Changer d'édition

Le covid pousse les événements à se réinventer
Luxembourg 6 min. 01.09.2020

Le covid pousse les événements à se réinventer

Si la Ville de Luxembourg ne se prononce par encore à ce stade sur la tenue de son programme Winterlights ou de son «Chreschtmaart», à Esch-sur-Alzette, en revanche, le marché de Noël est en cours d'organisation «comme s'il avait lieu».

Le covid pousse les événements à se réinventer

Si la Ville de Luxembourg ne se prononce par encore à ce stade sur la tenue de son programme Winterlights ou de son «Chreschtmaart», à Esch-sur-Alzette, en revanche, le marché de Noël est en cours d'organisation «comme s'il avait lieu».
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 6 min. 01.09.2020

Le covid pousse les événements à se réinventer

Maurice FICK
Maurice FICK
Les règles sanitaires pour contrecarrer la pandémie restent en vigueur jusqu'à la fin de l'année. Elles obligent les organisateurs des grands événements à trouver de nouvelles formules.

Chamboulés depuis la mi-mars par un covid-19 qui poursuit sur sa lancée, les calendriers des grands rendez-vous festifs, culturels et d'affaires s'étoffent à nouveau. Pour le secteur de l'événementiel, 2020 restera une année exceptionnelle, plombée par neuf mois de pandémie. La longue parenthèse des règles sanitaires va encore durer au moins jusqu'au 31 décembre 2020 mais les créateurs professionnels d'événements s'adaptent avec de «nouvelles recettes»

L'heure reste à la prudence mais le maintien de plusieurs événements d'envergure laisse entrevoir un coin de ciel bleu. Plusieurs grands rendez-vous restent programmés, les organisateurs trouvent des solutions pour adapter leur événement aux règles sanitaires de distanciation et de port du masque. Encore métamorphosés en centre de soins avancés au printemps, les halls de Luxexpo The Box au Kirchberg accueilleront bien le salon du logement Home et Living Expo du 10 au 18 octobre 2020. 


Lokales, Corona Covid-19,  Gesundheitsinspektion, Inspection Sanitaire, Tracing, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La loi Covid s'appliquera jusqu'à fin 2020
Si le texte prévoyait une possible révision mois par mois, le gouvernement luxembourgeois a décidé que les mesures actuelles pourraient se poursuivre jusqu'au 31 décembre. Certains petits ajustements devant être discutés dès cette semaine.

Les 22 et 23 août, «The Box Street Market», nouveau rendez-vous urbain avec 60 stands de produits lifestyle et gastronomiques, avait attiré plus de 10.000 visiteurs sur le toit du parking de la rue Carlo Hemmer au Kirchberg. «Tout le monde a été exemplaire, cela renforce notre conviction que les événements rigoureusement organisés sont à nouveau possibles», retient Morgan Gromy, CEO de Luxexpo The Box. Un souffle plein d'espoir alors que la vie sociale bat de l'aile.

«Plus que jamais les rencontres sont nécessaires, elles sont à la base de toutes les transformations», estime le CEO de Luxexpo. Il s'appuiera sur sa «première démonstration grandeur nature de l'efficacité du référentiel sanitaire», pour organiser de futurs événements d'ampleur et annonce qu'une dizaine pourraient être organisés avant la fin 2020. Une quinzaine d'autres étant encore en cours d'évaluation.

LuxExpo The Box a créé son calendrier de 26 mesures pour respecter les règles sanitaires et organiser ses grands salons en présentiel à l'avenir, dans ses Halls.
LuxExpo The Box a créé son calendrier de 26 mesures pour respecter les règles sanitaires et organiser ses grands salons en présentiel à l'avenir, dans ses Halls.
Photo: Anouk Antony

La recette de Luxexpo consiste à instaurer une culture de la sécurité «encore plus exigeante» et «agir sur les moindres détails» pour «complètement réinventer» la façon d'organiser. De manière pratique, un inventaire de 26 mesures oblige à élargir les allées, repenser la circulation du public, renforcer le personnel, augmenter les cadences de désinfection, créer de nouveaux systèmes de filtrations, etc. 

Les événements deviennent virtuels 

Même élan de l'autre côté du Kirchberg, à l'European Convention Center Luxembourg (ECCL) où plusieurs événements sont confirmés pour le second semestre. A commencer par le Salon ICT Spring Europe 2020 qui se déroulera les 15 et 16 septembre et sera pour la première fois, totalement virtuel ! Ou encore la conférence Bimlux 2020, consacrée à la transformation digitale dans le secteur de la construction qui aura bien lieu le 17 septembre.

L'ECCL a trouvé trois réponses à l'organisation d'événements avec les contraintes du covid-19. En revoyant «les capacités de tous nos espaces» où sont organisées des rencontres d'affaires, «nous pouvons continuer à faire du présentiel. Le plus grand de la demande concerne les événements hybrides de sorte que du Luxembourg, nous puissions communiquer avec le monde entier. Notre système de téléconférence a été largement renforcé. Enfin, nous sommes en train de mettre en place un studio digital pour créer le troisième type d'événement, c'est-à-dire totalement virtuel», résume Patrick Hoffnung, directeur général de Luxembourg Congrès. 


Ziel mit Kulisse - Impressionen von der Strecke / Laufen / 07.09.2019 / Sudstroum Escher Kulturlaf 2019 / Belval / Foto: Yann Hellers
«Mieux vaut une Kulturlaf virtuelle que rien du tout»
Crise sanitaire oblige, la traditionnelle course musicale eschoise est contrainte de s'adapter. Le 5 septembre de 15h à 19h, les organisateurs proposent ainsi un rendez-vous totalement innovant et inédit aux coureurs à pied.

La formule «virtuelle» pour continuer de faire vivre de grands rendez-vous, a le vent en poupe. Non seulement pour faire tourner les manèges de la Schueberfouer 2020 mais aussi, pour répondre à la soif du public de participer aux événements populaires sportifs. Dès ce 5 septembre, des centaines de coureurs prendront ainsi part au Escher Kulturlaf ou à la première édition virtuelle de la Business Run le 17 septembre.

Marchés de Noël et «Nuit de la Culture» à Esch

Si la capitale n'est pas encore en mesure de proposer ou non son «Chrëschtmaart», le marché de Noël de la deuxième ville du pays reste programmé à ce stade. Fränz Schintgen qui s'occupe de la planification événementielle à l'Escher Infofabrik, «organise bien le marché comme s'il avait lieu» mais «la date n'est pas encore fixée. Il sera probablement plus court que les années précédentes. Mais le maître-mot sera la distanciation», prévient-il déjà. A contrario, «le cortège de la Saint-Nicolas n'aura sans doute pas lieu car il n'est pas question de regrouper des milliers de personnes».   

A Esch-sur-Alzette toujours, la 8e édition de l'Open Air Cinéma se déroulera bien cette semaine du 3 au 5 septembre non pas «au Parc Laval comme jusqu'ici mais au bois Claire-Chêne où il n'y a qu'un accès. Les gens doivent réserver obligatoirement à l'avance et pour respecter la distanciation, nous mettrons en place des blocs de deux chaises -pour que les couples puissent profiter ensemble de la séance- qui seront séparés de 2 mètres», assure Fränz Schintgen.

La «Nuit de la Culture» aura bien lieu dans la métropole du fer samedi 19 septembre. Pour gérer et cadenasser entrées et sorties des spectacles auxquels pourront assister jusqu'à 150 personnes, «les gens réservent une table en groupe comme dans un restaurant, pour être assis. C'est une bonne solution pour augmenter nos capacités d'accueil sur de plus grands projets», résume Loïc Clairet. L'organisateur a prévu de distribuer au public 7.000 masques créés par des artistes. Car sans masque, pas de déplacement.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Luxembourg saisit l'opportunité du «business event»
Le European Convention Center Luxembourg au Kirchberg accueillera, du 1er au 3 novembre, le 59ème Congrès de l'International Convention and Congress Association (Icca). L'occasion, pour les professionnels du secteur de placer encore un peu plus le pays au cœur de la carte du tourisme d'affaires.
MICE
«La digitalisation du business events va s'accentuer»
François Lafont, CEO du Luxembourg Convention Bureau, anticipe d'importants changements pour l'industrie du tourisme d'affaires. Si l'organisation d'événements est aujourd'hui possible, le gros problème reste selon lui «les restrictions imposées aux voyageurs».