Changer d'édition

Le ciel du Luxembourg se ferme aux Boeing 737 MAX
Luxembourg 4 min. 12.03.2019

Le ciel du Luxembourg se ferme aux Boeing 737 MAX

Un Boeing 737 Max au Farnborough Airshow à Londres le 12 mars 2019.

Le ciel du Luxembourg se ferme aux Boeing 737 MAX

Un Boeing 737 Max au Farnborough Airshow à Londres le 12 mars 2019.
Photo: AFP
Luxembourg 4 min. 12.03.2019

Le ciel du Luxembourg se ferme aux Boeing 737 MAX

Après deux accidents mortels en moins de six mois, les Boeing 737 Max ne peuvent plus survoler le Luxembourg, la France, l'Allemagne et depuis ce mardi 19 heures toute l'Union européenne.

(MF avec AFP) – Comme beaucoup d'autres pays européens, le Luxembourg a fermé mardi son espace aérien aux Boeing 737 MAX . «Compte tenu des circonstances de l'accident en Ethiopie, la Direction de l'aviation civile (DAC) a pris la décision d'interdire préventivement tous les vols commerciaux avec un Boeing 737 MAX à destination, en provenance ou au-dessus du Luxembourg», a annoncé mardi soir l'autorité aéronautique luxembourgeoise.

Le ciel mondial se fermait toujours plus mardi aux 737 MAX, impliquant cette nouvelle génération d'appareils, dans un contraste toujours plus criant avec les Etats-Unis, qui maintiennent jusqu'ici leur confiance en Boeing dans cette crise majeure pour le géant aéronautique.

Après des interdictions en rafale de la France, le Royaume-Uni, l'Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg, l'Agence européenne de sécurité aérienne (EASA) a décidé de suspendre, «à partir de 19h00 GMT», tous les vols de ces appareils, qu'il s'agisse des MAX 8 ou des MAX 9, qu'ils soient à destination, au départ, ou à l'intérieur de l'Union européenne, que les opérateurs soient européens ou issus de pays tiers.

L'Inde a également annoncé mardi qu'elle clouait au sol les 737 MAX. «Ces avions ne voleront pas tant que des modifications appropriées et des mesures ne seront pas prises pour assurer leur sûreté», a indiqué le ministère de l'Aviation civile sur Twitter.

Ces décisions, qui s'ajoutent aux décisions de nombreuses compagnies aériennes de bouder ces appareils jusqu'à nouvel ordre, constituent une manifestation de défiance inédite dans l'histoire de l'aviation civile, mais ne devraient pas pour autant semer le chaos dans le trafic aérien mondial.

Les 737 MAX ne sont en effet entrés en service qu'en mai 2017. Plus de 370 appareils de cette famille volent dans le monde aujourd'hui, un chiffre à mettre en regard des quelque 19.000 avions d'au moins 100 passagers en service au niveau international, tous modèles confondus, selon une étude publiée en 2018 par Airbus.

Un 737 MAX 8 de la compagnie Ethiopian Airlines s'est écrasé dimanche au sud-est d'Addis Abeba peu après le décollage, tuant les 157 passagers et membres d'équipage. Selon un témoin, Tegegn Dechasa, l'arrière de «l'avion était déjà en feu lorsqu'il s'est écrasé au sol» et l'appareil n'a laissé qu'un tas de débris.

Un autre exemplaire de ce modèle opéré par Lion Air s'était abîmé en mer en Indonésie en octobre, entraînant la mort des 189 personnes à bord, là aussi quelques minutes après le décollage. Alors que Boeing se faisait étriller en Bourse pour la deuxième journée consécutive - perdant vers 18H15 GMT 6,47% à 374,12 dollars après avoir déjà cédé 5,33% la veille -, le contraste entre la défiance mondiale et la position américaine se faisait toujours plus criant mardi.

Les Etats-Unis n'ont jusqu'ici pas interdit de vol les 737 MAX, gamme clé dans la stratégie commerciale de Boeing, tandis que le président Donald Trump a déploré que les avions soient devenus «trop complexes» à piloter.

«Nous continuons à être impliqués dans l'enquête sur l'accident et prendrons les décisions sur les suites à donner en fonction des éléments récoltés», a indiqué une porte-parole de la FAA, l'agence fédérale de l'aviation américaine. Washington demande toutefois à Boeing de procéder à des modifications techniques.

Panique des passagers américains

Insuffisant pour rassurer les personnels navigants et les passagers aux Etats-Unis, dont beaucoup refusaient désormais d'embarquer sur cet appareil. Le syndicat des personnels navigants (APFA), représentant des salariés d'American Airlines, a ainsi demandé à ses membres de ne pas monter à bord d'un 737 MAX 8 s'ils ne se sentent pas en sécurité.

Avant l'Europe, l'Asie avait déclenché l'offensive contre la gamme de Boeing, avec des suspensions ou interdictions de vols de l'Australie, de la Malaisie, de Singapour et du sultanat d'Oman, et surtout de la Chine, où 76 de ces appareils ont été livrés.

Si les causes de cet accident ne sont pas encore connues, le crash de Lion Air en Indonésie avait braqué l'attention sur les capteurs d'incidence (AOA) dont un dysfonctionnement peut conduire l'ordinateur de bord, pensant être en décrochage, à mettre l'appareil en piqué alors qu'il faudrait au contraire le redresser.

Sur le site du crash en Ethiopie, les enquêteurs de l'Agence éthiopienne de l'aviation civile ont été rejoints par une équipe technique de Boeing et par des enquêteurs américains des autorités de l'aviation civile.

Les deux boîtes noires -l'une contenant les données techniques du vol et l'autre l'enregistrement des discussions et des alarmes dans le cockpit- ont été retrouvées lundi.


Sur le même sujet

Le Boeing 737 MAX suspendu par la Chine et l'Éthiopie
L'enquête se poursuivait lundi pour déterminer pourquoi le Boeing 737 flambant neuf d'Ethiopian Airlines s'est écrasé dimanche au sud d'Addis Abeba, faisant 157 morts, une tragédie marquée en Ethiopie par un jour de deuil national.
People watch workers at the crash site  of a Nairobi-bound Ethiopian Airlines flight near Bishoftu, a town some 60 kilometres southeast of Addis Ababa, Ethiopia, on March 10, 2019. - A Nairobi-bound Ethiopian Airlines Boeing crashed minutes after takeoff from Addis Ababa on March 10, killing all eight crew and 149 passengers on board, including tourists, business travellers, and "at least a dozen" UN staff. (Photo by Michael TEWELDE / AFP)