Changer d'édition

Le budget s'attire les foudres de l'opposition
Luxembourg 4 min. 17.12.2020

Le budget s'attire les foudres de l'opposition

Martine Hansen (CSV) reproche à Pierre Gramegna d'avoir trop dépensé dans les années précédentes, d'où un recours à la dette plus important l'an prochain.

Le budget s'attire les foudres de l'opposition

Martine Hansen (CSV) reproche à Pierre Gramegna d'avoir trop dépensé dans les années précédentes, d'où un recours à la dette plus important l'an prochain.
Photo : Chris Karaba
Luxembourg 4 min. 17.12.2020

Le budget s'attire les foudres de l'opposition

La proposition des recettes et dépenses de l'Etat pour 2021 a fait l'objet de dix heures de débat à la Chambre. Ce jeudi matin, le budget a été adopté par 31 oui (DP, LSAP, déi gréng) contre 29 non (CSV, ADR, déi Lénk, Piraten).

(pj avec Danielle SCHUMACHER) - Le grand oral de Pierre Gramegna (DP), mercredi, n'aura convaincu que son propre camp. Ainsi, le ministre des Finances a subi une volée de critiques après avoir présenté aux députés la version révisée de son projet de budget au terme de deux mois de travail autour des 21 milliards d'euros sur lesquels le gouvernement entend mener sa politique l'an prochain. 


Un budget de lutte et de relance pour 2021
Pas question pour le ministre des Finances de jouer défensif. Face à la crise sanitaire et économique, Pierre Gramegna a déposé, mercredi, un projet de budget 2021, volontariste en matière d'investissements mais aussi de soutien.

Première à prendre la parole, la cheffe du groupe chrétien-social, Martine Hansen, devait reconnaître que pour 2021, «il nous semble normal que la dette nationale augmente pendant cette crise et ce n'est pas notre reproche. Ce n'est pas le moment de mener une politique d'austérité. Mais on aurait dû se montrer plus prévoyant, avant». 

Ainsi, le CSV reproche-t-il au gouvernement sa «gestion carpe diem». «Dans les bons moments», Xavier Bettel et ses ministres n'auraient ainsi pas «assumé leur responsabilité en faisant des réserves.» Une position partagée par Fernand Kartheiser (ADR) qui ne voit pas d'un bon oeil la dette de 2,7 milliards qui se profile à l'horizon 2021.

La pandémie a mis en évidence les faiblesses de notre système social et économique

David Wagner, Déi Lénk

Le CSV continuait d'enfoncer le clou dans la foulée. Pour Gilles Roth, par exemple, «le gouvernement s'endette pour couvrir les frais de fonctionnement» et pas seulement en raison d'un plan d'investissements plus ambitieux. Michel Wolter craint, lui, qu'au final les communes ne souffrent des conséquences de la crise covid. 

Pour Déi Lénk, le projet de budget ne serait pas adapté à la maîtrise de la crise. Et David Wagner de commenter : «La pandémie a mis en évidence les faiblesses de notre système social et économique. Surtout, l'actualité sanitaire a pointé sans pitié les faiblesses du système de santé luxembourgeois». Mais l'opposant de saluer toutefois quelques avancées fiscales. Comme l'abolition attendue des stock-options ou la réforme des Fonds d'investissement spéciaux (FIS).

La lourde taxe CO2

Le député Déi Lénk salue aussi les efforts entrepris en matière de logement, mais socialement il craint que le compte n'y soit pas dans le budget 2021. Certes, le gouvernement a fait le choix d'augmenter le salaire minimum et certaines aides de base, mais il reproche à la nouvelle taxe CO2 de trop peser encore sur les ménages à faible revenu (et cela malgré la compensation prévue, via la hausse de l'allocation de vie chère).

Reprenant les mêmes arguments sur la taxe CO2, le député Pirate Sven Clement y ajoute un reproche : son véritable impact positif sur l'environnement. 


IPO , Chamber , Pierre Gramegna depose Budget 2021 , Staatsbudget , depot Budget , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
La Chambre des salariés critique sur le budget 2021
Mention «peut mieux faire» adressée par Nora Back à la proposition budgétaire avancée par Pierre Gramegna. La CSL reproche notamment au gouvernement de ne pas veiller suffisamment à la montée des inégalités sociales et fiscales.

Côté majorité gouvernementale, la parole était à la défense. Et le président de la fraction DP, Gilles Baum, a donc joué les avocats. Saluant l'effort de soutien massif engagé pour sauver les entreprises de la crise covid; félicitant l'exécutif d'avoir tenu à valoriser de 2,8% (dès le 1er janvier 2021) le salaire minimum malgré les critiques.

Par contre, le député libéral reconnait qu'il va falloir agir en faveur du système hospitalier et de soins luxembourgeois, notamment pour atténuer la dépendance des établissements à l'égard du personnel infirmier frontalier.

Socialement fort

Pour le socialiste Georges Engel, les félicitations s'adressent sur la meilleure justice fiscale qui transpire de la proposition de budget. Et le parlementaire LSAP de saluer, lui aussi, la fin du régime de stock-options qui jusqu'alors engendrait une perte de recettes de l'ordre de 130 millions d'euros. Pour l'avenir, pourquoi ne pas revenir sur un possible impôt sur la fortune, a-t-il été suggéré. L'idée ne doit plus être taboue dans le pays. 

Pour la présidente du groupe parlementaire Déi Gréng, il convenait de saluer l'effort social de ce budget 2021. Josée Lorsché soulignant que «près de 50% de toutes les dépenses au sens large sont consacrées à la protection sociale, et cela aussi en temps non-covid». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Plus de recettes qu'attendu dopent le budget 2019
Les bonnes nouvelles ne sont pas si fréquentes pour savourer celles qui se présentent : la Cour des comptes a ainsi validé que, côté recettes, l'Etat avait fait mieux qu'escompté l'an dernier en rentrant 686 millions d'euros de plus que prévu.
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Des mesures pour limiter la spéculation sur l'habitat
Une enveloppe de près de 550 millions d'euros est prévue pour financer la construction de logements abordables dans les années à venir. A laquelle s'ajoute l'objectif d'«éliminer les mesures qui encouragent les hausses de prix», assure Pierre Gramegna au journal "Contacto".
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La Chambre des salariés appuie l'impôt sur la fortune
Abolie voilà une quinzaine d'années, la taxation sur les plus hauts revenus revient dans le débat. Pour l'organisme représentant toutes les personnes salariées travaillant au Luxembourg, la recherche de nouvelles recettes fiscales devrait passer par «la plus socialement juste des fiscalités».
Steuererklärung - déclaration fiscale - Photo : Pierre Matgé