Changer d'édition

Le CSV change de chefs
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.

Le CSV change de chefs

Photo: Chris Karaba
Le 16 octobre 2018 à Luxembourg-Belair: Claude Wiseler (à gauche) et Marc Spautz, les deux figures des élections 2018 se retrouvent face au comité national élargi du CSV.
Luxembourg 3 min. 06.12.2018

Le CSV change de chefs

Maurice FICK
Maurice FICK
C'est acté. Le CSV, de loin le premier parti au parlement (21 sièges sur 60) se retrouve pour la seconde fois chef de file de l'opposition. Ses deux leaders, Claude Wiseler, président de la fraction, et Marc Spautz, président du parti, libèrent leur siège. Une femme venue du Nord en a déjà pris un.

L'interview bienveillante, pleine de recul mais objective de l'ancienne ministre de la Famille et de l'Intégration, Marie-Josée Jacobs, au micro de RTL, cinq semaines après des élections législatives décevantes au final pour son parti, a-t-elle fait mouche? Avant le congrès national du parti chrétien-social qui se tiendra le 26 janvier 2019 à Moutfort, les chefs du CSV tirent les conséquences de la deuxième relégation successive du parti sur les bancs de l'opposition. Ils lâchent prise et sièges, joignent à leurs paroles les actes et du coup, font place au renouveau souhaité.

Claude Wiseler, tête de liste malheureuse du CSV et chef de la fraction parlementaire, et Marc Spautz, président du parti depuis 2014, n'ont pas baissé la garde au soir des élections sur le podium des Rotondes, après une soirée ratée pour un siège. Alors que la presse spéculait déjà sur leurs successeurs au surlendemain des élections, les deux leaders ont voulu garder l'espoir d'être contactés pour former une coalition et n'ont pas précipité les choses.

Les deux hommes tirent leur révérence au même moment. Alors que les 17 ministres du nouveau gouvernement DP-Les Verts-LSAP étaient assermentés au Palais grand-ducal mercredi en début d'après-midi, la députée Martine Hansen a succédé à Claude Wiseler, à la présidence de la fraction au sein de la Chambre des députés. Claude Wiseler qui avait annoncé la couleur peu après les élections se retrouve «simple» député.


Martine Hansen hat bei den diesjährigen Parlamentswahlen ihren Stimmenanteil von 2013 quasi verdoppelt.
Martine Hansen prend la tête de la fraction du CSV
Martine Hansen succède à Claude Wiseler à la tête de la fraction du CSV.

Marc Spautz n'est plus candidat

Ce jeudi matin, Marc Spautz, président du CSV, a officiellement annoncé au micro de RTL qu'il ne serait pas candidat à sa propre succession.

Concédant que la décision n'avait pas été facile à prendre, Marc Spautz, a souligné qu'il était important d'ouvrir la voie à une nouvelle équipe en début de législature, «afin qu'elle dispose de suffisamment de temps pour fixer de nouvelles priorités et qu'elle puisse organiser le parti de telle sorte qu'il puisse obtenir un autre résultat lors des prochaines élections».

Le siège de la présidence du plus grand parti du pays est donc libre. Plusieurs noms sont déjà cités en coulisses.

Frank Engel, député au parlement européen depuis 2014 et ancien secrétaire général du groupe parlementaire du CSV a d'ores et déjà confirmé au «Luxemburger Wort» qu'il serait sur les rangs.

Serge Wilmes n'est pas encore candidat

L'inévitable porte-drapeau de la jeune garde montante du CSV, Serge Wilmes, a le vent en poupe. La popularité du député et premier échevin de la Ville de Luxembourg est mesurable à son joli score personnel lors des élections législatives du 14 octobre. Serge Wilmes a remporté 20.809 voix. C'est le 3e meilleur score du parti après Marc Spautz (28.686 voix) et Claude Wiseler (27.388 voix).

Mais Serge Wilmes réserve sa réponse pour l'heure. Pour lui, «le renouveau ne passe pas seulement par un renouvellement de têtes. Pour moi le renouveau signifie qu'il y a une équipe et un projet qui sont soutenus par la grande majorité de nos membres. Les membres du CSV sont le cœur de notre parti. Dans les semaines qui viennent je veux écouter ce qu'ils ont à dire et discuter avec eux avant de me prononcer».

Un nouveau secrétaire général

Autre poste-clef du parti, celui du secrétaire général sera également à pourvoir fin janvier 2019. Les statuts du parti ne permettent plus à Laurent Zeimet d'être candidat à sa propre succession.

Toutes les candidatures aux postes de président du parti, vice-présidents, secrétaire général, etc. seront prises en compte à«compter de la dernière semaine avant les vacances de Noël et jusqu'au 9 janvier 2019», fait savoir le CSV.


Sur le même sujet

Elections communales 2017: Le CSV tire un bilan largement positif
«Le 8 octobre 2017 a été une très bonne journée pour le CSV» a résumé Laurent Zeimet, secrétaire général du CSV, au moment de tirer le bilan. Le Parti chrétien-social est le grand gagnant des élections communales et son président, Marc Spautz, ne compte pas s'arrêter en si bon chemin.
8.10.Gemeindewahlen 2017 / Luxemburg-Stadt / Feier CSV / Serge Wilmes und Claude Wiseler Foto:Guy Jallay