Changer d'édition

Le CSV rompt avec sa position antinucléaire
Luxembourg 3 min. 29.06.2022
Nucléaire

Le CSV rompt avec sa position antinucléaire

Le Luxembourg a fait part de ses préoccupations à la France après une série d'incidents survenus à la centrale nucléaire de Cattenom, près de la frontière.
Nucléaire

Le CSV rompt avec sa position antinucléaire

Le Luxembourg a fait part de ses préoccupations à la France après une série d'incidents survenus à la centrale nucléaire de Cattenom, près de la frontière.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 29.06.2022
Nucléaire

Le CSV rompt avec sa position antinucléaire

Andréa OLDEREIDE
Andréa OLDEREIDE
Le principal parti d'opposition luxembourgeois estime qu'il faut repenser l'énergie nucléaire en raison de la crise d'approvisionnement provoquée par la guerre en Ukraine.

Le principal parti d'opposition luxembourgeois, le CSV, a quitté le comité national antinucléaire, décrivant sa décision comme une «pause» temporaire provoquée par l'absence d'alternatives viables à la crise énergétique qui fait suite à l'invasion de l'Ukraine par la Russie


La centrale de Cattenom complètement à l'arrêt
Le réacteur 2 a été mis hors service pour maintenance vendredi soir, après la fermeture des trois autres réacteurs du site au cours des derniers mois.

Le Comité national d'action contre l'énergie nucléaire était composé jusqu'il y a peu d'une trentaine de partis politiques, de syndicats et d'ONG. Il a condamné l'énergie nucléaire comme étant «trop dangereuse, trop chère et trop inaccessible». 

Cependant, deux groupes politiques, le CSV et le parti d'opposition, l'ADR (droite radicale), viennent de démissionner. La commission a décidé de suspendre temporairement deux autres groupes, le Parti communiste luxembourgeois (KPL) et le syndicat «Landesverband», car ils n'ont pas répondu aux demandes de la commission concernant leur statut de membre, a rapporté la chaîne de télévision RTL.

Pas d'alternative

Les chrétiens-démocrates restent farouchement opposés à l'énergie nucléaire, a expliqué le député Paul Galles (CSV), mais le parti ne voit pas d'alternative dans les circonstances actuelles, avec une tension sur les approvisionnements provoquée par l'invasion de l'Ukraine par la Russie.


La centrale à charbon de Saint-Avold devrait redémarrer
Arrêtée le 31 mars dernier, la centrale à charbon de Saint-Avold, en Moselle, devrait être relancée d'ici l'hiver prochain, pour sécuriser l'approvisionnement de la France en électricité.

 «Nous voulons abandonner complètement les centrales à gaz et à charbon russes, et comme les énergies alternatives ne sont pas encore très répandues, nous avons besoin de la possibilité d'une période de transition, et c'est pourquoi nous avons décidé de faire une pause au sein du comité», a indiqué Paul Galles au Luxembourg Times.

«Une décision malheureuse»

«L'énergie nucléaire n'est pas parfaite, mais au moins elle ne dégage pas de CO2, nous avons donc pris une décision pragmatique», a-t-il ajouté.

Le président du comité, Paul Polfer, a qualifié la décision du CSV et de l'ADR de «malheureuse».

Cette annonce intervient juste après que le groupe énergétique français contrôlé par l'État, Électricité de France (EDF), a annoncé que des contrôles de corrosion potentielle allaient être effectués sur tous les réacteurs de la centrale nucléaire de Cattenom, située de l'autre côté de la frontière luxembourgeoise. Le site a complètement arrêté ses activités le week-end dernier. Le seul réacteur en état de marche a été mis hors service pour maintenance.

Des contrôles

Cela signifie que les quatre réacteurs du site - qui sont actuellement hors service pour diverses raisons - sont en train d'être contrôlés ou seront soumis à des tests de corrosion. 

Le gouvernement luxembourgeois avait exigé la fermeture de tous les réacteurs pour des contrôles en avril après qu'EDF a confirmé que de la corrosion avait été découverte sur le réacteur 3. Il avait envoyé une lettre au chef de l'autorité de sûreté nucléaire française pour lui faire part de ses inquiétudes après une série d'arrêts au cours des derniers mois.

Le Luxembourg et l'Allemagne, ardents adversaires de l'énergie nucléaire, demandent depuis longtemps la fermeture de la centrale nucléaire de Cattenom, située à une vingtaine de kilomètres au sud de la capitale luxembourgeoise.

Cet article a été publié pour la première fois sur www.luxtimes.lu

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le nouveau logo du CSV est en quadrichromie et non plus monochrome. Après vingt ans passés en orange, le parti souhaitait du changement, sans renier ses valeurs.
Neues Logo / Foto: Elena Arens
Une source syndicale avait donné l'alerte la semaine passée, les soupçons sont désormais confirmés par EDF. L'entreprise a indiqué avoir trouvé des signes de corrosion à Cattenom, mais également dans trois autres réacteurs nucléaires français.
Cette pollution pourrait bientôt rejoindre le Luxembourg et l'Allemagne.
La Belgique a décidé de reporter de dix ans sa sortie du nucléaire, en raison de l'invasion en Ukraine qui fait flamber les prix de l'énergie. Une décision que déplorent certains ministres luxembourgeois.
Cooling towers of nuclear power plant of Doel near Antwerp, Belgium