Changer d'édition

Le col du Gothard à vélo libre-service
Luxembourg 13 2 min. 15.07.2019 Cet article est archivé

Le col du Gothard à vélo libre-service

Le col du Gothard à vélo libre-service

Photo: Sébastien Cayotte
Luxembourg 13 2 min. 15.07.2019 Cet article est archivé

Le col du Gothard à vélo libre-service

Maurice FICK
Maurice FICK
Une visite nocturne surprise, des rencontres insolites, un difficile passage de col... à mi-parcours de son défi insolite qui le conduit d'Esch à Rome sur un vël'OK de 25 kg, Sébastien Cayotte a vécu bien des aventures.

Depuis son premier coup de pédale donné sur la place de l'hôtel de ville d'Esch-sur-Alzette, samedi 6 juillet 2019, «c'est comme si chaque jour était le premier», raconte Sébastien Cayotte. Le jeune homme de 24 ans qui n'en est pas à son premier exploit à vélo libre-service, avait déjà parcouru 802 km (sur 1.500 km) ce lundi à midi. Soit une moyenne de 89 km par jour sur un vël'OK!

Un petit exploit pour ce pédaleur motivé dont le vélo est le même que tous les vélos en libre-service à Esch. A la petite exception qu'il a été équipé d'un panier surdimensionné et qu'il est jaune, la couleur de la Foundatioun Kriibskrank Kanner (aide aux enfants atteints d'un cancer) pour laquelle il réalise ce nouveau défi «challenging for Smiles».


D'Esch à Rome sur un Vël'OK de 25 kg
Le tour du pays en trottinette, Luxembourg-Paris en Vel'OH!, la traversée de la Corse à pied... Sébastien Cayotte aime les défis insolites. Samedi il partira d'Esch-sur-Alzette pour rejoindre Rome sur un vélo de 25 kg. Mais quelle est sa motivation profonde?

Une première moitié de parcours durant laquelle il a traversé les Alpes suisses, ses sommets enneigés et passé le col du Gothard, vendredi, avec seulement trois vitesses! «Je savais que ce serait le défi dans le défi. Au arrivant au pied du Saint-Gothard je me suis fixé de tenir le plus longtemps possible à vélo et j'ai tenu 40 kilomètres, d'Altdorf à Andermatt. De là jusqu'en haut du col, j'ai poussé  mon vélo. S'en est suivie la longue descente jusqu'à Chiggiogna», raconte Sébastien.

Il avoue qu'après cette journée éprouvante de neuf heures de pédalage (76 km) et marche (10 km), «je ne tenais plus debout. Mais ça fait partie des satisfactions totales que je cherche. Il ne doit pas y avoir de regret».

Sa seule frayeur jusqu'ici a été une rencontre nocturne «avec un sanglier venu renifler près de ma tente en pleine nuit». Ses plus belles rencontres se sont faites à vélo. Comme celle de Steven qui est parti de Londres pour atteindre le même objectif  mais en un peu plus de temps. Dans un fast food à Altdorf s'est produite sa rencontre insolite avec deux spécialistes d'un art martial en kimono orange. «Ils terminaient cinq jours de randonnée et avaient revêtu leur kimono pour marcher le dernier jour, disant qu'il séchait mieux que leurs habits».

Si tout roule comme prévu, Sébastien Cayotte devrait arriver à Rome dans pile une semaine. A suivre...



Sur le même sujet

Le jeune instituteur n'en est pas à son coup d'essai. Sébastien Cayotte sillonne depuis quelques jours les rues de sa Esch natale pour livrer des courses aux personnes âgées et aux malades. A vélo évidemment !
Corona-Virus, Bäcker Solidaritätsaktion von Sebastien Cayotte, Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort