Changer d'édition

«Le CovidCheck a atteint ses limites»
Luxembourg 5 min. 23.02.2022 Cet article est archivé
Consultation sur les pétitions

«Le CovidCheck a atteint ses limites»

L'une des pétitions examinées ce mercredi par la Chambre demandait la suppression de la discrimination entre les personnes vaccinées et non vaccinées par le biais du CovidCheck.
Consultation sur les pétitions

«Le CovidCheck a atteint ses limites»

L'une des pétitions examinées ce mercredi par la Chambre demandait la suppression de la discrimination entre les personnes vaccinées et non vaccinées par le biais du CovidCheck.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 5 min. 23.02.2022 Cet article est archivé
Consultation sur les pétitions

«Le CovidCheck a atteint ses limites»

Deux auditions sur des pétitions liées à la situation sanitaire ont eu lieu ce mercredi à la Chambre.

(MKa avec Michèle GANTENBEIN) - Les pétitions portant sur la situation sanitaire ont actuellement le vent en poupe. Ce mercredi, deux auditions ont eu lieu à la Chambre concernant deux textes ayant recueilli plus de 4.500 signatures.

La première pétition a été lancée en octobre 2021 et demandait la fin de la discrimination entre les vaccinés et les non-vaccinés par le biais du CovidCheck, donc, de facto, la suppression de l'introduction du régime CovidCheck pour tous. L'auteur de la proposition, Alexandre Dombrat, a demandé des tests gratuits pour tous. Selon lui, cette discrimination conduit à la division de la société.


07.01.2022 Andrang , Schlangestehen , Warteschlange  für PCR - Test , pcr-Test , covid-Test, corona - Test , dépistage covid-19 , Bionext Lab , Leudelange , Corona Virus Coronavirus Covid-19 Foto : Marc Wilwert / Luxemburger Wort
La Chambre se penche sur la gratuité des tests covid
Fin du CovidCheck et test PCR gratuits pour tous les résidents, ce sont les deux débats attendus à la Chambre des députés ce mercredi matin en présence des auteurs de deux pétitions publiques.

Or, la situation a changé depuis le mois d'octobre. Le variant Omicron s'est avéré moins dangereux que ce qui été craint, et le nombre d'infections est en baisse. C'est pourquoi Alexandre Dombrat a demandé ce mercredi la levée de toutes les mesures de protection, comme cela a été fait ou prévu dans de nombreux autres pays.

Elles ne sont plus nécessaires, selon Alexandre Dombrat. Le CovidCheck a selon lui atteint ses limites, car malgré sa mise en place, le nombre d'infections en raison de la vague Omicron n'a jamais été aussi élevé. «Le CovidCheck a-t-il permis d'éviter des infections? Aurions-nous eu plus de cas positifs sans le CovidCheck?», a interrogé le pétitionnaire, soulignant que les experts ne sont pas d'accord sur cette question.

Alexandre Dombrat (à gauche) et Stéphane Bignoli ont défendu dans leur pétition d'octobre l'égalité entre les personnes vaccinées et non vaccinées en ce qui concerne le Covid-Check. Face à l'évolution de la situation, ils ont demandé la levée de toutes les mesures de protection.
Alexandre Dombrat (à gauche) et Stéphane Bignoli ont défendu dans leur pétition d'octobre l'égalité entre les personnes vaccinées et non vaccinées en ce qui concerne le Covid-Check. Face à l'évolution de la situation, ils ont demandé la levée de toutes les mesures de protection.
Photo: Marc Wilwert

Stéphane Bignoli a ajouté que les mesures de protection nuisent au bien-être des citoyens et affectent leur santé mentale. «Les mesures font plus de mal à la population que le virus.» Tous deux ont demandé que toutes les mesures de protection soient supprimées et que les tests ne soient utilisés qu'en cas de symptômes. Il faut, selon eux, cesser de faire peur aux gens.

Les auteurs de la pétition ont également déclaré qu'ils n'étaient pas contre la vaccination, mais bien contre l'obligation de se faire vacciner et ont demandé que les personnes vulnérables soient mieux informées et plus responsables. «La vaccination doit rester une décision personnelle. Chacun doit y prendre ses responsabilités», a déclaré Bignoli.

La ministre de la Santé Paulette Lenert (LSAP) a défendu l'approche prudente du gouvernement. «On a toujours misé sur des mesures de protection modérées et essayé de maintenir un équilibre entre la limitation d'un danger et ce dont l'homme a besoin pour pouvoir mener une vie aussi normale que possible. Cette prudence a porté ses fruits, comme le montre le taux de mortalité. En procédant avec prudence, on veut aussi éviter de faire des zigzags.»

Débat sur les tests PCR et le dépistage à grande échelle

Le débat qui a suivi a porté sur la demande de mise à disposition de tests PCR gratuits pour tous les citoyens et de réintroduction du test à grande échelle afin d'assurer une plus grande sécurité et de collecter des données épidémiologiques pour la recherche scientifique, comme l'ont souligné les deux auteurs de la proposition, Celestino Fecchi et Antonio Doronzo.

Celestino Fecchi (à gauche) et Antonio Doronzo souhaitent que le testing à grande échelle soit réintroduit et que les tests soient gratuits pour tous les citoyens.
Celestino Fecchi (à gauche) et Antonio Doronzo souhaitent que le testing à grande échelle soit réintroduit et que les tests soient gratuits pour tous les citoyens.
Photo: Marc Wilwert

Les autotests antigéniques sont un bon complément, mais pas un substitut, a déclaré Celestino Fecchi. Selon lui, les tests PCR restent le moyen le plus fiable pour contrôler et surveiller la propagation du virus et donc la sécurité sanitaire, en particulier pour les personnes vulnérables. Ils devraient être accessibles gratuitement à tous les citoyens afin d'éviter toute discrimination envers les personnes à faibles revenus. «Ce qui m'importe, c'est d'assurer une plus grande justice sociale et une plus grande solidarité et de lutter contre les divisions au sein de notre société», a assuré Celestino Fecchi. Il a appelé à tout faire pour endiguer la propagation du virus, «quel qu'en soit le coût».


22.11.2021, Bayern, Heimstetten: Ein Mitarbeiter führt im Büro des Produktionsleiters in einem Produktionsgebäude der Bäckerei- und Konditoreikette Traublinger ein Stäbchen für einen Corona-Schnelltest in seine Nase ein. Foto: Matthias Balk/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Chaleur et tests antigéniques ne font pas bon ménage
Qu'ils soient proposés par l'armée luxembourgeoise ou par les pharmacies, les tests antigéniques de dépistage du covid-19 peuvent voir la fiabilité de leur résultat altérée en fonction de la température.

Celestino Fecchi et Antonio Doronzo se sont en outre prononcés en faveur de la vaccination. «La vaccination est un élément important dans la lutte contre la pandémie, car elle réduit le risque de contagion et les évolutions graves de la maladie», selon Celestino Fecchi. Néanmoins, elle ne constitue pas une solution miracle à 100%, a-t-il jugé bon d'ajouter. Il faut une combinaison de plusieurs mesures pour sortir de la pandémie. «C'est pourquoi il n'y a pas d'autre solution que de recourir aux tests PCR gratuits et au dépistage à grande échelle.»

La ministre de la Santé ainsi que les députés Marc Hansen et Mars Di Bartolomeo n'étaient pas de cet avis. Ils ont souligné que le test à grande échelle avait joué un rôle important au début de la pandémie, car il n'y avait pas encore de vaccin à l'époque. Mais aujourd'hui, le test à grande échelle n'est plus proportionnel à l'effort financier et matériel qu'il représente.

Un équilibre sain

Josée Lorsché a fait remarquer qu'un test PCR était un instantané et ne protégeait pas d'une contamination et d'une évolution grave, donnant ainsi une fausse impression de sécurité. Celestino Fecchi lui a rétorqué que le dépistage était aussi important que la vaccination, car le test permettait d'éliminer les «pommes pourries» du panier et d'éviter les contaminations.

La ministre de la Santé Paulette Lenert a également plaidé dans ce débat pour un équilibre sain, en l'occurrence un «équilibre entre un risque et ce que l'on investit pour lutter contre le risque». Selon elle, le testing à grande échelle nécessite beaucoup de personnel et n'est pas proportionnel à la situation actuelle. «Si la situation devait se dégrader, on pourrait reconstruire le système», a toutefois souligné Paulette Lenert. Mais pour l'instant, les ressources disponibles sont concentrées sur la campagne de vaccination et la protection vaccinale. Des tests PCR réguliers ne seraient effectués que sur les personnes vulnérables, par exemple dans les maisons de retraite et de soins.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si le nouveau régime CovidCheck entrera en vigueur le 1er novembre prochain, la ministre de la Santé annonce ce mercredi que des bons pour des tests PCR gratuits seront distribués aux résidents se faisant injecter une première dose avant le 10 novembre.
Lokales,Centre Hamilius ,Lafayette. Aldringen,Grand-Rue. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le 15 octobre, il ne sera plus possible pour les Français de bénéficier de dépistages covid gratuits (hors rares exceptions). L'idée pour le gouvernement Macron étant d'en finir avec les «tests de confort» pour inciter à la vaccination.
Face à la progression de la vaccination au Luxembourg, les experts de la direction de la Santé estiment qu'un changement de stratégie sanitaire est nécessaire face à la pandémie. Cette dernière pourrait perdre de sa superbe dans les prochains mois, en cas d'absence de nouveau(x) variant(s).
Alors que la campagne de vaccination s'accélère et que le dispositif sanitaire s'allège, le gouvernement se refuse à permettre aux personnes ayant reçu leur dose de bénéficier d'un quelconque avantage. Notamment dans l'accès aux bars et aux restaurants.
19.01.2021, Hessen, Frankfurt/Main: Zeynep Kallmayer, Pflegegruppenleiterin der Covid-19-Intensivstation C1 am Uniklinikum Frankfurt, zeigt ihren Impfpass mit den beiden Eintragungen für die Corona-Impfung. Kallmayer hat ihre zweite Impfung gegen das Coronavirus erhalten. Für den vollen Impfschutz ist mit Abstand von mehreren Wochen eine zweite Impfung nötig. Foto: Andreas Arnold/dpa +++ dpa-Bildfunk +++