Changer d'édition

Le DP partant pour flexibiliser les horaires de travail
Luxembourg 3 min. 13.07.2021
Politique

Le DP partant pour flexibiliser les horaires de travail

La fraction libérale tient à se distinguer de ses partenaires de gouvernement du LSAP en repoussant l'idée d'une ''taxe corona".
Politique

Le DP partant pour flexibiliser les horaires de travail

La fraction libérale tient à se distinguer de ses partenaires de gouvernement du LSAP en repoussant l'idée d'une ''taxe corona".
Photo : Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 13.07.2021
Politique

Le DP partant pour flexibiliser les horaires de travail

Si les libéraux ont fait une croix sur la réforme fiscale, le chef de fraction lance l'idée d'offrir aux salariés d'établir leurs propres horaires de travail après négociation avec leur employeur. Une piste née des constats faits durant le confinement.

(pj avec Morgan KUNTZMANN) «Le ciel ne s'est pas encore éclairci». Tel est le constat de Gilles Baum à l'heure, pour le chef de fraction DP, de faire le point sur la session parlementaire et l'actualité du Luxembourg. Mais à comparer la situation à celle de l'été dernier, le député et ses collègues voient de meilleures perspectives, sanitaires autant qu'économiques et cela grâce à la «voie luxembourgeoise» suivie pour faire face à cette double crise covid.


Politik, Wirtschaft, Online, Lokales, Wahlen, Europawahlen, Wahlplakate Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Les électeurs gardent confiance dans la coalition
Si les élections législatives avaient lieu ce dimanche, DP et LSAP gagneraient chacun un siège supplémentaire à la Chambre, contrairement à Déi Gréng, selon les résultats du Sonndesfro commandité par le «Luxemburger Wort» et «RTL». Le CSV apparaît toujours dans une spirale négative.

«Au lieu de mettre en œuvre un plan pas à pas strict et rigide, comme l'exige le plus grand parti d'opposition (CSV), le Luxembourg s'est donné un modèle plus flexible», se félicitent donc Gilles Baum et les siens. Ainsi, le gouvernement aurait-il trouvé le juste équilibre entre sécurité et liberté. Et de saluer au passage les mesures prises dans l'éducation. «Le plan au niveau de l'école, la stratégie de test rapides et l'utilisation d'équipes de test mobiles ont permis aux écoles de fonctionner à nouveau aussi normalement que possible.»

Même la gestion de l'épidémie et ses impacts dans les maisons de retraite ont été salués par Gilles Baum. A la lumière des conclusions de l'enquête Waringo, publiée le matin même, le parti libéral se voit allégé d'un poids : la ministre de la Famille, Corinne Cahen (DP) pourra échapper à de nouvelles volées de flèches sur ce dossier bien mal engagé. «Les décisions ont été prises avec les connaissances dont nous disposions à l'époque.» 

Le 9h-17h ne correspond plus à l'attente des gens

Gilles Baum

Des dix-huit mois de crise, le parti du Premier ministre veut tirer les enseignements. Le télétravail? «La possibilité doit être laissée pour quelques jours car cela peut contribuer à un meilleur équilibre entre vie professionnelle et vie privée». Mais le choix du home-office devrait être laissé au salarié, car notamment «il y a des gens qui ont besoin de contacts sociaux au bureau tous les jours». 

Le confinement a aussi montré la possibilité de travailler selon des horaires plus flexibles. «Le 9h-17h ne correspond plus à l'attente des gens. Nous souhaitons que les horaires de travail soient donc négociables individuellement entre le salarié et son employeur». Mais cela sans rien changer de la durée du temps de travail hebdomadaire ou mensuelle. Le parti entend aussi maintenir son attention sur la santé des salariés et sur le droit à la déconnexion

Non à la ''taxe covid''

Mais, a reconnu Gilles Baum, il est des idées sur lesquelles le parti démocrate a choisi de faire une croix sur ce mandat. A commencer par la réforme fiscale. Compte tenu des 3,3 milliards d'euros de déficit public pour 2020 (et 2,1 milliards à prévoir pour cette année), «il serait irresponsable de mettre en œuvre une réforme fiscale globale». Pas plus que, d'ici 2023, il ne sera question de réviser l'impôt sur les sociétés. Lui aussi devrait rester inchangé.


IPO , ITV Frank Engel , CSV Nationalpräsident (noch) , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Frank Engel loin d'être le seul mis en cause
Un mois après l'annonce de la poursuite d'un volet de l'enquête contre l'ancien président du CSV pour «faux et usage de faux», l'affaire rebondit avec la publication de noms de plusieurs personnalités du parti également dans le viseur de la justice.

Enfin, et n'en déplaise aux partenaires socialistes de la coalition gouvernementale, pas question d'introduire une ''taxe covid''. «Les entreprises qui ont bien réussi paient automatiquement plus d'impôts. Mieux vaut qu'elles investissent et embauchent des gens», estime le chef de file des parlementaires libéraux. "Cette taxe, maintenant, constituerait un mauvais signal à ce stade et étoufferait immédiatement la reprise économique", a averti Gilles Baum.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.