Changer d'édition

Le chèque service-accueil atténue les inégalités
Luxembourg 07.08.2018 Cet article est archivé

Le chèque service-accueil atténue les inégalités

Le chèque service-accueil atténue les inégalités

Photo: Shutterstock
Luxembourg 07.08.2018 Cet article est archivé

Le chèque service-accueil atténue les inégalités

Une étude du Statec, publiée ce mardi 7 août, atteste que la mise en place du chèque service-accueil a contribué à réduire le taux de risque de pauvreté des ménages.

Le chèque service-accueil (CSA), cette «aide financière qui accorde aux parents des tarifs réduits pour des prestations d’éducation et d’accueil du domaine de l’éducation non formelle» instauré en 2009 puis révisé en 2012 et 2017, accorde à chaque enfant âgé de moins de 13 ans, ou n'ayant pas encore quitté l'enseignement fondamental, un tarif réduit ou une gratuité pour plusieurs heures d'accueil. 

Cette mesure permettrait, selon une étude du Statec publiée ce 7 août, de réduire le risque de pauvreté des ménages avec enfants de 16,5 à 14,9%. 

Ces ménages demeurent les plus à risque concernant la pauvreté (en 2016, leur taux de risque était de 17,8%, contre seulement 8,9% des ménages sans enfants). 

«L'accès subventionné ou gratuit à des services d'accueil professionnel pour les enfants résidents constitue un des instruments de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale au Luxembourg», précise l'étude.

En 2016, par exemple, le taux de risque de pauvreté des enfants au Luxembourg maintenait un écart de 5,1 points entre application et absence du CSA: 21,8% de taux de risque de pauvreté en son absence, contre seulement 16,7% en sa présence. L'écart monte à 5,3 points en 2015, 5,7 en 2014, et 4,6 en 2013. 


Sur le même sujet

Avec moins de 2013 euros par mois, 105.000 personnes vivent sous le seuil de pauvreté au Luxembourg. Le nouvel état social dressé par le Statec révèle que le taux de pauvreté n'a pas augmenté l'an passé. Par contre, l'écart entre les plus riches et les plus pauvres grandit.
Dix pour cent de la population touche moins de 979 euros par mois au Luxembourg.
Pour les résidents, l'habitat constitue le poste de dépense le plus lourd. Pour les revenus les plus faibles, se loger peut même devenir un poids si lourd qu'il pousse dans la misère les ménages les plus fragiles, selon le Statec.
Le 17 octobre marque la Journée internationale pour l'élimination de la pauvreté. A cette occasion, le STATEC se penche sur la cohésion sociale au Luxembourg et montre que, contrairement aux idées reçues, une large partie des résidents ont du mal à joindre les deux bouts.
D'après les derniers chiffres disponibles pour le mois de septembre 2017, 1.049 enfants de frontaliers en bénéficient dans un service d'éducation et d'accueil ou auprès d'un assistant parental au Luxembourg.
D'après le ministère de l'Education nationale, quatre demandes en reconnaissance de la qualité de prestataire du chèque-service accueil ont été faites par des établissements se trouvant à l'étranger.
Le Luxembourg se porte bien sur le plan économique. Depuis des années, l'emploi progresse régulièrement. Même en pleine crise économique, de nouveaux emplois étaient créés, davantage que dans les autres pays d'Europe. Depuis 2009, l'emploi au Grand-Duché a progressé d'au moins 16%.
La pauvreté des enfants a augmenté dans 23 pays entre 2008 et 2012. Au Luxembourg, elle touchait auparavant un enfant sur cinq, elle touche désormais plus d'un enfant sur quatre. En quatre ans, 2,6 millions d’enfants sont tombés sous le seuil de pauvreté dans les pays riches, ainsi que l'indique le dernier rapport de l'organisation.