Changer d'édition

Le CovidCheck fera l'objet d'un débat public
Luxembourg 3 min. 05.11.2021 Cet article est archivé
A la Chambre des députés

Le CovidCheck fera l'objet d'un débat public

Qui se doutait, en juin dernier, que l'application CovidCheck serait encore d'actualité six mois plus tard?
A la Chambre des députés

Le CovidCheck fera l'objet d'un débat public

Qui se doutait, en juin dernier, que l'application CovidCheck serait encore d'actualité six mois plus tard?
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 05.11.2021 Cet article est archivé
A la Chambre des députés

Le CovidCheck fera l'objet d'un débat public

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La mesure de contrôle sanitaire à l'entrée des entreprises, devenue optionnelle au 1er novembre, n'est pas seulement combattue par les syndicats. Une pétition publique demandant son interdiction est déjà soutenue par plus de 4.700 citoyens.

Pour Catalina-Gina Anton, le CovidCheck luxembourgeois constitue une «menace pour les libertés fondamentales». Et, visiblement, celle qui a déposé la pétition publique 2044 opposée à «la présentation obligatoire du CovidCheck dans les institutions publiques (hôpitaux, écoles, administration) et pour certaines entreprises privées» n'est pas la seule à partager cette opinion. Au point d'ailleurs que députés et ministres impliqués dans la mise en place du dispositif devront écouter ses arguments et, éventuellement, en tenir compte dans le futur.


(FILES) In this file photo taken on August 07, 2021, a waitress serves food to customers dining indoors at Langer's Deli in Los Angeles, California. - Americans saw their incomes drop by a full percentage point in September as pandemic aid programs to support the unemployed ended that month, according to Commerce Department data released on October 29, 2021. While the decline in income was greater than expected, the report said personal consumption expenditures (PCE) increased by a better-than-forecast 0.6 percent, as consumers channeled their money toward services like health care, restaurants and hotels. (Photo by Patrick T. FALLON / AFP)
Le CovidCheck obligatoire au menu
Désormais, les clients des restaurants doivent impérativement présenter leur QR Code sanitaire s'ils souhaitent s'attabler.

En effet, le texte de la pétition a reçu suffisamment de signatures pour entraîner un débat public à la Chambre. Même s'il reste encore un mois d'exposition à la proposition pour recevoir d'autres soutiens, avec déjà plus de 4.750 voix en sa faveur la proposition se doit d'être discutée. Mais se pose un problème de timing. 

En effet, la loi covid actuelle (CovidCheck inclus) restera en vigueur jusqu'au 18 décembre. Et pas sûr que le Parlement aura pris le temps de recevoir les pétitionnaires avant le vote des nouvelles mesures sanitaires qui s'appliqueront pour les fêtes...

Tenir compte de l'urgence

Ne vaudrait-il pas mieux déclencher l'échange d'arguments entre les soutiens de la mesure (votée avec les seules voix de la majorité DP-Déi Gréng-LSAP) et ses opposants avant l'échéance de la pétition publique? Ce n'est pas la règle. Ainsi, le calendrier d'une rencontre entre des contestataires et les parlementaires se fait selon un calendrier qui ne tient pas compte de ''l'urgence" de la situation dénoncée. 

Dommage. Sans doute faudra-t-il que la Commission des pétitions, présidée par la députée Nancy Arendt (CSV) se penche sur le problème pour l'avenir.

En attendant, le déploiement du CovidCheck reste également dénoncé par les syndicats. Même si la mesure est optionnelle (et non pas obligatoire) dans le cadre professionnel, LCGB, OGBL et CGFP sont remontés contre la mesure. Les trois organisations n'ont pas réussi à se faire entendre jusque-là. Mais elles préparent une riposte judiciaire, voire une éventuelle mobilisation de leurs adhérents contre le contrôle des salariés. 

Ce mouvement de colère qui pourrait recevoir le soutien de certains des participants à la marche blanche silencieuse. Ils étaient encore près de 3.500 à s'être mobilisés, le 29 octobre, pour dénoncer les mesures (sanitaires et/ou sociales) prises par le gouvernement dans le cadre de la gestion de crise.

 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Outre diverses actions en justice en cours, plusieurs pétitions publiques réclament l'annulation ou l'adaptation du dispositif de contrôle sanitaire. Au moins une devra faire l'objet d'un débat public.
Illustration, Covid Check, 3G, 2G, Restaurants, Bars, Cafés Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
En deux jours à peine, la pétition publique demandant à ce que la vaccination anti-covid obligatoire soit proscrite et les restrictions quotidiennes levées pour les non-vaccinés a dépassé les 5.800 soutiens. Il y aura donc débat à la Chambre.
Businesswoman showing her mobile phone with corona tracking app on display. Female professional showing she is safe from corona infection.
Alors que les premiers élèves doivent retourner dans leur établissement scolaire dans une dizaine de jours, de nombreux citoyens se sont mobilisés pour retarder ce début de retour à la normale. Des demandes adressées à la commission des Pétitions, qui s'est tenue ce mercredi.
Colin, 10 years old, whose school was closed following the Coronavirus outbreak, does school exercises at home in Washington on March 20, 2020. - As millions of families hunker down amid the coronavirus crisis, the sudden reality of schooling from home risks widening the education gap between those with the means and support to keep up with lessons, and those who risk falling behind. (Photo by Eric BARADAT / AFP)
La Commission des pétitions de la Chambre des députés vient de présenter son bilan. Après quatre années d'existence, elle enregistre de plus en plus de dépôts et les thématiques abordées ont suscité 24 débats publics.
Voilà trois ans que les citoyens du Luxembourg ont l'occasion de donner de la voix dans la vie politique, mais les pétitions publiques sont-elles un vrai outil démocratique ou un gadget juridique?
Remise de la pétition "Solidarité avec l'éducation" au président de la Chambre des députés, Mars Di Bartolomeo