Changer d'édition

Le covid à l'origine de 74 cas de maladies professionnelles
Luxembourg 2 min. 21.10.2020 Cet article est archivé

Le covid à l'origine de 74 cas de maladies professionnelles

Toujours en première ligne, les personnels de santé restent les principales victimes du covid sur leur lieu de travail.

Le covid à l'origine de 74 cas de maladies professionnelles

Toujours en première ligne, les personnels de santé restent les principales victimes du covid sur leur lieu de travail.
Photo : AFP
Luxembourg 2 min. 21.10.2020 Cet article est archivé

Le covid à l'origine de 74 cas de maladies professionnelles

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Et logiquement, ce sont les personnels de santé qui payent le plus lourd tribut à l'infection virale au covid-19 dans l'exercice de leur activité.

Alors que la ministre de la Santé, Paulette Lenert (LSAP) s'apprête à tenir une énième conférence de presse sur la situation sanitaire du pays, ce mercredi à 16h30, l'Association d'Assurance Accident reconnaît que 74 salariés bénéficient désormais de la reconnaissance en maladie professionnelle de leur infection au covid-19. Un chiffre qui ne flambe pas au fil des mois. Ainsi, début avril, l'AAA avait recensé 12 cas, puis 52 en juillet. C'est donc quasi sur le même rythme mensuel que le statut est accordé à des employés.

Alors que l'Inspection du travail luxembourgeoise (ITM) ne cesse de multiplier les contrôles en matière de respect des règles sanitaires, le virus continue donc bien à frapper dans les entreprises, sur les chantiers, dans les ateliers. Mais surtout dans les hôpitaux ou à l'occasion d'actes de santé pratiqués à domicile aux personnes. En effet, selon les déclarations de Georges Wagner, chargé de direction à l'AAA, «99% des cas sont issus du secteur des soins».


Wirtschaft, Die Lage in der Luftfrachbranche. Boom nur ein Strohfeuer, LuxairCargo, Luxair, Cargo, Cargolux, Frachtflugzeug, Coronavirus, COVID 19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Qui est monté au front en plein covid?
Le Statec vient de dresser le portait robot des 150.000 salariés qui, au Luxembourg, se sont retrouvés en première ligne quand l'épidémie a débuté. Des femmes principalement, aux contrats précaires le plus souvent.

On comprend donc pourquoi, à titre préventif, la Direction de la Santé multiplie les messages informatifs destinés à la palette de métiers de ce domaine d'activités. Infirmières, dentistes, généralistes, pharmaciens, kinésithérapeutes et autres : chaque professionnel est invité à prendre un maximum de précautions. 

Et pour cause. Selon les derniers chiffres du Statec, 26% des employés dans le secteur de la santé ou de l'action sociale ont pu être considérés comme «frontliners». Autrement dit en première ligne face au virus. Applaudies pour leur engagement durant la première vague, privées d'une prime qu'une pétition publique suggérait, les infirmières (en milieu hospitalier ou à l'extérieur) sont ainsi les principales ''victimes'' de l'épidémie dans l'exercice de leur profession au Luxembourg.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Durant les six semaines de confinement, la profession a soigné quelque 3.000 patients. Aujourd'hui, les nouvelles contraintes sanitaires bouleversent le travail quotidien d'un métier exposé au risque d'infection.
La crise sanitaire a placé le personnel soignant au centre de la lutte contre le covid-19. Anne-Marie Hanff, la présidente de l’Association nationale des infirmières et infirmiers du Luxembourg (ANIL), monte à nouveau au créneau pour une réforme en urgence des modalités de formation de la profession.
Portées au rang d'héroïnes dans la gestion des malades du covid-19, les infirmières espèrent désormais l'écoute des gouvernants. Petite piqûre de rappel des revendications (effectif, formation, déroulement de carrière), avec Anne-Marie Hanff, présidente de l'ANIL.
Coronavirus - Hôpital Kirchberg - COVID-19 - intensivstation  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
L'indemnité versée aux médecins en cours de formation va être augmentée de plus de 800 euros en première année. Les maîtres de stage aussi se voient revalorisés. Par ailleurs, l'obtention du diplôme d'étude spécialisé en médecine se fera au bout de quatre ans.
Pour la Journée internationale des infirmières, une sage-femme et une infirmière témoignent de leur travail quotidien. Suivez une journée de sourires, soins et obligations administratives dans la vie de Tanja et Marie.
Si le covid-19 peut être la cause d'une maladie professionnelle reconnue, l'OGBL souhaite que la mesure s'applique avec la même simplicité et rapidité pour l'ensemble des salariés concernés. A l'image de ce qui se fait déjà pour les personnels de santé infectés.
A worker disinfects the floor of a supermarket in Pristina on April 17, 2020, as a preventive measure against the spread of the new coronavirus, COVID-19. - Like most other cities across Europe Pristina is under lockdown measures to halt the spread of the virus. (Photo by Armend NIMANI / AFP)