Changer d'édition

«Le climat général se tend de plus en plus»
Luxembourg 3 min. 15.10.2021
Dr Jean-Claude Schmit

«Le climat général se tend de plus en plus»

Le Dr Jean-Claude Schmit indique ce vendredi recevoir «des messages de plus en plus agressifs» en lien avec l'annonce du durcissement de la politique sanitaire du gouvernement.
Dr Jean-Claude Schmit

«Le climat général se tend de plus en plus»

Le Dr Jean-Claude Schmit indique ce vendredi recevoir «des messages de plus en plus agressifs» en lien avec l'annonce du durcissement de la politique sanitaire du gouvernement.
Photo: Gerry Huberty
Luxembourg 3 min. 15.10.2021
Dr Jean-Claude Schmit

«Le climat général se tend de plus en plus»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Au lendemain de l'annonce par le Premier ministre de menaces de mort proférées à son encontre, le directeur de la Santé indique vendredi être la cible de «messages de plus en plus agressifs», signe d'une crispation depuis les annonces autour du futur régime CovidCheck.

Action, réaction. Une semaine après l'annonce du durcissement à venir des mesures sanitaires à l'encontre des quelque 146.000 résidents qui ne sont pas encore vaccinés, «le climat général se tend de plus en plus» reconnait vendredi le Dr Jean-Claude Schmit. Si le directeur de la Santé, interrogé sur les ondes de la Radio 100,7, assure «ne pas avoir reçu de menaces de mort comme le Premier ministre», il ne cache pas recevoir «des messages de plus en plus agressifs» en lien avec la mise en place future du nouveau régime CovidCheck.


IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Luxembourg «rendra la vie plus dure aux non-vaccinés»
Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.

Qualifié de «mesure contraignante pour les personnes non vaccinées», le dispositif trouverait notamment son origine «dans la forte demande des personnes vaccinées de retrouver un peu plus de liberté après 19 mois de privation», indique le chef de l'administration en charge de la santé publique. A ce jour, 410.931 personnes disposent d'un schéma vaccinal complet, selon les dernières données disponibles. Soit les trois quarts de la population résidente.

Un chiffre insuffisant pour contrer les effets du variant Delta, plus contagieux que la souche originelle, selon le gouvernement qui table sur un taux de vaccination globale de 80 à 85% avant de desserrer l'étau. Pour le Dr Schmit, les réticents à la vaccination seraient soit des individus «avec une incertitude face au vaccin, voire une défiance», soit des personnes «qui ne se sentent pas concernées». Contrairement à d'autres pays européens, aucun sondage sur les motivations des personnes non vaccinées n'a été réalisé, précise le virologue de formation.


«Il va être important de vacciner les enfants»
Alors que l'arrivée d'une quatrième vague d'infections au covid-19 reste d'actualité, le directeur de la Santé réaffirme le besoin d'atteindre l'immunité collective. Ce qui passera notamment par l'injection de doses aux 6-12 ans, pour l'heure exclus de la campagne vaccinale.

Rappelant que les autorités sanitaires n'avaient «jamais dit que le vaccin était sûr à 100%», le directeur de la Santé assure toutefois que «les personnes vaccinées sont mieux protégées contre les effets graves du virus que les personnes non vaccinées». Quant à la possibilité de devoir mettre en place une troisième dose, le Dr Schmit assure qu'il n'y a «pas d'indication faisant état d'une baisse de la protection face au variant Delta actuellement». 


online.fr.Covid Check in Restaurants,Bars,Cafes. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Bettel parvient à unir les syndicats contre le CovidCheck
Dans un communiqué publié jeudi, CGFP, OGBL et LCGB font état de «leur désaccord profond» avec la volonté du gouvernement de laisser l'accès aux entreprises ou aux administrations publiques aux seules personnes entièrement vaccinées. Et demandent une entrevue urgente.

Pour mémoire, l'introduction du régime élargi du CovidCheck au 1er novembre fait l'objet ce vendredi d'un échange entre syndicats et ministères de la Santé, du Travail et de la Fonction publique. La CGFP, l'OGBL et le LCGB ayant fermement indiqué leur opposition à la mesure, vue comme «une obligation vaccinale cachée». De son côté, le gouvernement a effectué jeudi une légère ouverture en annonçant la mise à disposition des personnes qui auront reçu une première dose au 18 octobre de bons pour effectuer des tests PCR gratuits pour les quatre semaines avant l'injection de la deuxième dose.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le virologue Claude Muller salue l'offre d'une troisième dose pour les plus de 18 ans. Il encourage le gouvernement à davantage cibler les personnes vulnérables dans cette nouvelle étape de la campagne de vaccination.
Suite à la recommandation du Conseil d'Etat sur l'extension à venir du régime CovidCheck, la ministre de la Santé indique jeudi que des bons gratuits seront mis à disposition des personnes qui auront reçu une première injection avant le 18 octobre.
Dans un communiqué publié jeudi, CGFP, OGBL et LCGB font état de «leur désaccord profond» avec la volonté du gouvernement de laisser l'accès aux entreprises ou aux administrations publiques aux seules personnes entièrement vaccinées. Et demandent une entrevue urgente.
online.fr.Covid Check in Restaurants,Bars,Cafes. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Puisque le taux de vaccination générale de la population ne progresse qu'à allure modérée, le gouvernement durcit sa stratégie en réduisant les possibilités aux réticents à la vaccination. Notamment via la généralisation du CovidCheck à compter du 1er novembre.
IPO , PK Xavier Bettel u. Paulette Lenert , neues Covidgesetz , Foto.Guy Jallay/Luxemburger Wort
Alors que l'arrivée d'une quatrième vague d'infections au covid-19 reste d'actualité, le directeur de la Santé réaffirme le besoin d'atteindre l'immunité collective. Ce qui passera notamment par l'injection de doses aux 6-12 ans, pour l'heure exclus de la campagne vaccinale.