Changer d'édition

«Le DP bloque ce gouvernement pour avancer»
Luxembourg 5 min. 22.07.2022
Bilan parlementaire déi Lénk

«Le DP bloque ce gouvernement pour avancer»

Nathalie Oberweis n'a pas hésité à s'en prendre directement au Premier ministre Xavier Bettel (DP).
Bilan parlementaire déi Lénk

«Le DP bloque ce gouvernement pour avancer»

Nathalie Oberweis n'a pas hésité à s'en prendre directement au Premier ministre Xavier Bettel (DP).
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 5 min. 22.07.2022
Bilan parlementaire déi Lénk

«Le DP bloque ce gouvernement pour avancer»

Thomas BERTHOL
Thomas BERTHOL
Le parti déi Lénk n'a pas manqué de critiquer le manque d'action du gouvernement, ainsi que le manque de consensus entre les partenaires de la coalition lors de la présentation de son bilan parlementaire ce vendredi.

«Changement climatique, covid, énergie, hausse des prix ou encore logement, le gouvernement n'est pas à la hauteur pour contourner ou surmonter ces différentes crises», a fustigé Myriam Cecchetti, la présidente déi Lénk, ce vendredi à l'occasion de la présentation annuelle du bilan parlementaire du parti de gauche. 


Le risque de pauvreté continue d'augmenter au Luxembourg
La richesse du pays est de plus en plus inégalement répartie au sein de la population, selon le dernier Panorama social de la Chambre des salariés. Le Luxembourg figure parmi les plus mauvais élèves européens au niveau des inégalités sociales et économiques.

«Les entreprises et les banques se mettent leurs bénéfices dans les poches, l'État augmente ses recettes grâce à l'inflation, mais qui doit payer pour les crises ? Le contribuable, bien sûr», a constaté Myriam Cecchetti avec ironie, en faisant référence à la réalité sociale qui caractérise le quotidien des habitants du Luxembourg.

Avec un risque de pauvreté de 17% chez les personnes actives, le Luxembourg occupe la deuxième place au niveau européen dans la catégorie des «travailleurs pauvres». «Nous ne pouvons pas en être fiers», a ajouté la députée de Déi Lénk. Elle considère que le gouvernement est incapable d'agir, parce que les partis de la majorité ont des visions de la société trop différentes et «se neutralisent mutuellement».

«Le DP bloque ce gouvernement pour faire des avancées et ainsi le gouvernement n'assume donc pas ses responsabilités», renchérit sa collègue à la Chambre, Nathalie Oberweis.

Nous jugeons le gouvernement sur ses actes et pas sur ses annonces.

Nathalie Oberweis

La députée déi Lénk pointe notamment du doigt l'échec de la réforme fiscale promise par la majorité: «On voit très bien ici que le DP est la force conservatrice du gouvernement qui veut préserver les privilèges de sa clientèle, mais ne rien changer, cela veut aussi dire maintenir les inégalités qui existent, ça, c'est aussi un choix.» Pour Nathalie Oberweis, le débat sur la réforme fiscale n'était qu'une «farce» à la Chambre et ressemblait davantage à un combat électoral lors duquel il était possible de voir le manque de consensus au sein de la coalition.


Die Logement-Krise beschäftigt die Politik seit Jahren.
Quels leviers les communes doivent-elles actionner?
L'exemple du ministère de l'Intérieur montre à quel point le défi du logement est difficile à relever. Dernièrement, le Conseil d'État a freiné la ministre Taina Bofferding dans l'achèvement d'un de ses projets de loi.

L'ancienne journaliste, qui siège au Parlement depuis mai 2021, dit ne plus rien attendre du gouvernement d'ici aux prochaines élections législatives en octobre 2023, particulièrement pour résoudre la crise du logement. «Il ne suffit pas de parler de crise et de renvoyer à des réformes qui viendront éventuellement à l'automne comme celle sur l'impôt foncier, nous jugeons le gouvernement sur ses actes et pas sur ses annonces», a souligné Nathalie Oberweis. Cette dernière juge que «le marché fait partie du problème» et que pour cette raison «l'approche du gouvernement de miser sur des acteurs privés a échoué». 

Comment résoudre la crise du logement ?

Si la question du logement demeure la première préoccupation de la population, le gouvernement n'en a pas assez pris conscience, appuie Nathalie Oberweis, également membre de la Commission du logement à la Chambre: «Le gouvernement et la majorité ne s'en prennent pas à ce sujet parce qu'ils ne sont pas concernés. Il faut dire honnêtement que le gouvernement et les députés, nous sommes une classe relativement privilégiée. Je le dis clairement, nous ne sommes pas concernés par cette urgence. Je suis convaincue que si des personnes ressentaient cette urgence dans leurs tripes, il y aurait plus de mesures». Pour refléter davantage les préoccupations de la population à la Chambre, déi Lénk souhaiterait pour cela élargir les conditions de vote et d'élection aux résidents étrangers sans en préciser les modalités.

La députée de gauche a rappelé que le parti déi Lénk avait proposé une Constitution alternative qui inscrivait le droit au logement comme un droit fondamental, alors qu'il n'est «pas assez encadré par les acteurs publics». Selon Nathalie Oberweis, il faudrait atteindre au moins 10% de logements abordables. Pour venir en aide aux personnes précaires, le parti déi Lénk considère qu'il faut augmenter le pouvoir d'achat en revalorisant le salaire minimum au lieu de prolonger le rabais à la pompe de 7,5 centimes le litre jusqu'à fin août.


Wirtschaft, Politik, Briefing, Lenert, Tanson a Bettel  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
L'obligation vaccinale, ce n'est pas pour tout de suite
L'exécutif a pris la décision de préparer l'arsenal législatif visant à rendre le vaccin anti-covid obligatoire, tout en annonçant qu'il ne sauterait pas le pas à moins d'y être contraint.

Parmi les critiques lancées par les députées déi lénk envers le gouvernement, Nathalie Oberweis n'a pas hésité à s'en prendre directement au Premier ministre Xavier Bettel (DP). Elle lui reproche d'avoir imposé un débat sur l'obligation vaccinale «pour marquer un coup politique, alors que sa ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) y était opposée». 

«C'était un véritable scandale, nous avons perdu des mois et mis en jeu le vivre-ensemble de notre société, on s'est moqué de nous. Xavier Bettel a dit qu'il suivrait l'avis des experts pour finalement ne pas le faire.» Pour Nathalie Oberweis, ces derniers mois auraient été plus utiles pour mettre en place un plan pour l'automne, ainsi qu'une loi permettant d'agir lors des prochaines pandémies.

Selon les derniers sondages, le parti déi Lénk recueillerait deux sièges à la Chambre lors des prochaines élections législatives, soit le même nombre de députés qu'actuellement. Pour David Wagner, il est «évident» que «le but primaire est d'atteindre au moins cinq députés» pour former un groupe au Parlement. «Si nous sommes renforcés à la Chambre, nous pourrons augmenter la pression pour réussir des changements», souligne pour sa part Myriam Cecchetti.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Juste avant le coup d'envoi des vacances d'été, les députés socialistes ont dressé le bilan de leur session parlementaire sans cacher leurs ambitions pour les prochaines élections législatives.
Politik, Yves Cruchten, um Plateau, LSAP-Presse, parlamentarische Bilanz und Essen, Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Nathalie Oberweis et Myriam Cecchetti succéderont mercredi à David Wagner et Marc Baum au sein du groupe parlementaire. L'une est enseignante de formation, l'autre a été journaliste . Toutes deux espèrent reconnecter la gauche aux réalités des citoyens.