Changer d'édition

Le CSV perd sa majorité à Bissen
Luxembourg 24.09.2019 Cet article est archivé

Le CSV perd sa majorité à Bissen

Fränk Clement (2e à gauche) et Carlo Mulbach (3e à gauche) au côté de Joëlle Fagny, Christian Hoscheid et Romain Lucas.

Le CSV perd sa majorité à Bissen

Fränk Clement (2e à gauche) et Carlo Mulbach (3e à gauche) au côté de Joëlle Fagny, Christian Hoscheid et Romain Lucas.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 24.09.2019 Cet article est archivé

Le CSV perd sa majorité à Bissen

Les conseillers CSV Frank Clement et Carlo Mulbach ont décidé de se retirer du conseil communal. Une nouvelle secousse encore liée au projet d'implantation du futur Google Data Center.

(ER avec EH) - Frank Clement et Carlo Mulbach remettront, ce mercredi, leur démission au bourgmestre Jos Schummer (indépendant). Les deux échevins CSV rejettent clairement les accusations selon lesquelles peu de travail a été accompli au cours des derniers mois. 

L'annonce a été faite par la section locale du CSV lors d'une conférence de presse mardi après-midi. Ce double départ place localement le parti dans une position délicate. En juin, en effet, déjà le bourgmestre et sa conseillère Cindy Barros avaient remis leur carte. 


Le superordinateur de l'université à Belval aura bientôt un homologue à Bissen
Meluxina, le nouveau superordinateur du Luxembourg
L'engin, d'une puissance de dix pétaflops, sera hébergé dans le datacenter de LuxConnect à Bissen. Dédié à la recherche, la médecine personnalisée et aux projets eHealth, il devrait à terme employer 50 personnes.

De fait, l'équilibre politique communal et la majorité ont changé à Bissen. Avec cinq membres, «Är Leit» constitue désormais le groupe le plus important autour de la table des délibérations, tandis que le CSV ne comptait déjà plus que quatre conseillers. Maintenant, Jos Schummer et Cindy Barros veulent poursuivre leur mandat en tant qu'indépendants.

La création par Google d'un data center au lieu-dit «Busbierg» est la cause de tous ces remous politiques au sein de la commune. Les conseillers CSV, Christian Hoscheid et Cindy Barros, avaient voté contre la modification du plan d'aménagement général (PAG). Cela a  conduit à une rupture au sein de leur groupe jusqu'alors favorable à la venue de la firme informatique. 

Schummer toujours aux commandes?

Jos Schummer n'a pas caché son intention de coopérer avec les conseils de «Är Leit», ce qui devrait lui permettre de conserver le poste de bourgmestre. 

Pour rappel, le conseil communal de Bissen, après un premier feu vert unanime le 7 janvier dernier, s'était une nouvelle fois réuni le 20 juin pour discuter du projet du futur Google Data Center. A cette occasion, il avait émis son avis définitif sur une modification ponctuelle du PAG.


Sur le même sujet

Google à la rencontre des citoyens de Bissen
Google s'apprête à discuter avec les habitants de la commune. La société américaine les a invités à une réunion programmée le jeudi 21 novembre mais aucune information n'a filtré sur le contenu.
(FILES) A file photo taken on July 30, 2018 shows the logo of US multinational technology company Google with the subtitle in French "Google Assistant in different formats" at a store in Lille, northern France. - Google said on January 23, 2019, it would appeal a record 50-million-euro fine imposed by France's data regulator for failing to meet the EU's strict new General Data Protection Regulation (GDPR). (Photo by DENIS CHARLET / AFP)
Le bourgmestre de Bissen démissionne
Privé de soutien parmi les dix conseillers communaux en place, l'élu préfère libérer son poste. Le dossier Google et son implantation auront fait à nouveau du dégât parmi la cohésion des élus.
8.4. Bissen / Mairie / ITV Jos Schummer, Bürgermeister Bissen Foto:Guy Jallay
Bissen vote le reclassement du terrain destiné à Google
Nouveau petit pas en avant pour le géant américain. Jeudi soir, le conseil communal de Bissen a voté par un «oui» moins unanime qu'en janvier, la modification ponctuelle du plan d'aménagement général qui va permettre à Google d'implanter son Data Center.
Bissen, nouveau centre de gravité high-tech
Déjà ciblée par Google qui y a acheté 33 hectares en vue de l'installation éventuelle d'un datacenter et terre d'accueil de l'Automotive Campus, la commune hébergera également un superordinateur (HPC). L'un des huit qui verront le jour dans l'ensemble de l'UE, annonce vendredi la Commission européenne.