Changer d'édition

Le carburant luxembourgeois n'est plus la panacée
Luxembourg 2 min. 03.06.2022
Frontaliers

Le carburant luxembourgeois n'est plus la panacée

En Allemagne, comme ici à Merzig (Sarre), les prix des carburants ont fortement chuté mercredi dernier, à la faveur d'une aide du gouvernement fédéral.
Frontaliers

Le carburant luxembourgeois n'est plus la panacée

En Allemagne, comme ici à Merzig (Sarre), les prix des carburants ont fortement chuté mercredi dernier, à la faveur d'une aide du gouvernement fédéral.
Photo : Pascal Mittelberger
Luxembourg 2 min. 03.06.2022
Frontaliers

Le carburant luxembourgeois n'est plus la panacée

Pascal MITTELBERGER
Pascal MITTELBERGER
Une forte baisse en Allemagne, une nouvelle hausse au Luxembourg : cette fin de semaine a, une nouvelle fois, été marquée par une importante fluctuation des prix des carburants à la pompe. Ce qui conduit les frontaliers à y regarder à deux fois pour choisir le pays où faire le plein.

Radicale : c'est certainement l'adjectif qui convient le mieux à l'aide allouée par le gouvernement fédéral allemand, la première du genre dans le pays, pour faire baisser les prix à la pompe. Mercredi 1ᵉʳ juin, le litre d'essence a chuté de 30 centimes ; celui du diesel de 14 centimes.


Près de 8 centimes de plus pour le diesel et le mazout
La baisse aura été de courte durée. Dès ce vendredi, le prix du diesel et du gasoil de chauffage repart à la hausse.

Le lendemain, à l'inverse, entrait en vigueur une nouvelle hausse côté luxembourgeois. Résultat : si, pour quelques centimes, le litre de diesel reste moins cher au Grand-Duché, il est désormais bien plus avantageux de faire le plein d'essence (Super 95 ou 98) en Sarre ou Rhénanie-Palatinat.

« Avec les prix actuels, je n'irai plus au Luxembourg » 

Pour autant, jeudi, ce n'était pas la cohue dans ces deux stations-service de Merzig (Sarre), à 20 kilomètres de la frontière. Pas de plaque luxembourgeoise devant les pompes, et pas même de travailleurs frontaliers, allemands ou français, à l'heure du trajet domicile-travail. « Il n'y a pas plus d'affluence que les autres jours depuis la baisse de mercredi », assure l'employée de la première station, toute proche de l'accès à l'autoroute en direction du Luxembourg.

Même son de cloche dans le second établissement, où un seul client prend de l'essence. « J'allais ponctuellement au Luxembourg, pour acheter des cigarettes pour mon épouse et j'en profitais pour faire le plein. Mais, avec les prix actuels, c'est sûr, je n'irai plus », explique Jürgen.

Des volumes plus importants écoulés côté français

Qu'il semble loin le temps où les frontaliers, allemands ou français, ne se posaient même pas la question au moment de se ravitailler, au Grand-Duché évidemment. Ces dernières semaines, au fil des fluctuations, et aussi des aides d'Etat (18 centimes en France), il faut bien réfléchir pour savoir dans quel pays il est plus avantageux de décrocher le pistolet.

Nous avons récupéré des clients français, et même luxembourgeois.

La responsable d'une station-service thionvilloise

Ainsi, dans la région de Thionville, une enseigne de grande distribution a constaté, sur la période récente, une augmentation des volumes écoulés à la pompe. « On a dû revoir notre moyenne de réapprovisionnement pour ne pas être à sec, notamment à la sortie du week-end.  Nous avons récupéré des clients français, et même luxembourgeois », confirme la responsable d'une station-service.

Changement de comportement des usagers 

En France, comme en Allemagne, c'est le prix de l'essence, et particulièrement du Super 98, qui est devenu plus attractif. Une évolution synonyme de nouvelles habitudes de consommation pour les usagers de la route depuis quelques jours. Mais, en ces temps troublés, on le sait bien, tout peut changer d'une semaine à l'autre, voire même d'un jour à l'autre.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Economiste chez Idea, think tank associé à la Chambre de commerce de Luxembourg, Vincent Hein vante la résilience de l'économie luxembourgeoise malgré la crise, mais reste toutefois prudent et assure que «la partie n'est pas gagnée.»
Thionville, Diedenhofen, A31,  Autobahn, Stau, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Non-respect de la réglementation
Les poids lourds en transit ont parfois tendance à s'éloigner du réseau imposé pour faire le plein. Une pratique qui engendre, entre autres, de nombreuses perturbations et embouteillages.
Pour l'heure, la police verbalise les transporteurs internationaux quittant les autoroutes pour faire le plein.