Changer d'édition

Le défi du LSAP face à l'érosion de son électorat
Luxembourg 2 min. 02.03.2020 Cet article est archivé

Le défi du LSAP face à l'érosion de son électorat

L'actuel député-maire de Dudelange, Dan Biancalana (à droite), avec l'ex député de la forge du Sud Alex Bodry.

Le défi du LSAP face à l'érosion de son électorat

L'actuel député-maire de Dudelange, Dan Biancalana (à droite), avec l'ex député de la forge du Sud Alex Bodry.
Photo: Lex Kleren
Luxembourg 2 min. 02.03.2020 Cet article est archivé

Le défi du LSAP face à l'érosion de son électorat

Le parti socialiste se prépare à l'élection d'un nouveau président prévue le 8 mars. Le député-maire de Dudelange, Dan Biancalana, président faisant fonction fait le point sur un parti à la recherche d'un nouveau souffle après le départ ou le repli de plusieurs de ses cadres.

(ota) – Le jeu de chaises musicales n'en finit plus au parti socialiste. Ce 8 mars le LSAP se choisit un nouveau président et l'élection du seul candidat déclaré, le député Yves Cruchten devrait être une formalité. Initialement c'est la députée Francine Closener qui devait reprendre le flambeau mais elle s'est retirée suite à la maladie de son mari.

En attendant, suite à l'entrée au gouvernement de l'actuel président Franz Fayot, ce 4 février, le vice-président du parti, Dan Biancalana, assure les affaires courantes. Interrogé par Le Quotidien ce lundi, le député-maire de Dudelange, assure que le nouveau président aura fort à faire. «La nouvelle direction du parti devra clairement énoncer vers où elle compte amener le LSAP», estime-t-il. 


17.08.12 Ministere d Etat,Staatsministerium,Foto:Gerry Huberty
Politiques et administrations «atteignent leurs limites»
Les récents remaniements gouvernementaux et l'intense jeu de chaise musicale à la Chambre démontrent que le Luxembourg peine à suivre le rythme de sa croissance économique. Particulièrement au niveau de son personnel politique et de son administration, estime Philippe Poirier, professeur à l'Uni.

En termes de personnel, le parti socialiste connaît de grands chamboulements depuis quelques mois. Etienne Schneider, tête de liste nationale lors des dernières législatives, a rendu son tablier de ministre et quitté la scène politique. Le président du groupe parlementaire, Alex Bodry, s'est quant à lui retiré au Conseil d'Etat. Sans oublier la prise de fonctions de Nicolas Schmit à la Commission européenne, remplacé au pied levé par Marc Angel au Parlement européen. Ces trois derniers mois, trois députés socialistes ont ainsi changé de tête. Trois hommes – Marc Angel, Alex Bodry et Franz Fayot sont partis, remplacés par trois femmes, à savoir, Francine Closener, Cécile Hemmen et Simone Asselborn-Bintz.

Au-delà des changements de tête, Dan Biancalana signale que c'est au niveau du contenu qu'il faut se démarquer. Il met l'accent sur la communication du parti qui, selon lui, doit expliquer «pourquoi  il reste important de voter socialiste et afficher la plus-value qu'un LSAP peut apporter par rapport aux autres partis». 


Politik, Pressekonferenz Marc Angel, Mitglied des Europäischen Parlaments,Parteifraktion LSAP,  Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le nouveau poste «un peu fou» de Marc Angel
Fraîchement arrivé dans l'hémicycle de Strasbourg, Marc Angel (LSAP) livre, ce vendredi, ses premières impressions sur son nouveau mandat. Le député européen doit prendre le pli du jargon européen et espère que l'UE obtiendra les moyens de ses ambitions.

Le défi semble énorme tant les derniers scores électoraux du parti socialiste sont historiquement bas. La participation aux quatre derniers gouvernements, apparaît un peu comme l'arbre qui cache la forêt. En effet, le LSAP affiche une baisse constante de ses résultats aux législatives, passant de plus de 23% et 14 députés en 2004, à quelque 17% et plus que dix députés lors du dernier scrutin en 2018.


Sur le même sujet

Franz Fayot sur orbite
Le président du parti socialiste, le député Franz Fayot, reprend ce mardi les rênes du ministère de l'Economie. Il est perçu comme bien plus critique envers une économie libérale que ses prédécesseurs camarades du LSAP.
IPO ,Europawahlen 2019 , Wahlparty LSAP , vlnr Bettel , Fayot Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'Etat déboursera plus pour les partis politiques
Les députés ont touché à leur but. La refonte de la loi sur le financement des partis politiques est prête. La proposition de loi fixe le plafond pour la dotation publique à 80% des recettes globales d'un parti politique. Les sommes sont rondelettes.
Politik. Parlamentswahlen 2018. élections législatives, RTL Spitzenkandidaten, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Premier bilan après un an de Bettel II
365 jours après son investiture, l'équipe de Xavier Bettel ne semble pas encore avoir trouvé son rythme de croisière. Une analyse de l'année politique en cinq questions.
Le gouvernement mené par Xavier Bettel n'a pas tout de suite trouvé son rythme politique.