Changer d'édition

Le covid-19 pourrait créer un manque d'eau potable
Luxembourg 3 min. 24.07.2020

Le covid-19 pourrait créer un manque d'eau potable

Sécheresse printanière, météo sans grandes précipitations et incertitude sur la consommation d'un été avec moins de départ en vacances préoccupent sérieusement l'Administration de la gestion de l'eau.

Le covid-19 pourrait créer un manque d'eau potable

Sécheresse printanière, météo sans grandes précipitations et incertitude sur la consommation d'un été avec moins de départ en vacances préoccupent sérieusement l'Administration de la gestion de l'eau.
Photo: Getty Images/iStockphoto
Luxembourg 3 min. 24.07.2020

Le covid-19 pourrait créer un manque d'eau potable

Il y a un mois, le ministère de l'Environnement demandait d'économiser l'eau du robinet. La situation continue de préoccuper d'autant plus l'administration de la gestion de l'eau qu'il y a eu peu de précipitations ces derniers mois et que l'impact de la pandémie reste incertain.

(MF avec Jacques Ganser) – Non seulement les analyses des eaux usées ont montré cette semaine que des traces du coronavirus sont maintenant détectées partout dans le pays mais l'incertitude plane sur l'impact du virus sur les quantités d'eau potable qui seront pompées ou pas cet été. La grande question étant de savoir combien de résidents préféreront cette fois rester au Luxembourg plutôt que de partir en vacances.

Jean-Paul Lickes, directeur de l'Administration de la gestion de l'eau n'a rien contre les piscines gonflables mais s'inquiète de la tendance actuelle, induite par la reprise de la pandémie, à plutôt passer les vacances d'été à la maison et à remplir sa propre piscine dans le jardin. «C'est un à un mètre cube et demi d'eau potable qui y est consommé, soit 1.000 à 1.500 litres. Mais si beaucoup de gens ont la même idée, et c'est probable, nous pourrions avoir un problème d'eau potable en été», explique Jean-Paul Lickes. 


Les eaux du Sud concentrent davantage de traces du virus
La quasi-totalité des eaux usées du pays présentent des empreintes du coronavirus et une forte progression de sa concentration est observée dans les stations d'épuration des bassins versants de Bettembourg et Pétange, révèle ce mardi l'étude Coronastep.

D'ordinaire la consommation nationale d'eau potable diminue lorsque démarrent les vacances d'été et comme ce sera le cas la semaine prochaine, quand commence le congé collectif. Des milliers de personnes quittent alors le pays pratiquement au même moment et les réserves, qui diminuent fortement à la mi-juillet, peuvent alors se reconstituer. 

«Nous le constatons très bien en scrutant la demande en eau potable au Syndicat des eaux du barrage d'Esch-sur-Sûre (Sebes). D'une semaine à l'autre, la demande baisse d'environ 20 %», rapporte Jean-Paul  Lickes. 

Les sources produisent déjà moins

Mais la probabilité est faible que le phénomène habituel se reproduise cet été craint l'Administration de la gestion de l'eau. De manière globale, la situation reste tendue vu l'extrême sécheresse du printemps a récemment fait savoir Carole Dieschbourg (Déi Gréng), ministre de l'Environnement en répondant à une question parlementaire du député (DP) Gusty Graas. Expliquant que forages et volumes produits par les sources montrent que les niveaux ne se sont pas complètement rétablis. Selon Dieschbourg, les sources d'eau potable devraient fournir 10 à 20 % d'eau en moins que la moyenne à long terme.


Quelqu'un a demandé de la pluie? Oui!
Les nappes souterraines sont juste dans la normale saisonnière, les agriculteurs craignent une sécheresse, aussi les trois jours d'averses annoncés vont-ils rassurer certains habitants.

Et les prévisions météorologiques annonçant un temps sec ne sont pas pour rassurer Jean-Paul Lickes. Scrutant de près le débit des sources et la consommation, son service sait que «des phases dites de vigilance pourraient être déclarées si la situation devenait critique, comme c'était déjà le cas en 2017». Un premier avertissement est déjà tombé il y a pile un mois.

La ministre de l'Environnement précise ce vendredi en répondant à la question parlementaire des députés (DP) Max Hahn et Gusty Graas qu'«en fonction de l'évolution de la situation, il sera décidé avec les fournisseurs d'eau d'activer une phase de vigilance, voire de prendre des mesures via règlements communaux (phase orange, phase rouge). Mais vu les chiffres actuels ce n'est pas encore nécessaire».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les eaux du Sud concentrent davantage de traces du virus
La quasi-totalité des eaux usées du pays présentent des empreintes du coronavirus et une forte progression de sa concentration est observée dans les stations d'épuration des bassins versants de Bettembourg et Pétange, révèle ce mardi l'étude Coronastep.
Tout le Nord lorrain en alerte sécheresse
La préfecture a placé vendredi le département de la Moselle en niveau d'alerte à la sécheresse, déclenchant des mesures de restriction des usages de l'eau. Depuis quelques jours, la Meurthe-et-Moselle avait déjà pris cette mesure.
11.05.11 Trockenheit , Felder ausgetrocknet,Risse,Bodentrockenheit .Foto:Gerry Huberty
Economiser l'eau, une habitude qui reste d'actualité
La première vague de chaleur estivale met déjà en alerte le ministère de l'Environnement. Chacun est ainsi invité à ne pas abuser de la ressource en eau dont un hiver sec n'a pas aidé à la reformation des stocks.
Lokales, Hitzewelle, Hitze,Temparuren bis über 40 Grad, Luxemburg Zentrum, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Quelqu'un a demandé de la pluie? Oui!
Les nappes souterraines sont juste dans la normale saisonnière, les agriculteurs craignent une sécheresse, aussi les trois jours d'averses annoncés vont-ils rassurer certains habitants.
Le coronavirus circulait au Luxembourg dès février
L'étude Coronastep mise en place par le Luxembourg Institute of Science and Technology (List) a annoncé ce jeudi que les premières traces du covid-19 ont été détectées entre le 12 et le 25 février. Soit près d'un mois avant que le premier décès ne soit officiellement confirmé.