Changer d'édition

Le crassier de Mondercange va être asséché

Le crassier de Mondercange va être asséché

Asmus+Prabucki
Luxembourg 3 min. 18.05.2018

Le crassier de Mondercange va être asséché

Quatre ans après le glissement de terrain du crassier de Mondercange, un rapport indique que les travaux de réhabilitation du site vont durer des années. Il n'est pas encore public et sera présenté à la population de Mondercange lors d'une réunion d'information le 4 juillet.

Quatre ans après le glissement du crassier de Mondercange, un rapport indique que les travaux de réhabilitation du site vont durer des années. Ce rapport n'est pas encore public et sera présenté à la population de Mondercange lors d'une réunion d'information le 4 juillet.

Ce rapport a été présenté ce vendredi matin au conseil communal de Mondercange par Roland Weißmann du bureau d'études Asmus+Prabucki de Essen, en Allemagne.

Le travail de départ a été de déterminer les raisons exactes du glissement de terrain. Pour Roland Weißmann, celui-ci n'est pas dû à une surcharge de poids des gravats stockés sur le crassier.

Ce seraient plutôt les pluies diluviennes qui se sont abattues en 2014-2015 sur le crassier qui sont à l'origine du glissement de terrain. Il semblerait que le niveau de la nappe phréatique aurait alors atteint son apogée et l'eau serait entrée en contact avec une couche de sol contenant du gypse, un matériau friable qui aurait alors créé une défaillance dans le terrain.

Les mesures d'assainissement

Il a donc été dit qu'il était important de veiller à ce que les eaux souterraines sous la décharge ne puissent plus atteindre le niveau de cette couche de sol friable. C'est pourquoi le bureau d'études prévoit trois grandes mesures de rénovation :

  • L'eau de surface doit être recueillie dans des canaux afin qu'elle puisse s'écouler vers Foetz. De tels canaux ont déjà été construits au nord et à l'ouest du crassier.

  • Afin d'empêcher les eaux souterraines de passer sous la décharge, un canal de drainage doit être construit à une profondeur moyenne de quatre mètres au pied de la décharge.

  • Enfin, la décharge doit être scellée avec une couche d'argile imperméable.

En d'autres termes, le site doit être drainé. Toutefois, ces mesures exigent également des travaux du côté de Foetz. Comme l'eau s'y rendra plus rapidement par les canaux et les systèmes de drainage, il faudra peut-être y construire un bassin de rétention d'eau sous forme d'étang.

Asmus+Prabucki

Le crassier doit être aplani

En outre, le crassier doit être aplani afin de pouvoir y installer des panneaux solaires, comme le bourgmestre, Jeannot Fürpass (CSV), l'avait déjà suggéré.

Une solution qui va néanmoins prendre du temps. Selon une première estimation, environ un demi-million de mètres cubes de terre devraient être transportés vers le haut du site. Pendant ce temps, la décharge sera temporairement ouverte et remise en service. Une durée de deux ans a été évoquée lors de la réunion du conseil municipal.

Guy Jallay


A qui la facture?

Danielle Becker-Bauer (LSAP) a demandé, lors du conseil communal, qui allait devoir payer la facture. Pour Jeannot Fürpass, le rapport de réhabilitation est un rapport technique dont l'objectif est de stabiliser la situation de façon permanente.

En ce qui concerne le financement de la réhabilitation du site, le bourgmestre pense que la meilleure chose "serait que les tribunaux s'en occupent"faisant ainsi référence aux discussions en cours entre le gouvernement, la commune, l'exploitant du site et son propriétaire.

Le rapport a été demandé et commandé par la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg. Les frais sont pris en charge par l'opérateur la société Cloos. Une réunion au sujet du crassier est prévue le 21 juin au ministère du Développement durable et des Infrastructures

Par NA traduction VO

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.