Changer d'édition

Le droit de vote accordé aux étrangers, une nouvelle étape ?
Luxembourg 06.06.2015 Cet article est archivé
Timeline

Le droit de vote accordé aux étrangers, une nouvelle étape ?

Luxembourg 06.06.2015 Cet article est archivé
Timeline

Le droit de vote accordé aux étrangers, une nouvelle étape ?

La démocratie implique la participation du peuple aux destinées d'un pays, et le choix par ce même peuple de ses représentants politiques. Cette frise chronologique montre de quelle manière le droit de vote s'est élargi au cours des cent dernières années au Luxembourg.

(mt - mf - vb - dn) - La démocratie implique la participation du peuple aux destinées d'un pays, et le choix par ce même peuple de ses représentants politiques. Cette frise chronologique montre de quelle manière le droit de vote s'est élargi au cours des cent dernières années au Luxembourg.



Sur le même sujet

Bourgmestre de Mamer depuis dix-huit ans et vice-président de la fraction CSV au Parlement, Gilles Roth est davantage tourné vers la Belgique que la France. Le député «ne voit aucun inconvénient à ce que le gouvernement luxembourgeois participe à des investissements réalisés en vue d'acheminer plus facilement des travailleurs frontaliers vers le Luxembourg. Parce que la qualité du travail fourni serait meilleure».
Le Luxembourg et ses résidents étrangers : la question du droit de vote à accorder à ces derniers dans le cadre des législatives est celle qui divise le plus le pays. Déficit démocratique, droit de vote, devoir électoral et tensions entre étrangers et Luxembourgeois au prisme des résultats dévoilés par une enquête d'opinion courant mai.
A quelques jours du scrutin
Dimanche, les Luxembourgeois vont aller aux urnes et répondre à trois questions dont une concerne le droit de vote des étrangers. Quelles sont les tendances et les positions des partis politiques? Voici le point sur le référendum du 7 juin.
48% des résidents luxembourgeois sont pour l'attribution du droit de vote aux étrangers, tandis que 44% sont contre. Et la moitié des électeurs luxembourgeois interrogés ne trouvent pas correct que la question de la séparation de l'Eglise et de l'Etat soit éliminée du référendum. Voilà ce qui ressort du dernier sondage TNS-Ilres commandé par le Luxemburger Wort et RTL en vue du référendum du 7 juin 2015.