Changer d'édition

Le diagnostic mesuré de Paulette Lenert
Luxembourg 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Le diagnostic mesuré de Paulette Lenert

Chaque résident a été doté de cinq masques qui seront distribués dans la semaine.

Le diagnostic mesuré de Paulette Lenert

Chaque résident a été doté de cinq masques qui seront distribués dans la semaine.
Photo : Guy Wolff
Luxembourg 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

Le diagnostic mesuré de Paulette Lenert

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
La ministre de la Santé a fait le point sur la gestion de la crise du covid-19, mardi, avec la Commission de la Santé. Si Paulette Lenert se veut rassurante, elle rappelle toutefois que le chemin à parcourir reste long.

Encore un peu de patience. Alors que la première phase de déconfinement a été lancée lundi, avec notamment la réouverture des chantiers, la situation reste «loin de la normalité». Voilà le message rappelé, mardi, par la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) lors d'un point avec les députés de la Commission de la Santé. Car bien que l'effet des mesures de confinement se reflète sur la courbe des nouvelles infections, une seconde vague reste un risque qui n'est «pas à exclure». Comme hier, les gestes barrières restent donc essentiels.

Obligatoire depuis le début de la semaine, le port d'une protection buccale doit ainsi «devenir la routine», prévient la ministre de la Santé. Que ce soit dans les transports publics ou dans les supermarchés, chacun va donc devoir s'habituer à porter «un foulard, une écharpe ou un masque», selon l'énumération faite par Xavier Bettel (DP) mercredi dernier.  

Lundi, en compagnie du Premier ministre, Paulette Lenert a découvert l'hôpital de campagne du CHL.
Lundi, en compagnie du Premier ministre, Paulette Lenert a découvert l'hôpital de campagne du CHL.
Photo : DR

Interrogée sur l'efficacité de ces différentes protections, la ministre de la Santé a rappelé qu'aucun masque ne peut fournir une protection totale contre le virus et que leur efficacité «dépend aussi de leur bonne utilisation».

Une distribution géante de masques chirurgicaux à l'ensemble des habitants du Luxembourg a néanmoins démarré en début de semaine, dans les 102 communes du pays. Même chose pour les artisans et les ouvriers du bâtiment. Mais les professionnels de santé ne sont pas oubliés. La ministre de la Santé a ainsi détaillé les structures mises en place et insisté sur l'action de la cellule logistique créée au début de la pandémie, mi-mars, visant à assurer «une distribution transparente des matériels médicaux». 

Quant aux médicaments, la crise du covid-19 n'aurait eu «aucun impact particulier» sur l'approvisionnement dans le pays. Les éventuels problèmes de disponibilité, détaille ainsi la ministre, seraient liés «à la dépendance luxembourgeoise aux pays voisins et aux politiques commerciales de l’industrie pharmaceutique». Des considérations bien «antérieures à la crise».

Eviter les «dommages collatéraux»

Mais les problématiques de santé du gouvernement ne se limitent pas à la seule pandémie, qui a déjà fait 75 morts au Grand-Duché. Paulette Lenert a ainsi rappelé l'importance de se faire soigner pour les personnes atteintes de problèmes de santé autres que le virus. «Une urgence reste une urgence», a-t-elle insisté. Rappelant que des «mesures de séparation claires» entre les patients atteints du covid-19 et les autres étaient mises en place. «Les malades ne doivent ainsi pas craindre pour leur sécurité.»

Et en ce qui concerne les angoisses, «aucune fluctuation significative», notamment dans les taux de suicide, n’a été constatée, selon la ministre. Toutefois, le succès de la hotline psychologique mise en place par le gouvernement début mars, avec pas moins de 2.000 appels par jour en moyenne, souligne un mal-être croissant de la population en relation avec l'angoisse de la contamination et l'ennui du confinement. Selon un sondage réalisé par Quest publié lundi, 10% des résidents seraient d'ailleurs dans un état mental critique

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Fin annoncée de «la pénurie» de masques
Sujet de polémique en début de crise devenu outil indispensable du déconfinement, les protections buccales ne constituent plus une denrée rare, assure mercredi Paulette Lenert, ministre de la Santé. Qui précise que ces accessoires n'ont jamais été absents dans le secteur des soins.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Une prime aux soignants ne suffit pas
Afin de tirer les bonnes leçons de la crise, il faut écouter les salariés du secteur de la santé estime l'OGBL ce lundi. Le syndicat salue l'idée d'une aide financière, mais souligne que le plus important est de fournir de bonnes conditions de travail dans un secteur au rôle vital pour la société.
Lokales, Corona-Virus Covid19,  Covid-Intensivstation CHDN Ettelbrück, ( schriftliches Einverständnis des Patienten zur Publikation )Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La pandémie «sous contrôle» en Allemagne
Après un mois de restrictions dans la vie sociale, le gouvernement s'est félicité de ce nouveau cap vendredi. Par ailleurs, il promet une production massive de masques de protection.
A sign that reads 'Stop! Isolation room' is pictured in the intensive care unit of the community hospital in Magdeburg, eastern Germany, on April 16, 2020 during the novel coronavirus COVID-19 pandemic. (Photo by Ronny Hartmann / AFP)