Changer d'édition

Le CHL imposera la vaccination à ses nouveaux agents
Luxembourg 3 min. 11.08.2021
Lutte anti-covid

Le CHL imposera la vaccination à ses nouveaux agents

Romain Nati, directeur du Centre hospitalier de Luxembourg, devance la loi sur le sujet.
Lutte anti-covid

Le CHL imposera la vaccination à ses nouveaux agents

Romain Nati, directeur du Centre hospitalier de Luxembourg, devance la loi sur le sujet.
Photo : Sip
Luxembourg 3 min. 11.08.2021
Lutte anti-covid

Le CHL imposera la vaccination à ses nouveaux agents

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg a notamment annoncé, mercredi, que tous les nouveaux embauchés devront avoir été vaccinés contre le SARS-CoV2. «Un choix déontologique», selon Romain Nati.

Alors que la ministre de la Santé s'apprête à prendre la parole sur la situation covid au Grand-Duché (mercredi à 9h30), le directeur du Centre hospitalier de Luxembourg (CHL) vient de jeter un pavé dans la mare. Ainsi, au micro de Radio 100,7, Romain Nati a assuré que l'établissement exigerait désormais de ses futurs embauchés qu'ils fournissent la preuve d'une vaccination anti-covid en règle. Une première dans le pays.


08.07.2021, Niedersachsen, Bad Essen: Aufgezogene Spritzen mit dem Wirkstoff von Biontech liegen auf einem Tablett. Bürger können sich spontan gegen das Coronavirus impfen lassen. Die Impfaktion findet auf dem Wochenmarkt statt. Der Stand neben der Touristeninfo ist zwischen 14 und 18 Uhr geöffnet. Eine Voranmeldung ist nicht notwendig. Foto: Friso Gentsch/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Ces pays qui imposent la vaccination anti-covid
L'obligation vaccinale contre le Covid-19, en débat dans plusieurs pays dont la France, gagne du terrain dans le monde face à la progression du variant Delta.

En effet, jusqu'à présent, aucune relation n'avait été faite entre obligation vaccinale et pratique d'un travail. Et cela dans n'importe quel secteur d'activités, y compris au niveau des soins et de la santé. Pourtant, déjà en mai dernier, la classe politique s'était émue en constatant que dans nombre d'établissements ou parmi les personnels s'occupant de personnes âgées ou vulnérables la vaccination contre le coronavirus n'était pas aussi élevée qu'attendu. Pour preuve d'ailleurs, jusqu'au 10 août, le ministère de la Santé a relancé une «campagne de rattrapage» destinée à ces personnels. Plus de 600 personnes s'y sont présentées, à en croire Paulette Lenert.

Dans l'esprit des responsables du CHL, il n'est ainsi plus envisageable de recruter quelqu'un qui «pourrait nuire à la santé d'un patient». Un choix qui intervient alors que 735.670 doses vaccinales anti-covid ont déjà été injectées (auprès de la population et de frontaliers) et que 371.611 sujets disposent d'un schéma vaccinal complet au pays.

"Si je mets une signature sous un contrat et que j'ai la conviction intérieure que je risque de nuire à un patient, alors je ne le fais pas."

Romain Nati

Si la France a fait un pas dans le même sens, non sans soulever quelques troubles parmi les blouses blanches, le Luxembourg n'a pas encore légiféré en ce sens. Et la pause estivale parlementaire ne permettra pas un tel changement dans les semaines (mois) à venir. Aussi, l'orientation prise unilatéralement par le CHL pourrait être aisément contrecarrée devant la justice. Romain Nati et la direction du groupe hospitalier en ont conscience.

Le CHL va même aller plus loin en réorganisant les missions confiées à ses personnels en fonction de leur état vaccinal. Ainsi, les employés actuels qui ne souhaiteraient pas se faire vacciner pourront se voir affecter à d'autres services, d'autres tâches sans plus entrer en contact avec des malades, par exemple. Là encore, une première! En l'état actuel, 83% des effectifs du Centre hospitalier ont reçu au moins une injection anti-covid, a précisé le directeur.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Persuader plutôt que forcer : voilà la ligne de conduite que la ministre de la Santé luxembourgeoise compte suivre pour faire progresser la vaccination auprès des salariés du domaine de la santé ou des professionnels en contact avec des personnels vulnérables.
Pour son premier arrêt, à Echternach, le «Impf-Bus» du ministère de la Santé a permis de vacciner 110 personnes ce weekend. Maintenant, le voilà en tournée pour l'été.
A compter du 14 août, d'abord trois puis un quatrième site d'injection feront une pause. Kirchberg, Ettelbruck, Mondorf et Sandweiler restant «mobilisables» si une nouvelle campagne de vaccination massive se profilait.
La question s'est posée pour le président de la Fédération luxembourgeoise de foot mais le patron de la FLF met chacun face à ses responsabilités, sans rien imposer. Paul Philipp revient sur la nouvelle saison marquée par le covid mais aussi les prochains matches des Lions Rouges.
WO fr , Monnerich , ITV Paul Philipp , Presdeint Federation Luxembourgeoise de Football , FLF , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort
Depuis début juillet, le Luxembourg permet à certains patients immuno-déficients de recevoir une troisième injection anti-covid. Avant une ouverture à la population générale? Rien n'est décidé en ce sens.
A partir de vendredi, la campagne vaccinale s'invite dans quatre cabinets médicaux: 517 doses doivent être injectées lors de cette phase pilote, à Esch-sur-Alzette, Mersch, Redange-sur-Attert et Strassen.