Changer d'édition

Le cannabis domestique fait tousser les électeurs
Luxembourg 3 min. 18.11.2021 Cet article est archivé
Sondage Politmolitor

Le cannabis domestique fait tousser les électeurs

Aucune tranche d'âge de la population n'affiche un soutien franc à la mesure annoncée il y a un mois et demi.
Sondage Politmolitor

Le cannabis domestique fait tousser les électeurs

Aucune tranche d'âge de la population n'affiche un soutien franc à la mesure annoncée il y a un mois et demi.
Photo: Shutterstock
Luxembourg 3 min. 18.11.2021 Cet article est archivé
Sondage Politmolitor

Le cannabis domestique fait tousser les électeurs

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
En annonçant qu'il permettrait bientôt à chaque ménage de pouvoir cultiver ses propres plants de cannabis, le gouvernement a bousculé l'opinion publique. Ainsi, 60% de la population analyse défavorablement ce choix.

Fin octobre, la voie vers la légalisation du cannabis domestique a pris un virage décisif au Luxembourg. D'une même voix, les ministres de la Santé, de la Justice, de la Sécurité intérieure, de l'Education, et des Affaires étrangères annonçaient qu'il serait envisageable pour chaque foyer de disposer de quatre pieds. Quand? Nul ne l'a précisé. La seule certitude étant que ces plants pourront être uniquement destinés à une production et un usage personnels. Mais la nouvelle est loin de faire l'unanimité en population générale. Ainsi, seuls 40% des sondés dans le cadre du dernier Politmolitor voient d'un bon œil cette opportunité.


Le Luxembourg tolérera la culture du cannabis
Une première en Europe! Les ministres de la Justice et de la Sécurité intérieure ont annoncé, vendredi matin, que chaque ménage luxembourgeois pourra disposer de quatre plants de cannabis.

Salué pour sa gestion de crise covid, le gouvernement a visiblement pris de court les électeurs. Et le sujet est perçu quasiment de la même façon quel que soit l'âge des adultes interrogés pour ce sondage effectué auprès de 1.016 personnes majeures. Seuls les 18-24 ans perçoivent positivement la possibilité de cultiver ses propres plants, et encore pas la majorité. Ainsi, chez les jeunes gens, seuls 49% des sondés sont favorables au dispositif. En tout cas, c'est ce qui a été répondu lors de l'enquête. 

Le taux d'adhésion baisse ensuite avec l'âge des sondés, avec juste un petit rebond du côté des 55-64 ans. Ces derniers encourageant la mesure pour 45% d'entre eux; ce qui est loin d'un soutien massif.

Paradoxalement si les trois partis de gouvernement (DP, LSAP et Déi Gréng) avaient acté dans leur accord de coalition de légiférer sur le cannabis récréatif, il s'avère que même dans leur camp le nouveau pas franchi est loin de faire l'unanimité. Pourtant, quand il s'était agi de présenter la mesure (parmi un arsenal préventif-répressif sur la question des stupéfiants), le gouvernement avait bien pris soin de placer devant le micro au moins un représentant de chacune des formations intégrées à la coalition. 

Si, les soutiens les plus forts apparaissent dans le clan des sondés proches des idées écologistes (65% de favorables chez Déi Gréng), l'enthousiasme retombe du côté des électeurs libéraux ou socialistes. Seulement la moitié des soutiens du LSAP approuvent la décision annoncée (50%), le ratio tombe à un tiers du côté DP (32%)... 


CBD-Hanf ist Cannabis ohne THC und kann seit 2016 in Luxemburg legal erworben werden, THC-freies Gras, CBD ist ein nicht psychoaktives Cannabinoid aus dem weiblichen Hanf (Cannabis). Seit Dezember 2019 wird CDB-Gras in Luxemburg als Tabakware besteuert.
Mettre «fin au tabou du cannabis et le dépolitiser»
Pour le Dr. Alain Origer, coordinateur national drogues auprès du ministère de la Santé, l'autorisation de la culture du cannabis présentée vendredi dernier par le gouvernement ne va pas assez loin. Et ce dernier de plaider pour la légalisation du cannabis.

Interviewé par Luxtimes, le Premier ministre en personne s'était chargé d'assurer le ''service après-vente'' de la mesure. Xavier Bettel (DP) rappelant que l'autorisation de la culture du chanvre à la maison devait surtout permettre à ceux qui veulent fumer du cannabis «de savoir ce qu'ils consomment» et leur éviter «de soutenir des activités criminelles».

Un message qui n'a visiblement pas convaincu. Et c'est encore moins le cas au sein de l'électorat proche des orientations politiques du CSV. Sans surprise, le sondage souligne l'aversion pour cette libéralisation du cannabis domestique du côté des proches du parti chrétien-social. A 74%, ces électeurs se disent contrariés par cette mesure pour laquelle le Luxembourg serait pionnier en Europe. 

Déjà il y a quelques jours, la députée CSV Nancy Arendt s'était inquiétée de l'impact sur la sécurité routière de cette généralisation du cannabis dans la société. L'élue redoutant des conséquences terribles en matière d'accidents de la circulation

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.