Changer d'édition

Le CSV et son Hames (trop) sensible
Luxembourg 3 min. 19.09.2022
Polémique

Le CSV et son Hames (trop) sensible

Président du CSV, Claude Wiseler se serait sans doute bien passé de cette polémique.
Polémique

Le CSV et son Hames (trop) sensible

Président du CSV, Claude Wiseler se serait sans doute bien passé de cette polémique.
Photo d'archives: Elena Arens
Luxembourg 3 min. 19.09.2022
Polémique

Le CSV et son Hames (trop) sensible

Charles MICHEL
Charles MICHEL
Membre du conseil communal de Bascharage, Josy Hames (CSV) a enflammé la sphère politique en qualifiant samedi Déi Jonk Gréng (les jeunes verts) de «terroristes» qui vont «provoquer la fin de l'Europe et de sa culture». Rien que ça...

Faut pas énerver Josy Hames (CSV). Samedi 17 septembre, au pied d'un reportage d'Eldoradio sur Déi Jonk Gréng posté sur Facebook intitulé «Ne pas verser les générations futures dans la crise», ce membre du conseil communal de Bascharage livre ce commentaire: «Ce sont tous des terroristes verts et cette racaille va provoquer la fin de l'Europe et de sa culture.» Suffisant pour embraser la sphère politique. 

«C'est un discours de haine auquel nos membres sont régulièrement confrontés. On a même mis en place une hotline pour ceux qui éprouvent le besoin d'en parler...» Ce lundi, Djuna Bernard se dit consternée. La présidente des Verts estime «choquant qu'un élu attaque de manière aussi irresponsable des adversaires politiques». Elle condamne aussi le silence de la présidence du CSV: «La présidence du parti ne tient visiblement pas à prendre ses distances avec ce genre de déclaration. Ce silence m'interpelle, vous savez ce qu'on dit: qui ne dit mot consent...»

Je trouve évidemment le choix des mots inapproprié.

Claude Wiseler (Président du CSV chez RTL)

Un silence tout relatif puisque interrogé lundi matin par nos confrères de RTL, Claude Wiseler déclarait ceci: «Je trouve évidemment le choix des mots inapproprié. On peut avoir des concurrents politiques et la lutte électorale peut être violente et solide, mais il faut toujours essayer de le faire en respectant les autres, c'est la base de la culture politique et c'est ainsi que je souhaite que le CSV se comporte maintenant et pendant la campagne électorale.» À l'aune d'une année 2023 riche en élections (communales en juin, législatives en octobre), le CSV se serait bien passé de cette histoire. 

Coup de sang et sang neuf

Pas de quoi satisfaire Djuna Bernard: «Si l'un de mes membres tenaient ce genre de propos, je le convoquerais et je pense que je prendrais des sanctions...» Le CSV n'aura pas besoin d'aller jusque-là. Ce lundi, Josy Hames est dans tout ses états. De sa voix, entrecoupée de profondes inspirations, l'intéressé dit en avoir assez. «Pour mes 70 ans, on est venu me congratuler en me disant: ''c'est bien, mais il va falloir laisser la place aux jeunes''. Au CSV, cela fait deux ans déjà qu'ils essaient de virer tous les ''vieux''. Sur le coup, j'étais vraiment énervé. Alors...»

Hames va claquer la porte du CSV

Alors, en voyant l'article d'Eldoradio consacré à Déi Jonk Gréng, son sang n'a fait qu'un tour. «J'en ai déjà vu, mais ça, c'était trop!», lâche-t-il exaspéré davantage par la photo que par l'article en lui-même. Mais qu'avait-il donc de si particulier ce cliché? «Ben vous savez, ce drapeau LGBT...» «Ce genre de propos sont généralement tenus par des partis d'extrême droite», fait remarquer Djuna Bernard avant de s'interroger: «Les opinions de Monsieur Hames sont-elles encore en adéquation avec celles du CSV?»


IPO,ADR-Parlamentarische Bilanz.Jeff Engelen,Fernand Kartheiser,Fred Keup.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Il n'y a pas d'extrême droite au Luxembourg»
L'ADR compte attaquer les prochaines élections législatives de manière offensive et s'est présenté comme une «alternative politique».

Peu enclin tout d'abord à s'étendre sur le sujet, Josy Hames confie vivre ses derniers jours au sein du parti chrétien-social. «D'ici la fin de la semaine, j'envoie ma lettre de démission au CSV. Mais je resterai au conseil communal comme indépendant», explique-t-il, tout en confiant ne pas avoir l'intention de quitter la scène politique. «Vous en saurez plus le 28 septembre lors d'une conférence de presse qui se déroulera au 25, rue Notre-Dame à Luxembourg.» À cette adresse se trouve le bureau parlementaire de l'ADR...  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Politique
Ce mercredi, le conseil communal de Bascharage se réunit au «Käerjenger Treff». Au menu notamment, les propos injurieux tenus sur Facebook à l'encontre de Déi Jonk Gréng par Josy Hames (CSV) auteur par le passé de saillies quelque peu lunaires...
Politik , Martine Hansen und Ronny Goedert , dynamische Landwirte aktiv unterstützen , um zukünftige Herausforderungen zu meistern , Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort