Changer d'édition

Le covid-19 repousse le projet de lycée transfrontalier
Luxembourg 2 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

Le covid-19 repousse le projet de lycée transfrontalier

La loi luxembourgeoise ne permet pas actuellement à un lycée d'organiser un programme d'études de bachelor en soins infirmiers généraux ou spécialisés, rappelle Claude Meisch (DP), ministre de l'Education nationale.

Le covid-19 repousse le projet de lycée transfrontalier

La loi luxembourgeoise ne permet pas actuellement à un lycée d'organiser un programme d'études de bachelor en soins infirmiers généraux ou spécialisés, rappelle Claude Meisch (DP), ministre de l'Education nationale.
Photo: Guy Wolff
Luxembourg 2 min. 23.07.2020 Cet article est archivé

Le covid-19 repousse le projet de lycée transfrontalier

Maurice FICK
Maurice FICK
L'établissement franco-luxembourgeois dédié aux professions de santé ne sortira pas de terre à Esch, ou ailleurs, de sitôt. Le rapport attendu par le gouvernement a pris six mois de retard, révèle jeudi Claude Meisch, ministre de l'Education nationale.

Paradoxe. Si le coronavirus a mis en avant le besoin d'avoir en nombre des soignants bien formés, il empêche la concrétisation d'un projet allant dans ce sens. Évoquée depuis fin janvier et répétée par Xavier Bettel (DP) début mai, l'idée de créer une école d'infirmières commune entre le Luxembourg et la France attendra.

Au risque de décevoir les élus de la majorité à Esch-sur-Alzette qui avaient déjà jeté leur dévolu sur le projet en le voyant bien s'installer sur le territoire de la deuxième commune du pays, à deux pas de la frontière. Mais ils devront patienter car la pandémie, qui redémarre actuellement au Luxembourg, a freiné l'avancée du projet. 


Le futur lycée transfrontalier attise les convoitises
Les membres du conseil communal d'Esch-sur-Alzette préconisent que l'établissement franco-luxembourgeois dédié aux professions de santé évoqué par le Premier ministre s'installe sur le territoire de la deuxième ville du pays.

Plus exactement, les travaux du comité interministériel qui avait pour mission de soumettre au gouvernement «un concept de formation pour certaines catégories d’infirmiers». Le Conseil de gouvernement avait décidé de le mettre en place fin janvier et de lui donner six mois pour rendre ses conclusions. 

En cette fin juillet, six mois plus tard donc, «les travaux de ce comité ont pris un certain retard, et un rapport ne pourra pas être remis avant la fin d'année», répond Claude Meisch (DP).  Le ministre de l'Education nationale coupe donc court aux interrogations des  trois députés de l'opposition s'inquiétant des professions de santé qui seront effectivement formées dans le futur lycée transfrontalier, du niveau du diplôme, de la place donnée à la langue luxembourgeoise mais aussi de la diminution du nombre d'inscrits au sein du Lycée technique pour professions de Santé (LTPS). 


visite aménagements Covid-19 au CHEM - Xavier  Bettel - Paulette Lenert - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Former plus d'infirmières en partenariat avec la France
Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.

Le comité ministériel est, entre autres, chargé de voir comment mettre en place un diplôme de niveau bachelor pour certaines catégories d'infirmiers au Luxembourg. Afin de permettre aux élèves qui ont décroché un brevet de technicien supérieur (BTS) au LTPS de poursuivre leurs études à l'Université du Luxembourg. La loi ne permet pas actuellement à un lycée d'organiser un programme d'études de bachelor en soins infirmiers généraux ou spécialisés.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le futur lycée transfrontalier attise les convoitises
Les membres du conseil communal d'Esch-sur-Alzette préconisent que l'établissement franco-luxembourgeois dédié aux professions de santé évoqué par le Premier ministre s'installe sur le territoire de la deuxième ville du pays.
Former plus d'infirmières en partenariat avec la France
Si la pandémie semble marquer quelque peu le pas ces derniers jours, l'idée d'accroître les personnels de santé continue de faire son chemin. Pour cela, Xavier Bettel plaide pour la mise sur pied d'une école spécialisée financée par Paris et le Grand-Duché.
visite aménagements Covid-19 au CHEM - Xavier  Bettel - Paulette Lenert - - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Déjà du retard pour le Südspidol
Le nouvel hôpital du Sud n'ouvrira pas ses portes avant 2026. L'annonce en a été faite par le ministre de la Santé, vendredi. Les premiers appels d'offres pour ce projet de 541 millions d'euros seront lancés en septembre prochain.
Lagaplan Südspidol