Changer d'édition

Le CHL a retrouvé le sourire (et ça se voit)
Luxembourg 4 08.05.2020

Le CHL a retrouvé le sourire (et ça se voit)

Les personnels du service d'oncologie du CHL ont reçu un "smiling mask" de la part de Laura da Silva (en vert).

Le CHL a retrouvé le sourire (et ça se voit)

Les personnels du service d'oncologie du CHL ont reçu un "smiling mask" de la part de Laura da Silva (en vert).
Photo : Gerry Huberty
Luxembourg 4 08.05.2020

Le CHL a retrouvé le sourire (et ça se voit)

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Une infirmière du Centre hospitalier de Luxembourg a développé des masques-sourires. Une jolie façon de renforcer la communication non verbale dans l'hôpital et donner aux patients un sentiment positif même pendant cette période délicate.

(pj avec Rosa Clemente) L'idée est aussi simple que son résultat précieux. Peindre des sourires sur les masques de protection dont disposent les personnels soignants. Si Laura da Silva, responsable du blog sur le cancer du sein du Centre hospitalier de Luxembourg (CHL), a mis en place cette initiative ce n'était pas seulement pour exprimer un quelconque talent artistique. Au-delà du dessin, il s'agissait de montrer combien la communication non verbale jouait un rôle important, notamment dans le secteur hospitalier. D'où l'initiative de multiplier les "Smiling Masks".

«En effet, malheureusement, une partie du contact interpersonnel entre les infirmières et les patients se perd actuellement dans les services, estime la professionnelle de santé. Et cela parce que les expressions faciales sous les masques de protection sont impossible à voir.» Pourtant, en cette période d'épidémie, il est primordial que les infirmières puissent répondre aux attentes de réconfort des patients, inquiets. Une confiance qui peut passer par la simple vue de ce sourire peint. 

Avec ses masques, Laura da Silva entend ainsi transmettre un peu de joie et de réconfort aux patients et peut-être même les aider à sourire un peu eux-mêmes. «Les personnes traitées à l'hôpital souffrent deux fois plus actuellement. Elles doivent lutter contre leur maladie et faire face à la solitude. Comme les visites ne sont pas autorisées, elles ne peuvent pas espérer être proches de leurs proches, ce qui est très stressant pour certains patients», explique l'infirmière de formation. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La stratégie de dépistage du gouvernement à la loupe
Le Luxembourg a débloqué un budget de 4,7 millions d'euros pour tester l'ensemble de sa population. Avec l'objectif d'éviter une seconde vague. Mais comment s'y prennent concrètement les autorités sanitaires ? Explications.
Lok , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19, Xavier Bettel und Paulette Lenert besuchen Hopital Kirchberg , Hopitaux Robert Schuman , Scanner , Mundschutz , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Changez de production, l'Etat vous aidera
Les aides destinées aux entreprises de l'industrie et de l’artisanat, qui comptent réorienter leur activité dans la lutte contre le coronavirus, ont été prolongées jusqu'en décembre 2020. Le but de la manœuvre étant de «relocaliser les productions stratégiques», selon Franz Fayot (LSAP).
An employee wearing a face mask works inside the PastryStar warehouse on May 4, 2020, in Laurel, Maryland. - At the Picou family's factory in Laurel, Maryland outside the US capital, the only workshop that is buzzing is usually reserved for making jams for baking. Now, it's churning out hand sanitizer. Before the coronavirus pandemic, PastryStar -- founded stateside in 1986 -- made a wide array of products for high-end baking, supplying everything from chic restaurants to cruise lines. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
2% de la population a été en contact avec le virus
C'est là un des premiers résultats de l'étude CON-VINCE lancée à l'échelle nationale. Sur les 1.800 personnes participant à ces mesures, seules 5 ont été détectées positives au covid-19. Soit «un faible taux d'infection», selon les scientifiques.
A man jogs past a giant mask and eye display stuck to a tree in Melbourne on May 8, 2020, as Australia's government unveiled a three-stage plan to get the economy back to a new "COVID-safe" normal by the end of July. - The first stage of the plan will allow groups of up to 10 people to gather in cafes and restaurants, for weddings and to take part in outdoor sports. (Photo by William WEST / AFP)
Le covid-19 affecte aussi la venue de Google à Bissen
La saga de l’installation d’un data center va connaître de nouveaux développements. En raison de la pandémie de coronavirus, la commune hôte du géant américain devrait différer sa décision finale à l’automne. Rappel des faits.
L'éthique sur la route du déconfinement
Le gouvernement a invité Erny Gillen dans le groupe chargé de réfléchir à la sortie de crise covid-19. A charge pour lui d'éclairer les décideurs au-delà des questions médicales, sociales ou financières.
NEW YORK, NY - MAY 4: A woman, wearing personal protective equipment, bikes down Clinton Street with her dog on May 4, 2020 in New York City. As the rest of the country prepares to reopen, New York City continues its shutdown to mitigate the spread of Covid-19.   Bryan Thomas/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Fin annoncée de «la pénurie» de masques
Sujet de polémique en début de crise devenu outil indispensable du déconfinement, les protections buccales ne constituent plus une denrée rare, assure mercredi Paulette Lenert, ministre de la Santé. Qui précise que ces accessoires n'ont jamais été absents dans le secteur des soins.
Lokales, Politik, Illustration, Wirtschaft, Virus, Coronavirus, Maske gegen Ansteckung, Mundschutz,  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort