Changer d'édition

Le contournement d'Hesperange à nouveau freiné
Luxembourg 4 min. 26.07.2019 Cet article est archivé

Le contournement d'Hesperange à nouveau freiné

Le projet fantôme du contournement d'Hesperange / Alzingen vient à nouveau d'être repoussé.

Le contournement d'Hesperange à nouveau freiné

Le projet fantôme du contournement d'Hesperange / Alzingen vient à nouveau d'être repoussé.
Photo: Anouk Antony
Luxembourg 4 min. 26.07.2019 Cet article est archivé

Le contournement d'Hesperange à nouveau freiné

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le ministre de la Mobilité a de nouveau repoussé la consultation publique sur le projet de déviation du trafic routier pour Hesperange et Alzingen. Chaque jour, plus de 15.000 véhicules traversent ces communes et l'attente d'une solution n'a que trop duré pour nombre d'habitants et de conducteurs.

«Il n’est pas opportun d’accélérer à tout prix la finalisation du dossier de consultation du public.» Tels sont les termes employés par François Bausch (Déi Gréng), évoquant ce vendredi le dossier du contournement d'Hesperange et Alzingen. Pour le ministre de la Mobilité et des Travaux publics, mieux vaut encore prendre un peu de temps pour présenter «un dossier solide et bien ficelé».

Voilà donc un énième report pour ce projet dont l'origine remonte aux années 60, et qui a été réactivé au début des années 2000 en parallèle du développement du ban de Gasperich et de la Cloche d'Or. «On tourne en rond», peste donc Marc Lies, bourgmestre (CSV) d'Hesperange en découvrant la nouvelle position de l'État. 

Marc Lies, bourgmestre CSV d'Hesperange, ne comprend plus l'attentisme de l'Etat sur cette question majeure. «On joue avec les nerfs des élus, des habitants, des conducteurs mais aussi avec leur santé en raison de la pollution liée aux problèmes actuels de circulation.»
Marc Lies, bourgmestre CSV d'Hesperange, ne comprend plus l'attentisme de l'Etat sur cette question majeure. «On joue avec les nerfs des élus, des habitants, des conducteurs mais aussi avec leur santé en raison de la pollution liée aux problèmes actuels de circulation.»
Photo: Guy Jallay

«En 2011, le Conseil de Gouvernement lui-même a approuvé le projet», rappelle au passage l'élu. «En janvier dernier encore, le ministre Bausch déclarait à la Chambre que la consultation publique serait lancée avant les vacances d'été. Et maintenant que la date est arrivée, il parle de soumettre un nouveau dossier de consultation aux collèges échevinaux de Hesperange, Roeser et Luxembourg en octobre 2019. On se moque de nous.»


20.07.10 hesperange, stau verkehr, zentrum hesperange, photo: Marc Wilwert
Hesperange réclame son contournement
Les habitants et les élus, qui exigent depuis plus de 15 ans une solution face à la circulation croissante dans la commune, se mobilisent sur Facebook. Lancé il y a dix jours, un groupe compte déjà plus de 900 membres.

Et quand il dit «nous», Marc Lies parle des élus impliqués comme de la population. Ces habitants ou ces citoyens, traversant péniblement chaque jour Alzingen et Hesperange, et qui ont même créé début juin un compte Facebook pour relayer leur mécontentement face à l'inaction des autorités.  En deux mois seulement de mobilisation, ce groupe «Fir en Hesper/Alzenger Contournement» a déjà rassemblé 1.750 membres.

Pour justifier ce nouveau revirement, François Bausch souligne que des données supplémentaires sont à ajouter ou à actualiser dans le dossier en cours de constitution. Le ministre parle de chiffres obtenus de la part de la Cellule modèles de transport qui a effectué un modèle de trafic couvrant l’horizon 2016-2030. 

Les taux les plus élevés du pays

Il faudrait aussi compléter avec les données relatives aux volets du bruit ou à la qualité de l’air. Dans ce dernier cas, il convient de se référer aux mesures effectuées en 2018. Donc selon François Bausch «le volet de la qualité de l’air devra être entièrement refait sur base de ces données plus récentes».

Là encore, le bourgmestre bondit. «Les résultats de cette étude ont été dévoilés en octobre 2018. Rien que les NO2 - dioxyde d'azote - , la commune avait les taux les plus élevés du Luxembourg. Il n'y aurait donc pas d'urgence à régler cette question?», interroge Marc Lies.

François Bausch, ministre de la Mobilité, préfère visiblement jouer à la tortue plutôt qu'au lièvre sur ce dossier.
François Bausch, ministre de la Mobilité, préfère visiblement jouer à la tortue plutôt qu'au lièvre sur ce dossier.
Photo: Gerry Huberty

Une urgence qu'avait pourtant rapidement signalée à la commune la ministre de l'Environnement, Carole Dieschbourg (Déi Gréng). «Elle nous réclamait des efforts pour développer la mobilité douce, faire baisser la circulation ou l'usage du diesel mais la vraie solution, la RN3, ça ne semble pas être sa priorité», renchérit le bourgmestre. «En neuf mois, ses services auraient pourtant eu le temps d'intégrer cette étude de pollution dans le dossier de consultation publique, non?»

Ajoutez à cela des éléments à mettre en conformité dans le dossier de la protection de la nature (il y a une zone Natura 2000 à protéger) et l’évaluation des tracés alternatifs, et vous comprendrez pourquoi François Bausch repousse la procédure de consultation à l'hiver 2019. «Il indique même que la commune connaîtrait une croissance de +50% de sa population dans les années à venir, et qu'il faut intégrer cette notion. C'est une folie», enrage-t-on en mairie.

 Nous avons ainsi mis en place 13 km de pistes cyclables (…) mais ce n'est que le début de la solution

En attendant, Hesperange et Alzingen se retrouvent chaque jour un peu plus asphyxiées. Au propre comme au figuré. La traversée des deux communes au Sud-Ouest de la capitale par quelque 15.000 véhicules/jour causant des bouchons importants et une pollution préjudiciable. Et la situation empire quotidiennement.

Il est vrai que pour son «malheur», Hesperange se retrouve prise en tenaille par le développement des activités à sa périphérie. Que ce soit le boom du ban de Gasperich, le réaménagement d'Howald ou la croissance du zoning de Contern. 


Visite virtuelle de la nouvelle N3, futur axe capital
Nouvelle porte d'entrée à Luxembourg-Ville, la future route doit, d'ici 2023, relier la gare centrale à Howald, via la rue des Scillas. Partiellement longé par le tram, le projet vise à réorganiser la circulation dans le sud de la capitale pour faire la part belle à la mobilité douce.

«On agit avec nos moyens», conclut Marc Lies. «Nous avons ainsi mis en place 13 km de pistes cyclables qui relient Howald, la gare périphérique, Hesperange et la zone d'activité de Contern, mais ce n'est que le début de la solution». L'avancée majeure restant aux yeux du bourgmestre et de nombre de ses administrés l'ouverture de ce contournement routier «au plus vite maintenant». 


Sur le même sujet

Bausch défend le projet de tunnel à Hesperange
Dans une réponse parlementaire adressée au bourgmestre local, le ministre de la Mobilité (Déi Gréng) privilégie un passage sous la zone «Natura 2000» pour le futur contournement. Une alternative permettant d'éluder une demande de dérogation à la Commission européenne.
Lokales,  Hesperingen Stau in der route de Thionville, Gemeinde Hesperingen verlangen Umgehungsstrasse,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Un tunnel pour faciliter la traversée d'Hesperange
Le projet de contournement de la commune est à l’étude depuis des années. Face à l'urgence de la situation, le ministre de la Mobilité et des Travaux publics François Bausch propose une alternative avec le creusement d'un souterrain. Le projet sera bientôt dévoilé aux élus.
Stau in der Route de Thionville in Hesperingen/ 14.10.2019/ Foto : Caroline Martin