Changer d'édition

Le CNG au Luxembourg, ce sera fini en mars 2023
Luxembourg 3 min. 21.09.2022
Une fin amorcée depuis 2018

Le CNG au Luxembourg, ce sera fini en mars 2023

En 2018, seuls 350 véhicules roulaient au gaz naturel au Luxembourg.
Une fin amorcée depuis 2018

Le CNG au Luxembourg, ce sera fini en mars 2023

En 2018, seuls 350 véhicules roulaient au gaz naturel au Luxembourg.
Crédit: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 21.09.2022
Une fin amorcée depuis 2018

Le CNG au Luxembourg, ce sera fini en mars 2023

Simon MARTIN
Simon MARTIN
La station-service du Findel proposant du CNG stoppera de vendre ce carburant. En mars 2023, ce sera au tour de la station-service de Merl de prendre la même décision, mettant un terme à la vente de gaz naturel comprimé au Luxembourg.

Entre le gaz naturel comprimé et le Luxembourg, ce fut loin d'être le grand amour. L'histoire avait pourtant bien débuté. Il y a une vingtaine d'années, le CNG faisait son apparition au Grand-Duché et se présentait comme une alternative durable aux carburants traditionnels que sont l'essence et le diesel. En effet, le gaz naturel comprimé pouvait, à l'époque tout du moins, se targuer d'être moins cher et moins polluant. 


Les autoroutes wallonnes dans le noir
L’extinction des éclairages sur le réseau autoroutier dès ce lundi est une des mesures qui doivent réduire la facture énergétique du pays.

Seulement voilà, le carburant présenté comme révolutionnaire n'a été qu'un coup d'épée dans l'eau. En 2018, seuls 350 véhicules roulaient au gaz naturel au Luxembourg. Une cruelle désillusion pour le pays qui avait pourtant mis l'accent sur la promotion du CNG comme un carburant alternatif de choix. Lourde déconvenue également pour le fournisseur de gaz naturel SOTEG, qui entre-temps fait aujourd'hui partie du groupe Encevo.

Celui-ci avait pris à l'époque l'initiative de construire un certain nombre de stations-service de gaz GNC. Cette initiative était ouverte à tous les exploitants de stations-service intéressés. Cependant, à cette époque, seule Aral avait manifesté un intérêt, de sorte que les stations-service GNC luxembourgeoises ont toutes été créées exclusivement sur les sites des stations de l'entreprise pétrolière allemande. Au total, pas moins de six stations proposant ce carburant ont vu le jour. Une offre beaucoup trop grande par rapport à la demande.

Toujours moins de 400 véhicules en circulation

L'intérêt pour ce type de véhicule n'a au final jamais décollé. Encore aujourd'hui, les demandes d'immatriculations cumulées n'ont toujours pas dépassé les 400 véhicules. C'est ce qui ressort d'une question parlementaire de Fred Keup (ADR) adressée au ministre de l'Energie Claude Turmes (déi Gréng). Le ministre a par ailleurs confirmé la poursuite des fermetures des stations-service au gaz sur le territoire luxembourgeois. «Celles-ci n'étant pas économiquement rentables pour les entreprises concernées», a-t-il expliqué dans sa réponse parlementaire. 


(de g. à dr.) Claude Turmes, ministre de l’Energie ; François Bausch, Vice-Premier ministre, ministre de la Mobilité et des Travaux publics
Le Luxembourg mise sur l’hydrogène
Les ministres Claude Turmes et François Bausch ont annoncé ce mercredi l’installation de la première station hydrogène du pays. L’occasion de revenir sur la stratégie nationale en matière de décarbonisation.

En effet, depuis 2018, les pompes CNG ferment progressivement. Ce fut notamment le cas à Schifflange, Bascharage, Remerschen ou encore Lintgen. Si bien qu'aujourd'hui, il ne reste, dans le pays, plus que deux irréductibles stations: celles du Findel et une autre à Merl. Enfin, ce ne sera bientôt plus le cas puisque le ministre de l'Energie a annoncé la fermeture de celles-ci à court terme. «Aral a d'ores et déjà annoncé à ses clients que la station-service du Findel fermera en octobre prochain, tandis que la station de Merl cessera également de vendre du CNG en mars 2023. Après cela, aucune station-service CNG accessible au grand public ne sera en service au Luxembourg».

Un prix qui a explosé en Belgique

Une décision «raisonnable» et que l'on pourrait presque qualifier de visionnaire au regard de l'évolution récente des prix du gaz liés au conflit en Ukraine. En effet, si l'un des principaux atouts de ce carburant était d'être moins cher que la concurrence, la réalité d'aujourd'hui a complètement inversé la situation, si bien qu'en Belgique, ce mercredi, le prix du litre de CNG dépassait les 3,8€/l dans certaines provinces, plus du double du prix de l'essence et du diesel! Autant dire que les quelque 22.500 Belges roulant au gaz naturel comprimé doivent s'en mordre les doigts d'avoir fait le choix de ce carburant, tout comme les entreprises ayant fait éclore ce type de stations un peu partout sur le territoire. 

Au Luxembourg, l'accent est désormais mis sur l'électromobilité. L'une des clés, selon le gouvernement, pour une décarbonisation réussie de la société. C'est d'ailleurs pour cette raison que ce dernier a mis en place des incitants financiers pour pousser la population à se tourner vers les véhicules électriques. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Accord de principe suite à la tripartite
Les discussions entre les partenaires sociaux et le gouvernement ont terminé tard ce mardi soir, au troisième jour de la tripartite. Elles ont accouché d'un paquet de mesures destinées à lutter contre l'inflation, mais sans report d'index.
An Tag 3 diskutierten die Sozialpartner unter anderem über die von der Regierung vorgeschlagene Energiepreisbremse. Gegen Mittag wurden die Verhandlungen unterbrochen und kurz vor 19 Uhr wieder aufgenommen.
Une étude publiée selon les salaires
La Confédération européenne des syndicats met en garde contre des dépenses inabordables. Comparé aux autres pays de l'UE, le Luxembourg a encore peu de raisons de se plaindre.
European power plug Type C and euro banknotes on the calendar. The concept of payment of accounts, tariff increase, the date of payment for electricity