Changer d'édition

Le «chemin de croix» du contrôle technique
Luxembourg 3 min. 06.08.2019

Le «chemin de croix» du contrôle technique

Des «goulots d'étranglement» peuvent parfois se produire dans les garages habilités et entraînent des problèmes pour respecter les délais fixés.

Le «chemin de croix» du contrôle technique

Des «goulots d'étranglement» peuvent parfois se produire dans les garages habilités et entraînent des problèmes pour respecter les délais fixés.
Photo: Guy Jallay
Luxembourg 3 min. 06.08.2019

Le «chemin de croix» du contrôle technique

Si tous les véhicules doivent obligatoirement passer ce contrôle pour circuler sur le territoire, dans la pratique, la SNCT a bien souvent du mal à respecter le délai imparti des 28 jours pour être aux normes.

Par Rosa Clemente, traduction Sophie Wiessler

Tous les véhicules de plus de six ans, possédant un numéro d'immatriculation luxembourgeois, sont dans l'obligation de passer le contrôle technique chaque année. Le ministère de la Mobilité adresse ainsi un courrier aux propriétaires des véhicules concernés avec une date, à laquelle l'inspection obligatoire doit se dérouler.

Mais avec un nombre d'immatriculations au Luxembourg en hausse constante, des «goulots d'étranglement» peuvent parfois se produire dans les garages habilités et entraînent des problèmes pour respecter les délais fixés.


Les nouvelles immatriculations révélateur de l'évolution de la construction automobile.
Sur un mois au Luxembourg: 29% d'immatriculations en plus
Au Luxembourg comme en Europe, le marché automobile montre des signes de vigueur sur base des chiffres du mois de mars. Le haut de gamme figure en tête du classement par marques au Grand-Duché.

Pour pallier ce problème, la réforme de 2016 prévoit que les trois postes de la Société nationale de contrôle technique (SNCT) soient secondés par un certain nombre de concessionnaires automobiles, répartis sur l'ensemble du territoire, offrant ainsi aux experts de la SNCT leurs infrastructures pour les contrôles.

Temps d'attente interminable

Mais même là, l'attente s'étire sur plusieurs semaines et rares sont les automobilistes à avoir leurs rendez-vous dans les temps. Or, si la voiture n'est pas prise en charge le jour J, la loi stipule qu'elle doit être inspectée dans les 28 jours qui suivent ; une nouvelle date doit ainsi être fixée, sous peine d'être «hors-la-loi» et de conduire sans contrôle technique.

Un exemple concret vaut mille mots: si vous deviez passer un contrôle technique le 1er août, quelques plages horaires étaient encore disponibles du côté de Sandweiler, dans la journée. En revanche, à Esch/Alzette, impossible de fixer un rendez-vous avant le 2 septembre. Pire encore, à Ingeldorf, chez un concessionnaire de voitures particulières, il faut attendre le 16 septembre, soit 46 jours plus tard que la date fixée par le ministère.

Petit pays, grande flotte de véhicules

Et le scénario se poursuit dans le sud du pays, à Niederkorn. Il faudra ici attendre jusqu'au 11 septembre pour qu'une première date soit disponible. A Bech-Kleinmacher, la première date n'est que le 14 septembre, c'est-à-dire plus de 40 jours plus tard. Résultat, dans chacun de ces cas, le délai des 28 jours n'a pu être respecté.


L'Autofestival démarre: à quoi vont-ils carburer?
Porté par trois années successives de ventes record, le secteur automobile luxembourgeois, part confiant. Le 55e Autofestival démarre ce samedi 26 janvier et durera jusqu'au lundi 4 février. Dix jours qui comptent énormément pour les vendeurs. Les acheteurs confirmeront-ils ou non la tendance «essence»?

Pour Dany Frank, attachée de presse du ministère de la Mobilité, il y a plusieurs raisons qui expliquent cette accumulation de demandes de rendez-vous. «Chaque année, de nombreux véhicules sont immatriculés en même temps, notamment au moment de l'Autofestival. Ils doivent ensuite être contrôlés, aux mêmes dates», explique-t-elle.

Plus de personnels

Une autre cause serait l'augmentation du nombre de voitures d'occasion. «L'année dernière, le nombre de voitures de ce type immatriculées au Luxembourg a augmenté de 7% par rapport à l'année précédente. Contrairement aux voitures neuves, ces voitures doivent être immatriculées chaque année pour le contrôle technique», souligne l'attachée de presse.

Mais elle n'hésite pas à pointer du doigt les partenaires de la SNCT, qui, selon elle, «n'apportent pas d'aide suffisante» à l'organisme de contrôle ; seules 10% de toutes les inspections de véhicules ont lieu dans des entreprises partenaires. 

Souplesse

«Les autorités de contrôle vont continuer à augmenter leurs capacités afin de s'adapter au marché actuel», rassure Dany Frank. D'ici là, la SNCT continuera à faire preuve de souplesse à l'égard de ses clients.

Les garagistes n'hésitent pas à faire preuve de souplesse face à ces problèmes.
Les garagistes n'hésitent pas à faire preuve de souplesse face à ces problèmes.
Photo: Guy Jallay

«Il arrive souvent que le propriétaire dont la voiture est tombée en panne à la suite d'un incident mineur, soit autorisé à repasser l'inspection le jour même ou le lendemain», explique la porte-parole.

Une remarque partagée par un employé d'un concessionnaire automobile partenaire. «Le personnel de la SNCT ne vient dans notre garage qu'une fois par semaine pour effectuer des inspections. Si une voiture rencontre un problème, nous essayons de remplacer la pièce défectueuse et effectuons un autre contrôle le jour même. Sinon, le client devrait prendre rendez-vous, mais c'est trop long.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Autofestival démarre: à quoi vont-ils carburer?
Porté par trois années successives de ventes record, le secteur automobile luxembourgeois, part confiant. Le 55e Autofestival démarre ce samedi 26 janvier et durera jusqu'au lundi 4 février. Dix jours qui comptent énormément pour les vendeurs. Les acheteurs confirmeront-ils ou non la tendance «essence»?