Changer d'édition

Le contournement de Bascharage remis en question
Luxembourg 25.06.2020

Le contournement de Bascharage remis en question

Lors du vote en 2018, le taux de NO2 justifiait la traversée d'une zone protégée par la rocade.

Le contournement de Bascharage remis en question

Lors du vote en 2018, le taux de NO2 justifiait la traversée d'une zone protégée par la rocade.
Illustration: Mobilitätsministerium
Luxembourg 25.06.2020

Le contournement de Bascharage remis en question

Votés en 2018, les travaux voués à créer un bypass de la commune impliquent la destruction d'une zone protégée. Une décision qui se baserait sur des critères non justifiables selon trois associations de défense de l'environnement, qui réclament un moratoire.

(ASdN avec Diana Hoffmann) - Voilà un nouveau rebondissement dans l'affaire du contournement de Bascharage. Sur la table depuis une dizaine d'années, le projet vise à réduire la circulation dans la localité du sud-ouest du pays. Mais les travaux, votés en 2018 pour un total de 139 millions d'euros, auraient été décidés à partir de mauvaises informations. C'est du moins ce que dénoncent les associations Biergerinitiativ Gemeng Suessem, Meco-Sud et Natur&ëmwelt Gemeng Suessem. 

Au cœur de leur argumentaire, le niveau de pollution au dioxyde d'azote (NO2) utilisé comme principal élément justificatif du vote de la loi de financement. Annoncé à supérieur à 80 microgrammes par m3, soit le double des valeurs considérées comme dangereuses par l'Organisation mondiale de la santé, le niveau de NO2 dans l'atmosphère de la commune se trouverait à un niveau bien moins alarmant, estiment les défenseurs de l'environnement. 

S'appuyant sur une réponse parlementaire de juin 2019 émise par le ministère de l'Environnement, ces dernières évoquent ainsi une moyenne annuelle de 57 microgrammes par m3. Soit un niveau de pollution bien en dessous du seuil de danger sanitaire mentionné par les soutiens au contournement. Et un taux d'émission de NO2 qui serait par ailleurs amené à baisser à l'avenir. En effet, misant sur l'amélioration des technologies automobiles, la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) mentionne en juillet 2018 qu'une réduction des valeurs de NO2 de 22% par rapport à 2017 peut être attendue d'ici 2020 et jusqu'à 71% d'ici 2030.

Au vu de ces éléments, les trois associations estiment donc la décision de créer le contournement caduque, puisque le vote à la Chambre de 2018 s'appuyait sur des éléments non justifiés. Et donc que la construction de la rocade détruirait une réserve Natura 2000 sans aucune base juridique. Raison pour laquelle ils ont demandé mercredi à la Chambre un moratoire pur et simple sur ce projet. En cas de poursuite du projet, les trois associations annoncent qu'elles engageront des poursuites judiciaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Contournement de Bascharage: Sanem contre la variante ministérielle
"Je suis sûr que la population va me suivre", sait Georges Engel. Le bourgmestre de Sanem et ses échevins s'opposent à la variante du contournement de Bascharage que le ministre des Infrastructures est venu leur soumettre. D'autant qu'elle empiète "encore plus" sur le terrain de Sanem!