Changer d'édition

Le directeur médical du Chem claque la porte
Luxembourg 11.02.2020

Le directeur médical du Chem claque la porte

L'avenir du Südspidol est au cœur de la discorde.

Le directeur médical du Chem claque la porte

L'avenir du Südspidol est au cœur de la discorde.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 11.02.2020

Le directeur médical du Chem claque la porte

Claude Birgen numéro deux du Centre hospitalier Emile Mayrisch (CHEM) a annoncé avec fracas son départ lors d'une réunion du conseil d'administration lundi 10 février. La raison de cette démission serait un désaccord avec le directeur général au sujet de la planification du «Südspidol».

(ota) – C'est une petite bombe qui explose dans le paysage hospitalier du sud du pays. Le Tageblatt évoque un «éclat» lors de la réunion du conseil d'administration de ce lundi au cours duquel le directeur médical, Claude Birgen a annoncé sa démission et fait valoir son droit à la retraite.  Une rupture de confiance avec le directeur général, Hanjörg Reimen, est évoquée. Le concept du futur Südspidol dont la mise en service a été repoussée à 2026 est au cœur de la discorde entre les deux médecins.

L'opposition s'élargirait même à l'ensemble du corps médical, particulièrement sur le degré des soins ambulatoires, pierre angulaire de la politique de santé du gouvernement et précisément au cœur du projet du Südspidol. Le débat porte également sur la délégation aux cabinets privés de certains services médicaux qui jusque-là étaient exclusivement de la compétence des hôpitaux. Une approche qui a les faveurs de l'Association des médecins et médecins dentistes à Luxembourg (AMMD) qui plaide pour l'émergence de structures décentralisées

Le Südspidol sera implanté au rond-point Raemerich et regoupera les services du CHEM aujourd'hui répartis entre Esch, Dudelange et Niederkorn.
Le Südspidol sera implanté au rond-point Raemerich et regoupera les services du CHEM aujourd'hui répartis entre Esch, Dudelange et Niederkorn.

Les détracteurs de cette approche dont fait partie Claude Birgen, craignent qu'une privatisation du système de santé ne s'accompagne de la création d'une médecine à deux vitesses. Les critiques de cette approche estiment en outre que privatisation rime avec baisse de qualité. Le scénario dans lequel les hôpitaux subiraient une pression accrue de la concurrence privée les inciteraient à faire passer la rentabilité avant le reste.



Sur le même sujet

Déjà du retard pour le Südspidol
Le nouvel hôpital du Sud n'ouvrira pas ses portes avant 2026. L'annonce en a été faite par le ministre de la Santé, vendredi. Les premiers appels d'offres pour ce projet de 541 millions d'euros seront lancés en septembre prochain.
Lagaplan Südspidol
La médecine environnementale arrive au CHEM
Le ministre de la Santé a tranché: le Centre hospitalier Emile Mayrisch ouvrira le premier service de prise en charge de patients atteints de troubles liés à l'exposition à des polluants.
CHEM - Centre Hospitalier Emil Mayrisch - Hôpital Princesse Marie-Astrid - Niederkorn -  - 08/01/2019 - photo: claude piscitelli
Le «Südspidol» verra son champ d'expertise élargi
Adopté en août 2018, le projet de création d'un pôle hospitalier regroupant les centres d'Esch-sur-Alzette, Dudelange et Niederkorn devrait également accueillir un centre pour l'Association Luxembourg Alzheimer (ALA) et une polyclinique, a indiqué lundi soir Dan Biancalana (LSAP), bourgmestre de Dudelange.