Changer d'édition

Le coup de pompe des stations-service
Luxembourg 4 min. 01.10.2020 Cet article est archivé

Le coup de pompe des stations-service

Les stations-service situées près des frontières ont été les plus impactées par la crise sanitaire

Le coup de pompe des stations-service

Les stations-service situées près des frontières ont été les plus impactées par la crise sanitaire
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 01.10.2020 Cet article est archivé

Le coup de pompe des stations-service

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Après la plongée historique des ventes de carburants enregistrée entre février et avril, le déconfinement a permis un rebond rapide depuis mi-mai. Le niveau reste toutefois encore loin d'atteindre celui d'avant la crise sanitaire.

S'il est un secteur qui a joué au yoyo depuis l'apparition du covid-19, c'est bien celui des carburants. Sans surprise, le confinement des premières semaines et les routes désertes ont plongé les stations-service du pays dans la plus profonde sinistrose. Résultat: un effondrement historique de 56% des ventes de carburants observé entre février et avril 2020. Spectaculaire par sa courbe, la reprise de l'activité (et du trafic routier) liée au déconfinement s'avère rapide. Néanmoins, les ventes demeuraient en août encore de 13% inférieures à celles enregistrées en février, selon des données du Statec.

«Ni le recul très spectaculaire du printemps, ni le rebond depuis la mi-mai ne m'étonnent», affirme Jean-Marc Zahlen, secrétaire général du Groupement pétrolier luxembourgeois (GPL). Selon lui : «les ventes d'essence ont chuté davantage» que celles de diesel, car «le transport de marchandises, certes très nettement diminué, a néanmoins continué à se faire durant le confinement». Le secrétaire général du GPL qui poursuit en témoignant que «les stations situées près des frontières ont été les plus impactées» par la situation. Certaines auraient même connu «des moments dramatiques où les ventes ont flirté avec le zéro absolu».

Les distributeurs de carburants situés le long des autoroutes ont également subi la crise de plein fouet, car «ce sont des concessionnaires qui ont des contrats à respecter avec l'État» et «doivent remplir d'autres obligations, comme le magasin ou la restauration». Ils ont donc dû faire face à d'autres problèmes que simplement la chute des ventes de carburants. 

Le secrétaire général du GPL n'«envisage pas que certaines stations-service puissent purement et simplement disparaître» du paysage à l'heure actuelle. Même si, ajoute-t-il, «cela dépend des stratégies décidées par les grands groupes pétroliers». Il n'en demeure pas moins que par rapport à ses pays voisins, le Luxembourg a subi la chute des ventes la plus importante.

Il est difficile de définir l'impact exact du télétravail sur les volumes de ventes

Au premier semestre 2020, les ventes ont baissé de 28% en comparaison aux six premiers mois de 2019, selon les données du Statec, contre -18% en Belgique, -13% en France et -10% en Allemagne. Cela tient au fait que le Luxembourg reste un territoire de transit par excellence, au cœur des liaisons européennes, pour qui «le côté transfrontalier et le trafic international restent fort importants». Sur les huit premiers mois de 2020, 1,241.041 m3 de carburants ont été écoulés, soit une moyenne de 155.130 m3 mensuels. Par comparaison, les 2.393.004 m3 vendus en 2019 correspondent à 199.417 mensuels. Soit une diminution de 22,2%.

Reste à voir ce que l'avenir réservera au secteur. Le niveau encore relativement faible des ventes sur la période estivale peut s'expliquer par les vacances, une activité économique post-confinement encore peu dynamique et la persistance du télétravail, en particulier des navetteurs frontaliers. «Nous ne craignons pas spécialement que le télétravail s'impose de plus en plus à l'avenir. Pour l'heure, il est très malaisé d'isoler cet effet et de définir son impact sur le volume des ventes», avoue Jean-Marc Zahlen.


16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony
Ne tirez plus sur les pompistes!
Même si les prix des carburants ont enregistré une petite baisse ce mardi, le président du Groupement pétrolier luxembourgeois, est las des différentes taxes affectant essence et diesel. Pas question pour Romain Hoffmann que les 234 stations-service du pays servent de vaches à lait pour la politique environnementale.

D'après les projections du Statec, ce volume devrait baisser de 16% sur l'ensemble de l'année 2020. Cela avant de se redresser de 13% en 2021. Mais le secrétaire général du GPL se veut plus prudent. «C'est très compliqué. L'évolution de la situation reste très incertaine et nous manquons clairement de perspectives. Il est impossible de planifier un moment où nous pourrions revenir au niveau d'avant. Nous dépendons étroitement de la reprise des activités de transport et des politiques qui seront mises en place au niveau européen».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après une baisse déjà inquiétante au premier trimestre, les recettes fiscales ont chuté de 25% de mars à juin. Un effondrement dû notamment aux impôts réglés en moins par les sociétés mais aussi au manque de recettes provenant des ventes de carburant ou tabac.
station d'essence - Diesel - Benzin- Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
A la suite des augmentations décidées par le gouvernement des accises sur les carburants et le tabac, la France vient de limiter l'achat des frontaliers ou touristes français à une cartouche de cigarettes. Quel sera l'impact sur un secteur qui génère chaque année, tous produits confondus, près de trois milliards de revenus fiscaux?
Malgré des coûts à la hausse, «investir dans une voiture électrique reste rentable», estime ce mercredi le ministre de l'Energie. Et Claude Turmes de préciser que les «frais d'entretien restent bien inférieurs à ceux des voitures thermiques».
Dès ce mercredi, le diesel, l'essence et le mazout de chauffage vont atteindre des prix plancher. Le gasoil notamment s'apprête à passer sous la barre symbolique d'un euro. Une première depuis février 2018.
98er Benzin wird ab Mittwoch wesentlich günstiger.
L'avis se fonde non seulement sur l'augmentation attendue des accises sur les carburants mais aussi la probable montée des prix des produits pétroliers. Un facteur de baisse comme la mise en place de la gratuité des transports publics ne réussissant pas à compenser ces hausses possibles.
BP Diekirch
Augmentations de l'accise, taxe carbone et directive européenne... concrètement c'est un bond de 19,52 cents par litre de diesel pour les automobilistes en quelques mois, a calculé le Groupement des pétroliers luxembourgeois. Il dénonce une «volte-face» subite de la politique gouvernementale.
Tanktourismus,Tanken,Tankstelle,Aire de Berchem. Foto:Gerry Huberty
Même si les prix des carburants ont enregistré une petite baisse ce mardi, le président du Groupement pétrolier luxembourgeois, est las des différentes taxes affectant essence et diesel. Pas question pour Romain Hoffmann que les 234 stations-service du pays servent de vaches à lait pour la politique environnementale.
16.10.2018 Luxembourg, ville, Tanken, Tanktourismus, Benzin, Diesel, pollution, Umwelt, Neue Aufkleber, Bezeichnung B7 et E5, Auto, Autos, Schmutz, Verbot   photo Anouk Antony