Changer d'édition

Le débat à sens unique de la 5G
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

Le débat à sens unique de la 5G

Pour le collectif Stop 5G, le gouvernement avance avec des oeillères.

Le débat à sens unique de la 5G

Pour le collectif Stop 5G, le gouvernement avance avec des oeillères.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 30.07.2020

Le débat à sens unique de la 5G

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Si le réseau haut débit soulève des craintes, le groupe Post n'entend pas freiner son développement vers cette technologie. Quelques jours après l'attribution des fréquences, l'opérateur luxembourgeois tient à rassurer sur ce «réseau du futur» tandis que les opposants à la 5G tentent de faire entendre leur voix.

Alors que son déploiement se concrétise, la 5G continue d'inquiéter. Le groupe POST, qui entend permettre à près de 75% des résidents de se raccorder à un accès internet ultra-rapide, a donc voulu rassurer lors d'une présentation mercredi. Car à en croire Cliff Konsbruck, directeur de Post Telecom, «beaucoup de fausses informations circulent». 

A commencer, par la crainte de la multiplication d'antennes dans le pays. Une idée que Pierre Scholtes, chef du département technologies et transport, s'empresse de démentir. Si de nouvelles antennes feront bel et bien leur apparition, ces ajouts le seront «en nombre comparable aux années passées». Post prévoit une couverture progressive par la 5G: 50% du territoire national à la fin 2022, et 90% d'ici quatre ans. 


La 5G rapportera 41,3 millions d'euros à l'Etat
Lancées mi-juillet, les enchères pour l'attribution des fréquences de communication ultra-rapides ont suscité les appétits des opérateurs. Au final, quatre sociétés ont vu leur offre de loyer retenue par l'Institut luxembourgeois de régulation. Joli pactole.

Et quelles conséquences sur la santé ? Le groupe de télécommunication repousse la question des effets néfastes. Les seuils critiques seraient en effet «loin d’être atteints», précisent ainsi les dirigeants de POST. 

Quant à l'environnement, Luc Welter, directeur expérience client du groupe, est formel : «Un téléphone qui capte mal émet avec une intensité plus importante, donc consomme davantage». La 5G permet tout de même un plus grand débit de données, nécessitant, par conséquent, de l’énergie via les serveurs. «Ceux-ci sont de plus en plus efficaces, les capacités par megahertz (MHz) sont régulièrement augmentées». 

Lettre ouverte à Bettel

Mais le groupe de télécommunication ne s'en cache pas : la 5G ne fait que suivre un besoin du marché. Entre 2014 et 2019, le trafic de données des clients de l'opérateur a été multiplié par sept. Soit un total de 350 terabytes par semaine. A ce rythme, alerte Cliff Konsbruck, les capacités de la 4G arriveraient à saturation d'ici un à trois ans.

Concrètement, pour ses utilisateurs, le «réseau du futur» offrira essentiellement de la vitesse. La 5G serait en effet jusqu'à 100 fois plus rapide que la génération précédente. Elle permettra par ailleurs de connecter «jusqu'à un million d'appareils» contre un maximum de 200 actuellement avec la 4G. Bien que Luc Welter l'avoue, l'utilisation de ce réseau changera les usages «de manière significative» surtout dans le monde de l'entreprise.

Durée de téléchargement du film "Les Gardiens de la Galaxie" (4K de 30Go)
Durée de téléchargement du film "Les Gardiens de la Galaxie" (4K de 30Go)
Crédit: POST



Avec la 5G, «ne fonçons pas tête baissée»
Alors que le gouvernement invite entrepreneurs et citoyens à la deuxième Luxembourg 5G Conference 2019, ces mercredi et jeudi, des voix s’élèvent pour dénoncer un éventuel impact sanitaire lié à l'exposition aux ondes et demandent un moratoire.

Alors ces arguments réussiront-ils à convaincre le collectif citoyen «Stop 5G Luxembourg» ? Rien n'est moins sûr. Vendredi dernier, les anti-5G adressaient une lettre ouverte à Xavier Bettel (DP). Le courrier dénonçait le passage en force du Premier ministre sur ce dossier, en dépit de ses «propos sur la démocratie». 

Et pour cause. Le collectif regrette l'accélération du projet «en pleine période de vacances» et avant même le débat public prévu à la Chambre. Pourtant en avril, la pétition 1560, visant à «stopper définitivement le déploiement de la 5G au Luxembourg» avait dépassé le seuil des 4.500 signatures nécessaire pour que le sujet soit discuté par les députés.  


Politik, bilan des travaux de la Commission des Pétitions, Nancy Kemp-Arendt, Fernand Etgen, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Il n'y a pas de pétitions fantaisistes»
Le record du nombre de pétitions publiques reçues a été battu durant cette session parlementaire. Et sur les 299 suggestions, sept ont dépassé les 4.500 signataires déclenchant un débat public à la Chambre.

Finalement, le texte de protestation a recueilli 7.272 soutiens, faisant de cette proposition la pétition publique la plus soutenue de l'année parlementaire. Si les discussions devraient tout de même avoir lieu à la rentrée, aucune date n'a toutefois été communiquée à ce jour.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La 5G rapportera 41,3 millions d'euros à l'Etat
Lancées mi-juillet, les enchères pour l'attribution des fréquences de communication ultra-rapides ont suscité les appétits des opérateurs. Au final, quatre sociétés ont vu leur offre de loyer retenue par l'Institut luxembourgeois de régulation. Joli pactole.
Les enchères pour l'attribution de la 5G débutent
La répartition des bandes de fréquences pour les communications mobiles ultra-rapides démarrent ce lundi. Eltrona, Luxembourg Online, Orange, Post et Proximus, postulants déjà déclarés, sont sur les rangs.