Changer d'édition

Le coronavirus pisté à Dudelange
Luxembourg 3 min. 17.02.2020 Cet article est archivé

Le coronavirus pisté à Dudelange

Le département de microbiologie est mobilisé pour analyser les échantillons liés à la pneumonie virale.

Le coronavirus pisté à Dudelange

Le département de microbiologie est mobilisé pour analyser les échantillons liés à la pneumonie virale.
Photo: Chris Karaba
Luxembourg 3 min. 17.02.2020 Cet article est archivé

Le coronavirus pisté à Dudelange

Olivier TASCH
Olivier TASCH
Le Laboratoire national de santé est la seule structure du pays capable de réaliser les analyses liées au covid-19. A ce jour, aucun des tests effectués ne s'est avéré positif en relation avec l'épidémie qui a fait près de 1.770 morts dans le monde.

Rien à déclarer! Pour l'instant, le Laboratoire national de santé (LNS) n'a rien trouvé. Douze échantillons ont été analysés par les équipes du service de microbiologie depuis début février. Depuis précisément qu'un ressortissant luxembourgeois, de retour de Chine, a été placé à l'isolement au Centre hospitalier de Luxembourg. Aucune infection par l'agent rebaptisé covid-19 par l'Organisation mondiale de la santé n'a été constatée, alors qu'à l'échelle planétaire plus de 70.500 personnes ont été infectées et quelque 1.770 décès enregistrés. 

Le test pour détecter le virus est «relativement complexe», note le docteur Trung Nguyen, responsable du service de virologie du LNS en charge des examens. Après avoir séquencé le coronavirus, la Chine a partagé ses informations avec le monde entier. Le laboratoire de l'hôpital universitaire de la Charité de Berlin a ensuite mis en place une méthode de protocole de diagnostic; une base sur laquelle s'appuie le LNS pour effectuer son propre test. Il le réalise à partir d'échantillons anonymes obtenus par frottis respiratoires.

 L'établissement installé à Dudelange dispose du niveau de sécurité 3, c'est-à-dire capable de gérer des agents biologiques pathogènes pour l'homme et éventuellement présentant une capacité de propagation importante. C'est le seul équipement habilité à réaliser ces analyses au Luxembourg.


Pedestrians wear face masks in Hong Kong on February 3, 2020, as a preventative measure following a virus outbreak which began in the Chinese city of Wuhan. - Hundreds of Hong Kong medical workers walked off their jobs on February 3, demanding the city close its border with China to reduce the coronavirus spreading -- with frontline staff threatening to follow suit in the coming days. (Photo by Anthony WALLACE / AFP)
Six choses connues sur le coronavirus
Taux de mortalité, niveau de transmission, moment où un malade devient contagieux, période d'incubation: des inconnues empêchent encore de déterminer l'impact mondial de l'épidémie partie de Chine.

Pour ce qui est du déroulement du protocole, le virus doit d'abord être inactivé avant d'en extraire le génome viral, à savoir le matériel génétique. Il faut ensuite vérifier si l'échantillon ne contient pas d'autres maladies plus répandues, comme la grippe saisonnière.

Il faut entre quatre et cinq heures pour obtenir un premier résultat. «Notre examen, c'est un "kit maison". Ce n'est pas aussi rôdé qu'un test commercial qui va plus vite mais, bien entendu, il fonctionne», souligne le responsable de la virologie au LNS. «Nous travaillons d'ailleurs à l'amélioration du processus. D'ici une à deux semaines, notre objectif est d'augmenter notre capacité de diagnostic», explique le Dr Nguyen. 

Avec une habilitation de niveau 3, le laboratoire national de santé est la seule infrastructure du pays à pouvoir tester le coronavirus.
Avec une habilitation de niveau 3, le laboratoire national de santé est la seule infrastructure du pays à pouvoir tester le coronavirus.
Photo: Chris Karaba

La technique en soi ne changera pas. Mais si actuellement le LNS peut effectuer une dizaine d'examens par jour, à terme il pourrait être capable d'en pratiquer entre 50 et 100. «C'est bien au-delà des nécessités actuelles, concède Trung Nguyen. Mais on ne sait pas comment le virus va évoluer». A l'étranger, les grands laboratoires qui font évidemment face à des populations plus importantes ont déjà la capacité de réaliser 500 à 1.000 essais quotidiens.

A noter que le protocole prévoit une validation des résultats par un laboratoire de référence. Ceux obtenus par les équipes du LNS sont ainsi envoyés dans une structure à Rotterdam, laquelle confirme ou non les conclusions. «Nous aurions pu travailler avec Berlin mais Rotterdam c'est beaucoup plus près, quatre heures de route seulement», explique le Dr Nguyen. Au final, pour obtenir un résultat définitif respectant toute la procédure, il faut toutefois attendre au minimum deux jours.



Sur le même sujet

Dans la combinaison des dépisteurs du covid-19
Le Laboratoire national de santé de Dudelange a été officiellement validé pour effectuer les tests de coronavirus depuis la fin janvier. Près de 300 tests y ont déjà été réalisés en date du 11 mars. Le Dr Trung Nguyen Nguyen, virologue en chef, explique comment ça fonctionne.
«Un vaccin contre le coronavirus dans les six mois»
Alors que l’épidémie de pneumonie virale se répand à travers le monde, le spécialiste du département infection et immunologie du Luxembourg Institute of Health conserve un optimisme mesuré. Le professeur Claude P. Muller répond aux questions que tout le monde se pose.
Onze millions de personnes mises en quarantaine
La Chine prend les grands moyens contre le nouveau coronavirus qui a commencé à se répandre dans le reste du monde, mettant de facto en quarantaine à compter de jeudi la métropole de Wuhan au cœur de l'épidémie.
A l'intérieur même de Wuhan, les transports publics sont à l'arrêt et les festivités du Nouvel An ont été annulées