Changer d'édition

Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail
Luxembourg 4 min. 08.01.2021 Cet article est archivé

Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail

Dans de nombreuses entreprises, le sujet de la mise en place du travail à domicile n'est (re)venu à l'ordre du jour que lorsque la crise sanitaire a éclaté.

Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail

Dans de nombreuses entreprises, le sujet de la mise en place du travail à domicile n'est (re)venu à l'ordre du jour que lorsque la crise sanitaire a éclaté.
Photo: Licence CC
Luxembourg 4 min. 08.01.2021 Cet article est archivé

Le covid-19 accélère l'ancrage du télétravail

Anne-Sophie DE NANTEUIL
Anne-Sophie DE NANTEUIL
Beaucoup d'employés le souhaitaient, beaucoup d'employeurs le craignaient, mais voilà la pratique devenue réalité avec la pandémie. Accélérant de fait les discussions et la mise en place d'un cadre légal, à plus long terme, dans plusieurs entreprises.

Si elle a bouleversé nos quotidiens, la pandémie sanitaire a également profondément modifié nos façons de travailler. En dix mois, beaucoup de choses ont en effet changé dans le monde du travail, à commencer par le télétravail. Une pratique qui devrait perdurer après la crise. 

Pour certaines entreprises, rien fondamentalement de nouveau, à l'image du groupe Post. Le plus grand employeur du pays l'autorisait déjà avant la pandémie. «Nous avions une disposition sur le bureau à domicile dans la convention collective», confirme Claude Olinger à nos confrères du Luxemburger Wort. Mais «elle était très vague», précise le directeur des ressources humaines pour qui «il s'agissait simplement d'une possibilité». «C'était très restrictif», reconnait-il avant d'ajouter que ce n'était en réalité «que des paroles en l'air».

Craintes des managers

Si des discussions ont déjà eu lieu sur le sujet, aucun travail intensif n'avait donc été fait jusqu'alors. «Ça n'était pas un problème», précise Claude Olinger. La situation a toutefois changé d'un seul coup. «Le sujet des bureaux à domicile est venu à l'ordre du jour quand le covid a éclaté», souligne-t-il ajoutant être passé de «0 à 100» salariés travaillant à distance. 


Illustration Arbeiten von Zuhause aus, Telearbeit, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Homeoffice, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Le télétravail ne doit pas empêcher de rester actif
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.

Si l'expérience n'a fait qu'accélérer la mise en place de la pratique pour le groupe Post, la situation n'a pas été la même partout. Certaines entreprises se sont ainsi heurtées à des difficultés comme au sein des CFL. Car si le groupe souhaitait renouveler ses méthodes de travail depuis 2019, la question se posait de savoir qui était autorisé à faire du télétravail, les chemins de fer comptant traditionnellement de nombreuses personnes nécessitant d'être sur place. 

«Nous n'avions aucun instrument et n'étions que partiellement préparés techniquement», souligne Yves Baden, à la tête du département RH des CFL. En quelques jours, 800 employés se sont néanmoins retrouvés à travailler à domicile. Pour les managers, la crainte était alors de perdre le contrôle. Mais l'expérience s'est finalement révélée positive. 

Changement de paradigme

«La discussion 'voulons-nous revenir en arrière ?' est devenue inutile», déclare le directeur des ressources humaines. Une fois la pandémie terminée, les CFL comptent ainsi maintenir partiellement ce nouveau mode de fonctionnement en mélangeant télétravail et présence sur le lieu de travail. Les employés à temps plein pourront ainsi travailler de chez eux deux jours par semaine. 


«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».

Le cadre contractuel prévoit ainsi une nouvelle forme de gestion, «axée sur les résultats et non sur le temps». En d'autres termes, les employés pourront structurer leur journée librement. «Ils se verront assigner des objectifs personnels et seront évalués par rapport à ça», détaille Yves Baden. «Ce qui compte, c'est que les tâches soient accomplies», ajoute-t-il encore. Selon une enquête interne, 20% des employés de CFL peuvent - et vont - intégrer ce nouveau système. 

Au-delà de cette évolution des modes de travail, se pose une question bien plus terre à terre, à savoir celle de la compensation financière. Car certains employés en télétravail utilisent parfois leur propre matériel, du siège à l'ordinateur. Pour les employés, ce travail est par ailleurs associé à des coûts d'électricité et de chauffage plus élevés. 


Les règles du télétravail désormais adoptées
Ce n'est pas une loi qui encadre les modalités de la pratique du travail à distance mais un accord signé, mardi, par syndicats et patronat.

Au Grand-Duché, une nouvelle convention entre les syndicats et l'association patronale de l'UEL règle la question. C'est donc à l'employeur de fournir «les équipements de travail» et couvrir «les frais directement occasionnés par le télétravail», précise le document. 

Dans la pratique, la réalité est toutefois un peu différente. Les CFL et Post ne prennent ainsi en charge que les équipements techniques. Un argument justifié par Yves Baden par la possibilité de «choisir entre le bureau et le domicile». De son côté, Post considère le bureau comme «un avantage pour l'employé». 

Pour rappel, selon le Statec, 52% des actifs occupés du pays ont eu recours au télétravail au cours du deuxième trimestre. Une expérience pas toujours positive. En effet, pour certains, celui-ci a rallongé les journées. Pour d'autres, les conditions de travail - différentes de celles au bureau - n'ont fait qu'entraîner de nombreux maux.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les agents des 102 communes étaient invités à faire part de leur retour d'expérience après, pour certains, plusieurs semaines de télétravail. Les échos s'avèrent largement positifs, et développer cette formule parfaitement envisageable.
Alors qu'un accord entre les autorités luxembourgeoises et allemandes fait état d'une prolongation du travail à domicile jusqu'au 31 décembre, le syndicat luxembourgeois soulève un problème. Tous les salariés ne seraient «pas traités de manière équitable».
In Luxemburg hat die Telearbeit in den vergangenen zehn Jahren stark zugenommen.
45% des salariés qui ont dû travailler à la maison plutôt qu'au bureau ont rencontré des difficultés. Des doléances relevées par le Statec qui pourraient refréner la volonté de passer à plus de home-office.
Foto beautiful-woman-working-on-laptop-450w-1304969941
Depuis la pandémie sanitaire et la mise en place du travail à domicile, les comportements sédentaires des résidents et frontaliers augmentent. Avec pour conséquences, alertent les médecins, des risques pour leur santé.
Illustration Arbeiten von Zuhause aus, Telearbeit, Télétravail, Coronavirus, Covid-19, Homeoffice, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort