Changer d'édition

Le déficit de certains spécialistes se creuse
Luxembourg 4 min. 03.06.2022
Santé au Luxembourg

Le déficit de certains spécialistes se creuse

Le fossé entre le nombre de médecins disponibles, notamment spécialistes, et la population semble se creuser d'année en année.
Santé au Luxembourg

Le déficit de certains spécialistes se creuse

Le fossé entre le nombre de médecins disponibles, notamment spécialistes, et la population semble se creuser d'année en année.
Crédit: Shutterstock
Luxembourg 4 min. 03.06.2022
Santé au Luxembourg

Le déficit de certains spécialistes se creuse

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La ministre explique ensuite qu'il n'existe pas de formation en pédiatrie au Luxembourg. Les jeunes qui souhaiteraient se former à cette discipline doivent donc se rendre à l'étranger.

Le Grand-Duché vit un boom démographique constant depuis de nombreuses années. Rien qu'au cours de l'année 2021, 25.335 personnes ont posé leurs valises au Grand-Duché pour venir y résider. Au total, le Luxembourg a grandi de 10.667 nouveaux résidents cette même année. Et cette tendance ne risque pas de décroître. Si l'augmentation de la population a de quoi en satisfaire plus d'un, elle est également source d'inquiétudes dans plusieurs secteurs. Outre des prix du logement de plus en plus inaccessibles en raison de l'offre et de la demande, la problématique de la pénurie des médecins continue de donner des sueurs froides à la Santé.


Gesundheitsministerin Paulette Lenert (LSAP) hat noch in keiner einzigen brennenden Gesundheitsfrage eine eigene Meinung verlauten lassen oder sich - wie bei der Impfpflicht - so vage geäußert, dass ihre Position nicht erkennbar ist.
Le Luxembourg se prépare à l'arrivée de la variole du singe
Face à l'inquiétude grandissante de la population vis-à-vis de la propagation de la variole du singe, Paulette Lenert a détaillé le plan prévu en cas d'apparition du virus au Luxembourg.

Le fossé entre le nombre de médecins, notamment spécialistes, semble d'ailleurs se creuser d'année en année. Un constat également soulevé par les députés André Bauler et Gilles Baum (DP). Ces derniers ont d'ailleurs interrogé la ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) au détour d'une question parlementaire. L'idée étant de savoir s'il est possible de dresser un état des lieux précis de la démographie médicale au Grand-Duché. «Au Luxembourg, il n'y a pas qu'une pénurie de pédiatres. Les médecins d'autres disciplines sont concernés, qu'ils soient généralistes ou spécialistes. Avec une population qui augmente de 10.000 habitants chaque année, cela risque d'entraîner des délais d'attente toujours plus longs», s'inquiètent justement les deux députés. 

Un grand boom démographique

Parmi les données fournies par la Santé arrêtées au 21 décembre 2021 et en les comparant avec le rapport de la démographie médicale de l'Association Luxembourgeoise des Etudiants en Médecine datant de 2010, on peut se rendre compte des spécialités dont la pénurie de praticiens s'est aggravée ou au contraire, améliorée. À l'instar de l'anesthésiologie par exemple. En 2010, il y avait 86 spécialistes en anesthésie-réanimation pour 506.953 résidents. Aujourd'hui, ce chiffre est passé à 171 pour 645.397 habitants. 


18.05.2022 Pressekonferenz Paulette Lenert und Claude Haagen : “ Virage ambulatoire et Médecine  extra-hospitalière   Gesundheitsministerium , außerklinische Medezin , Foto  : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
Dix antennes hospitalières doivent voir le jour dans tout le pays
Paulette Lenert et Claude Haagen ont expliqué ce mercredi les différentes étapes du développement des prestations médicales en dehors des hôpitaux.

Même constat pour l'anatomie pathologique, qui a notamment pour mission de détecter le cancer, dont le chiffre de spécialistes est passé de 8 à 25 en une dizaine d'années. C'est également pareil pour la biologie clinique (de 11 à 35 spécialistes) ainsi que pour la cardiologie (de 51 à 79 spécialistes). De même que la plupart des chirurgiens spécialistes, pour les gastro-entérologues (de 19 à 33 praticiens en 10 ans), les gynécologues (77 à 114 spécialistes).

Bref, bon nombre de spécialisations ont renforcé leurs effectifs au cours de ces dernières années. Malheureusement, ce n'est pas le cas de toutes. Récemment, nous évoquions que la médecine du travail avait toutes les peines du monde pour recruter des professionnels. Selon les données fournies par la ministre de la Santé, on remarque qu'au 31 décembre 2021, la médecine du travail comptait 48 professionnels, contre 60 en 2010. 

Un médecin du travail pour 5.000 salariés

Un chiffre en net recul alors que l'augmentation démographique s'est quant à elle poursuivie. Le président de l'Association Luxembourgeoise de la Santé au Travail (ALSAT) dénonçait il y a peu que le Grand-Duché ne recensait qu'un médecin du travail pour 5.000 salariés, alors que le ratio européen est d'un pour 3.500 employés. Selon lui, la pénurie de ces professionnels de santé s'explique par une mauvaise promotion du métier. En 2021, il n'y a eu que deux nouveaux médecins du travail qui ont été recrutés contre 12 en 2018.


Students of medicine examining anatomical model
Un accord historique pour les futurs médecins
La Belgique francophone va former plus de praticiens, mais ils auront à passer dorénavant un concours d’entrée à l'université.

Difficile également de ne pas parler de pénurie de professionnels de la Santé sans évoquer la situation délicate des pédiatres. On se rappelle encore de la fermeture de la maternité d'Ettelbruck durant près de deux mois en raison d'un manque temporaire de spécialistes, dont des pédiatres. Au 31 décembre 2021, toujours selon les données de la Santé, le pays comptait 124 pédiatres. En 2010, ils étaient 84, mais au cours de ces dix dernières années, une bonne partie sont partis à la retraite. L'Association de Médecins et Médecins-Dentistes (AMMD) plaide notamment pour un renforcement et une amélioration des équipes mobiles de néonatologues qui existent déjà. Un dispositif qu'il faudra toutefois renforcer avec plus de personnel. 

«Le Grand-Duché est le deuxième pays le moins bien loti en Europe en médecins. 30% des étudiants en médecine ne rentrent pas au pays», soulignait alors Guillaume Steichen, secrétaire général de l'AMMD. Il évoquait notamment un système de santé et des conditions de travail pas assez attractifs. De son côté, la ministre de la Santé a déjà expliqué qu'il n'existe pas de formation en pédiatrie au Luxembourg. Les jeunes voulant se lancer sur cette voie doivent donc aller étudier à l'étranger et ont parfois tendance à y rester pour exercer

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Chenilles processionnaires
Alors que les chenilles processionnaires font leur grand retour, les officines du pays disposent des stocks nécessaires pour soulager les réactions allergiques des résidents. Mais s'ils se disent prêts à réagir, les pharmaciens ne veulent pas pour autant tomber dans la psychose.
TC,Grippenimpfung. Impfstoff.Apotheke,Vaccin. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Malgré la levée des dernières restrictions et une situation sanitaire favorable, il s'agit du meilleur moyen, pour le groupe d'experts, de passer l'automne de la manière la plus sereine possible.
A vaccine syringe and vial
L'AMMD est très préoccupée par la pénurie annoncée de médecins au Luxembourg et prévient qu'à l'horizon 2030 la situation pourrait devenir catastrophique. Les médecins et dentistes attendent surtout des réponses de leurs deux ministres de tutelle.
Alors que ces dernières années, les ministres de la Santé ont toujours réfuté le manque de médecins au Luxembourg, le monde médical constate, chiffres à l'appui, que la situation se dégrade.