Changer d'édition

Le fichier central de la police pose question
Luxembourg 3 min. 27.06.2019

Le fichier central de la police pose question

Le fichier central de la police pose question

Photo: Maurice Fick
Luxembourg 3 min. 27.06.2019

Le fichier central de la police pose question

Maurice FICK
Maurice FICK
Après la déception des députés en commission en début de semaine, les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont essuyé un revers de l'association luxembourgeoise des journalistes professionnels (ALJP).

Il avait subitement été placé sous les feux de la rampe politicienne et de la presse suite à l'entretien d'embauche sans suite d'un jeune homme qui avait postulé pour un emploi au ministère public. Le fameux «fichier central de la police» - qualifié un temps de «casier judiciaire bis» secret - continue d'alimenter la chronique trois semaines après les faits rapportés par RTL. Rappelons que ce fichier central contient les procès-verbaux et les rapports rédigés par les officiers et les agents de police judiciaire.


Laut Polizeigesetz darf zu Einstellungszwecken bei Polizei und Staatsanwaltschaft auf das Register zurückgegriffen werden.
Le fichier de la police qui soulève des questions
Un candidat s'est vu refuser un emploi au sein du ministère public parce que son nom aurait été mentionné dans un fichier policier. Cette base de données est placée sous les feux de la critique.

Deux ministres issus des rangs de Déi gréng, Felix Braz pour la Justice, et François Bausch, pour la Sécurité intérieure, ont tant bien que mal tenté de répondre le 19 juin aux moult interrogations des députés restées en suspens sur l'accès à ce fichier, son utilisation réelle, les mécanismes de contrôle ou encore sa base légale.

Réponse à la rentrée?

Ce mercredi, les députés CSV se sont montrés «déçus» à l'issue de leur entrevue avec les représentants de la Commission nationale pour la protection des données (CNPD). Ces derniers jugeant prématuré de répondre aux questions des députés de l'opposition sur la compatibilité entre les fichiers et banques de données de la police et les prescriptions légales et réglementaires. 

Les députés devront laisser passer les vacances d'été en attendant les conclusions de l'avis demandé par François Bausch sur l'exploitation du fichier central par la police et sa conformité avec la loi sur la protection des données.

Volonté «d'empêcher un reportage critique»

«Les analyses de la commission nationale de la protection des données et de l'Inspection générale de la police devraient nous aider à détecter d'éventuelles faiblesses dans la législation, afin qu'elles puissent ensuite être supprimées avec le Parlement», avaient souligné Felix Braz et François Bausch dans une lettre ouverte adressée à la presse luxembourgeoise, lundi.

En ce milieu de semaine, les membres de l'ALJP se sont étonnés à la fois de la forme de la réponse inhabituelle utilisée par les deux ministres et de l'accusation indirecte formulée à l'égard de la presse. En l’occurrence, la phrase dans laquelle Felix Braz et François Bausch assuraient ne pouvoir «accepter des accusations générales superflues et insoutenables contre la police et la justice». Ce qui pousse le syndicat de journalistes à s'interroger sur une éventuelle tentative gouvernementale «d'empêcher un reportage critique»

Rejet des critiques gouvernementales

L'ALJP souligne que les bases de données «ne semblent pas avoir bénéficié de garanties juridiques suffisantes dans le passé, durant de nombreuses années et dans certains cas jusqu'aujourd'hui. Elles sont donc illégales. Les ministres eux-mêmes l'admettent».

Le rôle de la presse consiste à «informer la population sur les dysfonctionnements et leur traitement politique», rappelle l'organe représentant les journalistes luxembourgeois qui souligne que cette mission «implique également de poser des questions sur la manière de fonctionner ou d'agir de la police, de l'appareil judiciaire ou de la politique». Une logique qui pousse l'ALJP à soutenir le travail effectué par RTL, d'autant plus que le syndicat affirme ne pas avoir décelé «de conduite inappropriée de la part de nos collègues» et rejette  par là même «les critiques formulées par les ministres».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Révision totale pour les fichiers de la police
Délai de conservation des données à revoir, accès plus restreint, nature des informations conservées reprécisée: les députés travaillent à remettre l'archivage policier dans le droit chemin. Un texte sera voté avant la fin d'année.
Lokale,CdP. Campagne médiatique de recrutement de la Police & Inauguration nouveau commissariat de Police à Limpertsberg.Foto:Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Un remaniement de gouvernement sans surprise
Ce vendredi, le Premier ministre Xavier Bettel a annoncé la nouvelle composition officielle. François Bausch devient vice-Premier ministre, Sam Tanson (Déi Gréng) prend le portefeuille de la Justice tandis que Henri Kox fait son entrée à la tête du ministère du Logement. Une recomposition verte au sein de la coalition.
Un projet de loi sur le fichier central «avant Noël»
L'avis de la CNPD sur le fichier central de la police vient confirmer certaines craintes de députés. François Bausch, ministre de la Sécurité intérieure, leur a promis en commission ce mercredi qu'un projet de loi serait soumis à la Chambre avant les vacances de Noël.
«Une crise chez Déi Gréng? Où ça?»
Affaire Traversini, remaniement gouvernemental délicat, problème de santé d'un de ses piliers: le parti écologiste vit des heures sombres. Mais ses deux coprésidents veulent croire en des jours meilleurs. Rapidement si possible.
Déi Gréng, dei greng, Kongress, 19.03.2016 Foto: Luc Deflorenne
Félix Braz reste hospitalisé
Quatre jours après l'annonce du «malaise cardiaque» qui a foudroyé le ministre de la Justice lors de ses vacances en Belgique, le gouvernement a confirmé que le vice-premier ministre se trouvait toujours en soins intensifs en Belgique.
PK Koalitionsverhandlungen - Félix Braz -  Foto : Pierre Matgé/Pierre Matgé