Changer d'édition

Le CSV enquête sur l'état de ses finances
Luxembourg 2 min. 31.03.2021 Cet article est archivé

Le CSV enquête sur l'état de ses finances

Avant l'élection du/de la futur(e) président(e) du CSV le 24 avril prochain, le CSV cherche à se montrer transparent pour tenter un nouveau départ.

Le CSV enquête sur l'état de ses finances

Avant l'élection du/de la futur(e) président(e) du CSV le 24 avril prochain, le CSV cherche à se montrer transparent pour tenter un nouveau départ.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 2 min. 31.03.2021 Cet article est archivé

Le CSV enquête sur l'état de ses finances

Dans le sillage de l'affaire «CSV Frëndeskrees», la principale force politique du Luxembourg annonce avoir commandité un audit externe pour se pencher sur les comptes du parti. Objectif: mettre les choses à plat avant le congrès national prévu le 24 avril prochain.

(Jmh avec jt) - Deux semaines après la chute de Frank Engel et l'ouverture par le parquet d'une enquête préliminaire suite aux révélations autour de l'affaire «CSV Frëndeskrees», le CSV cherche à faire peau neuve. Et pour cela, la principale force politique du pays annonce mercredi avoir commandité un audit externe de ses finances. Destinée à apporter de la « transparence supplémentaire» à un parti en pleine restructuration après la démission de son président, l'opération doit aboutir avant le 24 avril, date du prochain congrès national. 


Le parquet se mêle de l'affaire «CSV Frëndeskrees»
Peu de temps après l'annonce officielle, par le CSV, de la démission de Frank Engel, les autorités judiciaires indiquent vendredi après-midi qu'une enquête préliminaire a été lancée. Une perquisition au siège de l'asbl a eu lieu vendredi matin.

Dirigé pour l'heure par Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert, les deux vice-présidentes, le CSV se cherche un nouveau souffle et espère que cet audit mettra fin aux soupçons apparus autour du président déchu. Dénoncé auprès du parquet par plusieurs membres de la fraction parlementaire, Frank Engel est suspecté d'avoir perçu indûment quelque 40.000 euros de la part de l'asbl en charge de la gestion immobilière du CSV. Dans le contrat signé entre les deux parties, l'ancien eurodéputé devait entamer le travail destiné à transformer l'association en fondation dans le cadre d'une éventuelle vente du siège du parti et de l'achat d'une autre propriété et veiller au recrutement de nouveaux membres. 

Deux missions connues d'une poignée de membres du CSV avant que l'affaire n'éclate au grand jour, à la mi-mars. Si Frank Engel a reconnu que le salaire perçu était le bienvenu car il avait «tout abandonné pour la présidence du parti en 2019» et exerçait cette fonction à titre honorifique, il réfute toute faute. Et s'est engagé à rembourser les sommes perçues puisque «toutes les parts du contrat n'ont pas été remplies». La justice, elle, a reconnu les faits de «faux et usage de faux» dans le cadre de ses investigations.


Frank Engel jette finalement l'éponge
Mis au pilori par les propres membres de son parti, le président du CSV a annoncé vendredi qu'il quittait son poste. Il sera remplacé par les deux vice-présidentes Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert.

Quant à la question du nom du futur président ou de la future présidente, les options restent ouvertes. Si les noms de Claude Wiseler ou Marc Spautz circulent, la possibilité de voir un nouveau visage n'est pas exclue. Ce qui donnerait une chance à Jeff Boonen (Nord), Max Hengel (Est), Laurent Zeimet (Sud) ou Elisabeth Margue (Centre).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un mois après l'annonce de la poursuite d'un volet de l'enquête contre l'ancien président du CSV pour «faux et usage de faux», l'affaire rebondit avec la publication de noms de plusieurs personnalités du parti également dans le viseur de la justice.
IPO , ITV Frank Engel , CSV Nationalpräsident (noch) , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Trois semaines après sa démission de la présidence du CSV suite à une dénonciation de la part de plusieurs députés chrétiens-sociaux, l'ancien eurodéputé évoque vendredi la possibilité de fonder un nouveau parti. Des soutiens «aussi hors du CSV» se seraient ainsi manifestés.
Politik, Interview Frank Engel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Peu de temps après l'annonce officielle, par le CSV, de la démission de Frank Engel, les autorités judiciaires indiquent vendredi après-midi qu'une enquête préliminaire a été lancée. Une perquisition au siège de l'asbl a eu lieu vendredi matin.
Mis au pilori par les propres membres de son parti, le président du CSV a annoncé vendredi qu'il quittait son poste. Il sera remplacé par les deux vice-présidentes Elisabeth Margue et Stéphanie Weydert.
Suspecté d'abus de biens sociaux, le président du CSV s'est défendu, mercredi, de toutes les accusations qui pèsent contre lui. Et estime que le contrat qu'il a signé avec l'asbl «CSV Frëndeskrees» n'a rien d'illégal.
Contacto , ITV Frank Engel , Präsident CSV , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'actuel président du CSV, candidat à sa propre succession lors du congrès des chrétiens-sociaux le 24 avril prochain, est accusé d'abus de biens sociaux pour avoir perçu 40.000 euros sans contrepartie.
Politik, Interview Frank Engel, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort