Changer d'édition

Le dialogue social à la sauce patronale
Luxembourg 3 min. 30.09.2019

Le dialogue social à la sauce patronale

Dans sa nouvelle approche du dialogue social, l'UEL préférerait que le ministre du Travail, Dan Kersch, prenne la «responsabilité de faire des choix politiques».

Le dialogue social à la sauce patronale

Dans sa nouvelle approche du dialogue social, l'UEL préférerait que le ministre du Travail, Dan Kersch, prenne la «responsabilité de faire des choix politiques».
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 30.09.2019

Le dialogue social à la sauce patronale

Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.

(MF avec MaH) – Rien ne va plus. Les jeux sont faits entre les trois plus grands syndicats du pays, qui ont déjà programmé un grand rassemblement le 19 novembre, et l'UEL qui n'est plus disposée à se mettre à la table du dialogue tripartite, parce qu'elle s'y sent souvent lésée. 


André Roeltgen et l'OGBL s'associent au LCGB et à la CGFP pour organiser une grande manifestation le 14 novembre
Un grand rassemblement syndical le 14 novembre
Réunis en front commun, la CGFP, le LCGB et l'OGBL ont convenu d'une action de protestation contre le boycott du dialogue des employeurs, qui avaient quitté les négociations tripartites avec le gouvernement le 18 septembre dernier.

«On nous taquine et on nous manipule», a expliqué ce lundi Nicolas Buck, président de l'Union des Entreprises Luxembourgeoises (UEL), pour décrire la manière dont les représentants des patrons sont traités au sein du Comité permanent du Travail et de l'Emploi (CPTE). Filant la métaphore sportive, il reformule son idée: «C'est comme si lors d'un match de football, une équipe envoyait onze joueurs sur le terrain et une autre, quinze. Mais que les joueurs de l'équipe inférieure ne pouvaient que tirer leur pied gauche».

La rupture entre patronat et syndicats semble consommée en cette fin septembre. S'ils se tournent le dos c'est parce que l'UEL n'entend plus participer de la même façon au dialogue social à trois (syndicat, patronat, gouvernement) que jusqu'ici. Lors du dernier CPTE qui s'est déroulé à huis clos le 18 septembre, l'UEL a provoqué l'ire des syndicats OGBL, LCGB et CGFP en présentant une «nouvelle méthode pour avancer sur les enjeux du monde du travail».

Eviter une « politisation à outrance»

Le patronat reste «viscéralement attaché au dialogue social» et s'inscrit en faux par rapport aux syndicats l'accusant de vouloir le rompre mais souhaite que ce dialogue «ait lieu au sein même de l'entreprise, avec l'ensemble des salariés, qu'ils soient syndiqués ou non».


Le président de l'OGBL, André Roeltgen a détaillé les différents axes de son action future
L'OGBL et l'UEL se tournent le dos
Le syndicat luxembourgeois majoritaire annonce la rupture du dialogue avec le monde patronal. Une déclaration choc qui devrait déboucher prochainement sur une panoplie d'actions syndicales.

Au lieu du classique modèle du dialogue tripartite luxembourgeois, l'UEL présentera ce mardi 1er octobre au gouvernement, une méthode de travail «plus efficace» qui «éviterait une politisation à outrance des positions des forces en présence». L'alternative consiste à replacer le ministre du Travail au centre de l'échiquier et de lui conférer un rôle d'arbitre lors d'un match qui se jouerait sans confrontation directe entre patronat et syndicats. 

Dan Kersch devra veiller «à légiférer de façon à développer l'activité économique des entreprises tout en tenant compte des intérêts et des attentes des salariés». Dans la méthode, l'UEL aimerait que le ministre mène des entretiens bilatéraux les syndicats d'une part et elle-même d'autre part. Deux parties qui seraient «libres de dialoguer avec le ministre sur la teneur des idées ou projets de loi qu'il aura développés» dans le cadre du droit du travail. 

 «Une attaque inacceptable»

Au final, c'est bien au ministre que reviendrait la «responsabilité de faire des choix politiques en tenant compte de son idée initiale sur un sujet bien précis et en tenant compte ou non des remarques de l’UEL et des syndicats».

Un «dialogue social» à la sauce patronale qui «permettrait de sensibiliser les parties en présence aux besoins de compétitivité et de flexibilité des entreprises», glisse l'UEL. Les syndicats parlent d'«une attaque frontale irresponsable et inacceptable».

Jeudi 26 septembre, les trois syndicats ont enjoint «le patronat à revenir à la table des négociations du CPTE dans les plus brefs délais et sans conditions préalables». 


Sur le même sujet

Le patronat prêt à retrouver la tripartite
Au lendemain de la grande mobilisation qui a réuni près de 1.500 personnes à l'appel de l'OGBL, du LCGB et de la CGFP, le président de l'UEL affirme qu'il sera bien présent au prochain Comité permanent du travail et de l'emploi, le 2 décembre.
Nicolas Buck, «patron des patrons» reste ferme : «Il faut revoir les modalités de travail du Comité permanent du travail et de l'emploi».
Démonstration de force réussie
OGBL, LCGB et CGFP ont réussi à unir leurs forces, mardi soir. Plus de 1.500 personnes se sont rassemblées pour marquer leur opposition au souhait patronal d'abandonner le Comité permanent du travail et de l'emploi, et plus largement remettre en cause le dialogue social.
Politik, CGFP, LCGB, OGBL Protestkundgebung, Boycott Patronal du Dialogue Social, Wolff Romain, Patrick Dury et André Roeltgen   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».
Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«Le travail est surtaxé par rapport au capital»
Sur les ondes de RTL, Romain Wolff a livré ses sentiments au sujet des difficiles rapports entre les syndicats et le patronat. Le président de la Confédération générale de la fonction publique (CGFP) a aussi donné son avis sur la prochaine réforme fiscale.
50 Jahre CGFP, Itw Romain Wolff / Präsident, Foto Lex Kleren
Un grand rassemblement syndical le 14 novembre
Réunis en front commun, la CGFP, le LCGB et l'OGBL ont convenu d'une action de protestation contre le boycott du dialogue des employeurs, qui avaient quitté les négociations tripartites avec le gouvernement le 18 septembre dernier.
André Roeltgen et l'OGBL s'associent au LCGB et à la CGFP pour organiser une grande manifestation le 14 novembre