Changer d'édition

Le détachement de salariés en plein boom au Luxembourg
Luxembourg 3 min. 31.05.2018 Cet article est archivé

Le détachement de salariés en plein boom au Luxembourg

Le nombre de travailleurs détachés au Luxembourg a augmenté de 47,42% l'an dernier

Le détachement de salariés en plein boom au Luxembourg

Le nombre de travailleurs détachés au Luxembourg a augmenté de 47,42% l'an dernier
Pierre Matgé
Luxembourg 3 min. 31.05.2018 Cet article est archivé

Le détachement de salariés en plein boom au Luxembourg

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Le détachement ne connaît pas la crise: en 2017, selon le rapport annuel de l'Inspection du travail et des mines, le nombre de déclarations est en hausse de 62,2% et celui de salariés de 47,42%. Derrière les sociétés allemandes et belges, c'est la Pologne qui se glisse à la troisième place.

C'est mathématique: qui dit reprise économique dit besoin de bras pour la supporter. Et quand les bras "locaux" ne suffisent pas, il faut avoir recours à de la main-d'oeuvre étrangère. 

En 2017, l'Inspection du travail et des mines (ITM) a enregistré 43.254 déclarations de détachement, dont 70% proviennent d'Allemagne. C'est une hausse de 62,2% par rapport à 2016 et de 82,6% par rapport à 2015. La Pologne se glisse sur la troisième place des pays d'origine des déclarations avec 2.397 demandes (5,6% du total), ce qui représente une augmentation de près de 400%. Seule la Hongrie fait mieux avec une augmentation de 2.096% mais le volume est trop faible pour avoir du sens. 

Le nombre d'entreprises qui détachent au Luxembourg est aussi en augmentation, de 31,39%. Sans beaucoup de surprise, le secteur de la construction (44,53%) est le principal moteur de ce phénomène avec autant de demandes que les deux secteurs suivant, l'industrie (23,1%) et le transport (14,4%).

Toujours selon le même mouvement, le nombre de salariés détachés augmente de 47,42% par rapport à l'an dernier à 119.893. Les trois quarts proviennent des pays frontaliers (68.373 d'Allemagne, 15.457 de Belgique et 5.647 de France). Mais les Polonais représentent le troisième contingent avec 13.558 salariés détachés en 2017 au Luxembourg.

Au début de l'année 2016, l'administration des douanes et accises et l'ITM ont renforcé leurs contrôles pour les rendre plus efficaces. L'an dernier, l'ITM a donc procédé à 1.689 contrôles, qui ont débouché sur 870 injonctions de mises en conformité. Les amendes infligées dans ce cadre se sont montées à 1,7 million d'euros, montant ramené à 737.000 euros en fin de procédure. 58% de ces contrôles concernaient des sociétés allemandes et les trois quarts le secteur de la construction.

Les accidents trop chers

En 2017, 384 accidents du travail, dont 7 mortels et 97 graves, ont été déclarés auprès de l'ITM. 53 ont été transmis au ministère public. Selon l'Association d'assurance accident, citée par le rapport, le nombre d'accidents au travail s'est stabilisé entre 26.000 et 27.000 depuis 2005. Le coût direct de ces accidents, à raison de 5.000 euros par accident et par salarié, atteindrait 135 millions d'euros chaque année.

Là encore, le secteur de la construction est le plus exposé avec 163 accidents, devant l'industrie (55) et le commerce (41).

Le détachement n'est que le quatrième sujet d'appel du Help Call Center derrière des questions de licenciement (5.043 cas et 14,52%), de salaire (4.298) et de congé (3.967). L'autre service, qui effectue des contrôles en entreprises, est principalement occupé par des questions de salaires (33% des cas), de congé (21,01%) et de durée du travail (15,37%). 

Pénurie d'inspecteurs

L'Inspection du travail et des mines, longtemps une vingtaine de personnes, a atteint 117 personnes en 2016 et 144 en 2017, dont 48 inspecteurs. Pour défendre les travailleurs au Luxembourg selon les standards du Bureau international du travail, il en faudrait au minimum 51, soit un inspecteur pour 8.000 salariés. 

Ils sont d'un intérêt vital pour le pays. Seulement «beaucoup de candidats ayant réussi leur examen-concours n'étaient soit pas vraiment intéressés de vouloir exercer le métier d'inspecteur du travail, étaient plus attirés par des avantages pécuniaires offerts par d'autres administrations ou avaient choisi d'être embauchés par d'autres administrations nécessitant moins d'efforts personnels en formation», dit le rapport annuel. Pire, l'ITM ne peut assurer la formation que de cinq à dix inspecteurs par an, ce qui ne suffit pas à compenser les départs à la retraite. 

Or l'ITM voudrait atteindre 214 agents début 2025, ce qui impliquera forcément une nouvelle stratégie.

Le rapport conclut, comme les années précédentes, que la création d'une carrière d'inspecteur du travail spécifique, comme celle qui existe pour les agents de police, ainsi qu'une grille de traitement propre pourrait rendre ce métier plus attractif. Mais le rapport ajoute l'idée de créer un "bachelor" de trois ans.


Sur le même sujet

Exploités par leur patron mais responsables
Stupéfaction ce lundi en fin d'après-midi dans les rangs des députés. Discutée au sein d'une commission jointe, l'affaire de la traite d'êtres humains dans un hôtel de Vianden et plusieurs sociétés montre surtout qu'il y a une lacune légale.
Le patron de l'ITM annonce plus de contrôles
Aux manettes depuis cinq ans, Marco Boly, directeur de l'Inspection du travail et des mines (ITM) fait le point. Sur la restructuration interne, le doublement imminent du nombre d' inspecteurs du Travail et le détachement des salariés, sa grande cible.
27.000 accidents du travail par an: ITM: davantage d'inspecteurs et de sanctions
«Nous sommes en train de réformer de fond en comble l'ITM», assure le ministre du Travail. Alors que le Luxembourg dénombre «27.000 accidents du travail par an, dont un tiers dans la construction», l'ITM recrute des inspecteurs du Travail qui pourront bientôt sanctionner plus lourdement le non-respect du droit du travail.
Le secteur de la construction est particulièrement exposé aux accidents du travail. Sur 27.000 accidents qui se produisent par an, un tiers se déroulent sur des chantiers.