Changer d'édition

Le commerce en overdose de télétravail
Luxembourg 6 min. 31.08.2020

Le commerce en overdose de télétravail

Les télétravailleurs n'ont pas seulement changé d'organisation professionnelle mais aussi adopté de nouvelles habitudes de consommation.

Le commerce en overdose de télétravail

Les télétravailleurs n'ont pas seulement changé d'organisation professionnelle mais aussi adopté de nouvelles habitudes de consommation.
Luxembourg 6 min. 31.08.2020

Le commerce en overdose de télétravail

Le recours au télétravail a permis de contenir l'épidémie de covid au Luxembourg. Mais l'éloignement persistant de milliers de salariés pénalise durement des commerçants et restaurateurs pour qui l'absence physique de clients devient un virus fatal.

(Maurice FICK & Patrick JACQUEMOT) – Le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP), l'avait annoncé quelques jours plus tôt. Et de fait, les feux sont passés au vert la semaine écoulée pour le télétravail des frontaliers belges, juste avant leurs collègues français, sans oublier les «Pendler» allemands. Dans tous les cas, les accords bilatéraux signés entre le Luxembourg et les trois Etats pour la prolongation des jours télétravaillés sans changement fiscal courent ainsi jusqu'à la fin 2020. 

Une bonne nouvelle pour de nombreux salariés, notamment du secteur financier, mais aussi employés de l'administration, qui peuvent travailler depuis leur domicile. Mais aussi pour la bonne santé du pays puisque le travail à distance continue de contribuer à endiguer la propagation du covid-19. Son taux de transmission a pu ainsi être divisé par 20. Enfin, le home-office a permis de maintenir l'activité économique du Luxembourg.  

Si elle a effectivement sauvé des vies comme l'expliquait le Dr Aline Muller, directrice du LISER, cette façon de travailler pourrait contribuer aussi à... faire mourir des commerces. La vice-présidente de l'Union commerciale de la Ville de Luxembourg, Mireille Rahme-Bley, a ainsi expliqué lors de la présentation de la Grande braderie de ce lundi, que «le peu de tourisme et le télétravail pénalisent énormément» les boutiques et le secteur Horeca en ville. 


Manche Firmen befürchten, dass die Ablenkung im Homeoffice zu groß ist und greifen häufiger zu Überwachungsmethoden.
55 jours de travail hors Luxembourg pour tous les frontaliers
Le spectre du covid-19 continue de planer sur l'organisation du travail des frontaliers. Qu'ils soient belges, français ou allemands, l'OGBL vise l'équité de tous face au télétravail et a fait ses calculs.

Pour les commerçants, cafetiers et restaurateurs implantés notamment dans le quartier des affaires de la capitale, la nouvelle prolongation des accords fiscaux pour le télétravail représente quatre mois de plus à tenir sans le «vivier» des salariés qui sont autant de consommateurs potentiels. «Les commerçants établis au Kirchberg souffrent le plus car les gens qui font leur pause entre midi et 14 heures ne sont pas là», glisse ainsi Mireille Rahme-Bley. 

Les syndicats OGBL, LCGB et Aleba se félicitent du télétravail prolongé pour les frontaliers jusqu'au 31 décembre sans qu'il y ait de répercussion sur l'imposition. Et tous trois partagent grosso modo la même vision sur la place à accorder au travail à domicile dans un futur sans coronavirus. Soit de l'ordre d'une journée par semaine privée de présentiel au bureau.  

20% du temps pour travailler à domicile demain ?

Dans la foulée de l'OGBL qui réclame 55 jours de travail hors du Luxembourg, le LCGB, par la voix de son secrétaire général-adjoint Christophe Knebeler, rappelle les deux revendications affichées dès janvier: «harmoniser les seuils entre Etats voisins» et «atteindre le seuil de 25% du temps de travail, comme autorisé par nos textes de Sécurité sociale, soit 55-56 jours». 

L'Association luxembourgeoise des employés de banque et assurance (Aleba) défend, «depuis plusieurs années, l'idée d'un jour de télétravail par semaine, pour différentes raisons dont le bien-être au travail et les impacts écologiques et mobilitaires», souligne son secrétaire général, Laurent Mertz. 


«Le télétravail doit se faire sur une base volontaire»
Le Conseil économique et social planche actuellement sur la thématique du travail à distance. Pour son président, Jean-Jacques Rommes, «la réglementation rigide doit être simplifiée» mais la question reste «extrêmement complexe», en particulier concernant les frontaliers.

Si les syndicats estiment que les accords trouvés donnent plus de prévisibilité aux employeurs et leurs salariés, ils savent bien que le télétravail qui perdure n'a pas que du bon. «C'est une réponse à une situation de crise», résume Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL). Avant de relever qu'«avec le télétravail généralisé, les centres-villes, et pas seulement à Luxembourg, sont moins peuplés. Du coup les conséquences s'en font ressentir pour les marchands, cafetiers et restaurateurs». 

Le recours au télétravail massif n'est pas une situation durable pour autant de monde et pour autant de temps à l'avenir

Christophe Knebeler, secrétaire-général adjoint

Cette prise de conscience du patronat, est aussi partagée par les syndicats. Se disant solidaire des travailleurs de l'Horesca et du commerce de détail, Roberto Mendolia, président de l'Aleba, voit bien que «ce télétravail actuel ''à forte dose'' a des conséquences négatives sur ces secteurs, et il faut trouver des solutions pour éviter des drames sociaux et des pertes d'emplois massives, liés à une nette diminution de la consommation en lien avec le télétravail».

La version post-covid déjà dans les tuyaux

«L'épidémie est venue imposer le télétravail à toute la société. Pas seulement à ceux qui le pratiquent, mais à tous les éléments de la chaîne économique», résume bien Christophe Knebeler. Le secrétaire général-adjoint du LCGB «comprend la situation difficile des commerçants et «le vide artificiellement créé par l'épidémie en cours». Sa solution ? Que «le gouvernement avec les partenaires sociaux révisent d'abord les aides apportées à ces boutiques, à ces restaurants qui indirectement souffrent du fait que des milliers de salariés ne se rendent pas et n'achètent pas sur leur lieu de travail».

Si pour l'instant le recours au télétravail massif est «une question sanitaire, éthique presque (puisque cela revient à prendre soin de la santé de soi et des autres), ce n'est pas une situation durable pour autant de monde et pour autant de temps à l'avenir», défend Christophe Knebeler. Pensée que partage pleinement le patronat. Son représentant, Jean-Paul Olinger, est d'avis que «le télétravail doit se réinventer et certainement pas de façon aussi généralisée». Il voit la solution dans un «juste milieu» entre les besoins des salariés, l'organisation des équipes mais aussi la vie sociale.


Unterwegs mit Francois Bausch, im Tram, Luxtram, Vizepremierminister, Minister für Verteidigung, Mobilität und öffentliche Arbeiten. Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Mobilité, télétravail et redynamisation du commerce
Ce sont les trois grands sujets abordés par le ministre de la Mobilité, François Bausch, en toute décontraction. Il est d'avis qu'il faut «penser et agir de manière plus flexible. Le coronavirus a montré que c'est possible».

Déjà la problématique est en cours de réflexion par le Comité économique et social. Le CES planche d'ailleurs activement sur la rédaction d'un prochain avis sur la question du télétravail de demain, celui pour «les temps normaux». Mi-septembre, le document tant attendu (compris par le gouvernement) devrait sortir. 

Mais le LCGB est formel : «Le monde d'après se fera avec le télétravail. Les commerces doivent donc d'ores et déjà penser à modifier leur offre, leur localisation. Si les clients ne sont plus là où ils les attendaient, plus avec les mêmes attentes, alors il faut suivre le mouvement et surtout pas rester immobiles en attendant que cette source de revenus ne revienne.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Le télétravail doit rester une option»
Le Conseil économique et social a livré mardi son avis sur le statut à accorder à l'avenir au travail à domicile. Pour les experts du CES, «un règlement doit accompagner ce mouvement de manière constructive pour les salariés concernés».
A chacun sa responsabilité dans le télétravail
Qui fournit l'ordinateur? Qui veille à la connexion internet ou aux branchements électriques? Qui assure les réparations éventuelles? Autant de questions auxquelles le ministre du Travail, Dan Kersch, vient de répondre.
Coronavirus Home office - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le télétravailleur est-il bien assuré ?
Le travail à distance a modifié le quotidien de milliers de salariés, résidents comme frontaliers. Mais loin de son entreprise, un salarié dispose-t-il toujours de la même couverture en cas d'accident du travail? L'AAA a toutes les réponses.
Les bureaux sonnent drôlement vide
Entre départs en congés et télétravail, les espaces de travail des grandes sociétés restent encore loin de leur occupation habituelle. Et rien ne dit que chaque place retrouvera, demain, celui ou celle qui venait y assurer sa mission.