne relative à la transposition de la 4e directive anti-blanchiment des capitaux.
La Commission européenne, à Bruxelles, tape sur les doigts de 11 Etats membres.